Arguments pour et contre la peine de mort

Arguments pour et contre la peine de mort

Les arguments qui fondent mes positions

[1] Personne ne peut vous enlever votre liberte de penser. Vous pouvez etre conseille, eclaire par d’autres, mais ne laissez jamais quelqu’un penser pour vous. Simonne Chartrand

[2] Que pensez-vous de la peine de mort? Vous avez des opinions et vous en etes tres fier. Vous pensez avoir raison. Que ce soit sur la peine de mort, l’avortement ou l’euthanasie, … l’homosexualite, la pedophilie ou l’abus sexuel, … la legitimite des impots, le vol a l’etalage ou le Bien-etre Social, … la mode punk, la musique classique ou la beaute de Woody Allen, vous avez une opinion personnelle.

Les medias, chaque jour, nous disent ce qu’il faut penser de ces questions et peut-etre n’etes-vous pas toujours d’accord avec ces pensees « pretes a porter ». Peut-etre aussi ne savez-vous pas trop quoi penser si ces sujets ne vous touchent pas de pres. Essayons de voir, a partir de l’exemple de la peine de mort, comment nous pourrions nous faire notre propre idee en tenant compte des cinq arguments philosophiques de base :

1. Efficacite

2. Rentabilite

3. Ethique

4. Logique

5. Esthetique Conclusion Autres arguments

* * *

Mon sentiment premier approuve la peine de mort.

J’ai une pulsion instinctive de vengeance (douce au c? ur de l’Indien…) a faire disparaitre l’ignoble qui, pour des raisons apparemment sordides a enleve la vie. Par contre, quelque chose me retient, j’hesite. Pour y voir plus clair, analysons le pour et le contre de chaque argument. Peut-etre serai-je mieux eclaire pour fonder ma position.

1. L’argument d’efficacite POUR CONTRE Je dis par exemple : je suis pour la peine de mort parce que c’est une sanction dissuasive. Comme tout etre humain a peur de la mort, c’est par cette menace qu’il faut intimider celui qui veut tuer.

Aux USA, on a constate que les bandits vont dans les Etats ou elle a ete supprimee. Un seul hesitant evitera une victime… J’argumente ainsi l’utilite de la peine de mort, son efficacite pour la paix sociale. On peut qualifier cet argument de type technique, car cherchant a resoudre un probleme pratique (Comment eviter les assassinats revoltants), il trouve ce qui lui parait le meilleur moyen. L’utile, c’est « ce qui a sa valeur non pas en soi-meme, mais comme moyen d’une autre fin jugee bonne » (Lalande). L’efficacite, c’est la pertinence du moyen utilise par rapport a l’objectif poursuivi, celui qui produit l’effet vise.

Pourtant certains diront que ces arguments ne sont pas completement convaincants puisque d’autres etudes ont demontre que le taux de meurtres n’etait pas necessairement moindre dans un pays ou la peine de mort est en vigueur. Peut-etre alors que la peine de mort n’apporterait pas l’efficacite recherchee.

2. L’argument de rentabilite POUR CONTRE Je peux soutenir maintenant que la peine de mort coute moins cher au contribuable que d’entretenir des delinquants en prison : moins de bouches a nourrir, de cellules a construire, de gardiens a payer, donc moins d’impots.

J’argumente ici sa rentabilite, je me situe au niveau financier, celui du meilleur cout d’une solution a un probleme. Il s’agit d’un argument de type economique. La rentabilite, c’est ce qui permet d’abaisser le prix et de degager des benefices. Je peux aussi soutenir que le nombre de meurtriers gardes en vie n’est pas si eleve qu’il puisse representer une charge significative a comparer avec le PNB d’un pays? De plus, un prisonnier peut faire un travail lucratif et ainsi subvenir a ses propres besoins. On pourrait meme rentabiliser le travail des prisonniers de telle sorte qu’ils produisent davantage que ce qu’ils coutent a la societe.

