Archive The48401

Archive The48401

UNIVERSITÉ ABDERRAHMANE MIRA DE BEJAIA FACULTE DE DROI ET DES SCIENCES ECONOMIQUES Département des Sciences Economiques MEMOIRE En vue de l’obtention du diplôme de Magister en Sciences Economiques Option : Monnaie, Finance et Globalisation Thème Contribution à l’étude de l’apport de l’implantation des banques étrangères nt des investissements en A ri or 177 Sni* to View Présenté par : ZIANI Sous la Direction de : Jury de soutenance Président : Pr. CHARABI Abdelaziz. , Université de Constantine. Examinateurs : Pr.

BENARAB Abdelkrim. , Université de Constantine. Dr. BOUBAKOUR Farès. , MC, IJniversité de Batna. Rapporteur : Dr. KAID TLILANE Nouara, M. C. , université de Béjaia. juillet 2006 LISTES DES ABRÉVIATIONS ABC: Arab Banking Corporation. ABEF : Association des Banques et des Etablissements Financiers. AGB : Algeria Gulf Bank Algérien. HBA: Housing Bank for Trade and Finance Algeria. IDESF : Investissement Direct Etranger dans le Secteur Financier. LMC: Loi Relative à la Monnaie et au Crédit. MT : Moyen Terme.

PECO : pays d’Europe Centrale et Orientale SATIM : Société d’Automatisation des Transactions Interbancaires et de la Monétique Société Financière Internationale. SGA : Société Générale Algérie. : Société Par Action. SPA : Dollar Américaln. USD RAB : Al Rayan Algerian Bank TBA

Désolé, mais les essais complets ne sont disponibles que pour les utilisateurs enregistrés

Choisissez un plan d'adhésion
: Trust Bank Algeria PLAN S LISTE DES ABREVIATIONS SOMMAIRE INTRODUCTION GENERALE 01 CHAPITRE 1 : MULTINATIONALISATION BANCAIRE ET LE CHOIX DE LA FORME ORGANISATIONNELLE DE REPRÉSENTATION BANCAIRE A LETRANGER Présentation des banques étrangères implantées en Algérie Il.

Activité des banques étrangères implantées en Algérie : Etat des lieux Ill.. Essai d’évaluation du rôle des banques étrangères en a Algérie 73 4 82 93 Conclusion 96 CHAPITRE 4 : ANALYSE MICRO ÉCONOMIQUE DU FINANCEMENT DES INVESTISSEMENTS EN ALGÉRIE PAR LES BANQUES ETRANGERES: ENQUETE PAR QUESTIONNAIRE 97 Introduction l. Méthodologie et présentation de l’enquête par questionnaire 98 Il.

Analyse des résultats de l’enquête. 100 Ill. Perspectives de développement des activités des banques étrangères en Algérie 109 118 CONCLUSION GENERALE la banque centrale ont anticipé rémergence d’une économie à crédit administré. Avec la promulgation de la loi de 1986, portant régime des banques et du crédit, le système ancaire devait prendre une nouvelle tournure dans l’activité de l’intermédiation financière.

Selon les dispositions de cette loi, les pouvoirs publics ont conféré une relative autonomie financiere au système bancaire et ont désengagé particulièrement le trésor public dans le financement des investissements planifiés. La réintégration du système bancaire dans sa fonction dintermédiation financière et la décentralisation partielle des décisions des pouvoirs publics en matière d’investissement au profit des banques et des entreprises seront renforcées à la suite e la promulgation de la loi complémentaire de 1988 portant orientation des entreprises publiques économiques.

A partir du début des années 1990, l’Algérie, à l’instar de nombreux pays en développement, s’est engagée dans un processus de réformes économiques et financières sous les programmes de stabilisation et d’ajustement visant à palier les déséquilibres causés par la gestion centralisée de l’économie nationale. Ces réformes ont été poursuivies sous l’impulsion des institutions financières internationales (banque mondiale et le FMI) dans le cadre de plans d’ajustements structurels.

Liune des mesures concrètes prises dans le cadre des réformes engagées a été la réforme du stème bancaire et financier. Cette dernière, instituée par la I avril 1990 relative à la monnaie et au crédit marque un tournant décisif dans ce processus de réformes dans la mesure où elle s’inscrit en rupture avec l’ancien système de financement de l’économie nationale. En effet, la libéralisation du secteur bancaire est intervenue avec la promulgation de la loi nagO-10 du 14 avril 1990 relative à la monnaie et au crédit.

Les premiers signes de concurrence ont émergé depuis la fin des années 1990, avec ‘entrée du privé dans le secteur des banques et établissements financiers (nationaux et étrangers). L’autorisation de création de banques à capitaux privés étrangers* fut l’une des principales décisions de cette loi. Ainsi, depuis la promulgation de la loi relative à la monnaie et au crédit, plusieurs agréments ont été accordés par la banque centrale (Banque d’Algérie) pour la constitution de banques à capitaux privés étrangers.

La création des banques étrangères s’accompagne souvent d’apports en technologie, connaissance des métiers, ressources humaines et fonds propres. Les épargnants retrouvent, ? un certain degré, la confiance dans les banques lorsqu’elles sont adossées à des groupes étrangers. La concurrence plus élevée, que les banques étrangères créent, va aider à la réduction des taux d’intérêt et, par conséquent, à octroyer des crédits moins chers.

Ce qui va faciliter l’intermédiation bancaire et établir un équilibre relatif entre l’offre et la demande des ressources. Des lors, l’objectif que nous assi nons à notre présent travail consiste à tenter d’étudie nombre de questions se rapportant aux banques étrangères installées en Algérie méritent réflexion à savoir : * : Nous avons omis délibérément de traiter des banques publiques car plusieurs mémoires de Magister ont été réalisé dans ce sens au niveau national et notamment à Béjaia. A titre d’exemple Cf.

Lalali R. : Contribution ? l’étude de la bancarisation et de la collecte des ressources en Algérie : cas des banques de la wilaya de Bejaia, Mémoire de Magister, Faculté de Droit et des Sciences Economiques, Université de Béjaia. 2003. 2 Contribution à l’étude de l’apport de l’implantation des banques étrangères en matière de financement es investissements en Algérie st ce que l’ouverture du système bancaire algérien sur le secteur privé étranger répondt-elle aux besoins économiques de la nation?

Quelles sont les particularités de ces banques étrangères et comment fonctionnentelles? Quelles sont les conditions requises pour leur implantation ? Cl Quel rôle vont-elles jouer à côté de celui des banques publiques nationales? Le travail que nous livrons n’a pas pour ambition de répondre ? toutes les questions que nous soulevons, mais de contribuer à la réflexion sur les problèmes du financement des nvestissements par les banques étrangères implantées en Algérie. our cela, nous baserons notre réflexion sur les hypothèses suivantes : Cl l’ouverture du système bancaire al érien sur le secteur privé étranger va normalement disponibles, nous étudierons l’évolution du financement des investissements par ces banques depuis leur implantation. L’élaboration de ce travail répond aux soucis méthodologiques suivants : – D’abord, notre travail se base sur une recherche documentaire et une collecte de données statistiques relatives à notre thème