Ce serait alors economiquement nuisible de tuer un meurtrier.

3. L’argument ethique POUR CONTRE Par contre je peux affirmer que la societe, et l’Etat qui organise sa vie en commun, a le devoir de proteger ses membres : c’est de la legitime defense que de prevoir dans la loi la suppression des assassins. Je change ici de registre, je me place d’un point de vue juridique, politique, plus largement ethique, parce que je pose un probleme de legitimite, ici d’une sanction penale, au nom d’un certain nombre de valeurs ; par exemple le respect de l’integrite physique des individus, la cohesion sociale, l’ordre public, etc.

N’y a-t-il vraiment pas d’autres moyens de sauvegarder efficacement la securite des citoyens d’un pays que de tuer les assassins? C’est a en douter puisqu’on peut construire des penitenciers a securite maximum. Dans le meme registre, on peut dire que le meurtrier est un produit de la societe, que c’est la societe qui l’a cree et que celle-ci est donc aussi coupable que lui. Tuer l’assassin serait passer a cote de l’objectif si cette societe peut en fabriquer d’autres. De plus l’erreur judiciaire, toujours possible, peut envoyer un innocent a l’echafaud.

4. L’argument logique POUR CONTRE

Il est logique de tuer quelqu’un qui a supprime la vie d’un autre, puisqu’il ne l’a pas respectee : la loi du talion retablit l’equilibre rompu, en proportionnant la sanction a la faute. « Oeil pour oeil est une loi qui finira par rendre le monde aveugle » disait le Mahatma Gandhi. En toute logique, cette loi fait de nous, collectivement, des meurtriers. (le bourreau en premier, ensuite le juge, le policier, la victime qui s’est plainte, les ministres qui ont vote la loi et, pour finir, le peuple entier qui a elu ces ministres) Pour poursuivre la logique de « qui a tue doit etre tue », on devrait donc envoyer tout le monde a la peine de mort.

Cette logique nous montre l’absurdite de la peine de mort. Tuer collectivement un meurtrier me semble justifier son meurtre alors que son geste est une injustice qui doit rester une injustice pour etre condamnable. Si nous sommes contre le meurtre, nous devons donc, logiquement refuser de tuer un etre humain.

5. L’argument esthetique POUR CONTRE Maintenant, si je pretends que la peine de mort, par son caractere exemplaire, donne a reflechir aux eventuels candidats au crime, j’en appelle a l’efficacite.

Mais si j’ajoute qu’il faut retablir les executions publiques, pour que cette dissuasion s’enracine dans la vue horrible de la tete qui tombe, je suis dans le registre de la sensibilite, et par exemple de l’esthetique (au sens large). La tete sanguinolente du condamne va aussi, pour d’autres assouvir leurs bas instincts esthetiques. Ils vont y prendre plaisir. A l’encontre du but recherche, ce spectacle va plaire et attirer des foules qui vont en redemander. Les erreurs judiciaires seraient alors facilitees pour obtenir les executions recherchees.

Peut-etre meme que le desir du meurtrier d’etre montre en public le motiverait a tuer. Allez donc dire a un pere dont la jeune fille vient d’etre assassinee dans des conditions ignobles qu’il doit prendre sur lui et reflechir philosophiquement sur la question de la peine de mort… Leo Ferre, malgre toute la poesie ou il exprime sa compassion pour les prisonniers disait que si jamais on s’attaquait a ses enfants, il se ferait justice lui-meme. Mon vieil ami Jean Paquin avait coutume de dire : « Je suis contre l’avortement jusqu’a ce que je sois personnellement concerne ».

Et il a eu la chance, ajoutait-il, de ne jamais avoir ete personnellement concerne. Qui pourrait nous dire ce qu’il faut veritablement en penser? La peine de mort fut d’abord remise en question a la suite d’erreurs judiciaires. Avant la Revolution francaise, c’est de droit divin qu’on condamnait un assassin a mort. Apres, le peuple est devenu pleinement responsable des lois qu’il edictait a travers ses elus. Les electeurs sont alors devenus la voix de Dieu (vox populi, vox dei). Peut-on penser que c’est a ce moment que le peuple a commence a s’humaniser puisqu’il ne pouvait plus se cacher derriere Dieu.

Devant assumer la pleine responsabilite de ses lois, la peine de mort est devenue pour l’homme un enjeu moral inevitable alors qu’avant, cette question etait l’affaire de Dieu. En conclusion Chaque fois que nous prenons position, si nous voulons ancrer celle-ci solidement, nous devons tenir compte des 5 types d’arguments philosophiques suivants et analyser le pour et le contre. Sinon, notre position risque d’etre consideree comme une opinion sans valeur. Argument Je suis POUR Je suis CONTRE Technique (efficacite) Ca sert, ca marche, ca fonctionne, c’est utile, efficace, performant, realisable.

C’est inutile, inefficace, inadapte, nuisible, depasse, impossible. Economique (rentabilite) C’est gratuit, economique, rentable, du meilleur cout, bon rapport qualite-prix, temps-argent. Trop cher, couteux, d’un mauvais rapport effort-resultat. Ethique (bonte) C’est bien, vrai, moral, correct, legitime, legal, raisonnable, un droit, un devoir, une vertu, une sagesse. Mal, faux, illegitime, illegal, irrespectueux, injuste, inegalitaire, dominateur, exploiteur, alienant, egoiste, peche, infraction, agression. Logique (sens) C’est logique, coherent, rationnel, prouve, demontre, verifie, compatible.

Illogique, incoherent, contradictoire, indemontrable, inverifiable, hypothetique, imaginaire, illusoire. Esthetique (beaute) C’est beau, agreable, plaisant, allechant, delicieux, confortable, harmonieux, elegant, propre, doux. Laid, desagreable, deplaisant, degoutant, repugnant, inconfortable, cacophonique, disgracieux, sale. Arguments historiques, sociologiques, psychologiques, scientifiques, factuels, relatifs Nombre d’arguments s’appuient sur des explications, des analyses, des appels a des connaissances pour detruire des prejuges.

Ils vont plus loin qu’une simple logique, et s’appuient sur des faits, des hypotheses, des lois. Ils en appellent a des verites etablies : revelees dans une perspective religieuse, ou verifiees d’un point de vue scientifique. Ces arguments sont appuyes par une connaissance qui sort du cadre strictement philosophique. Exemple : Condamnez-vous l’homosexualite? Celle-ci vous apparait-elle illegitime parce qu’elle est minoritaire? L’heterosexualite, majoritaire, ne serait donc qu’une norme sociale, c’est-a-dire un conformisme. (Argument de type sociologique).

Sachez qu’elle fut par exemple chez les soldats spartiates, reputes pour leur endurance et leur vaillance, une initiation valorisee et obligatoire. L’amour grec ? et la Grece n’est-elle pas le berceau de notre culture? ? etait homosexuel, releguant les relations conjugales a une fonction secondaire, domestique et reproductrice. Ce qui montre la relativite de la notion de virilite. (Argument de type historique, debouchant sur un relativisme culturel, de type sociologique). De plus on peut penser que l’agressivite contre les homosexuels est d’autant plus forte chez un homme qu’il supporte mal en lui sa part de feminite. Argument introduisant le soupcon par une explication psychologique) etc. ________________________________________

A partir de ces criteres, libre a vous maintenant d’appuyer vos arguments … et ne vous en laissez plus imposer. Vous avez maintenant les outils qu’il vous faut pour construire vos opinions. Elles seront peut-etre mieux etayees que celles de celui qui essaie de vous imposer la sienne… Cependant, n’oubliez jamais que l’opinion de celui qui a du pouvoir a toujours plus de poids que l’opinion de n’importe quel quidam, aussi etayee soit-elle. C’est mon opinion, vous pouvez la contester.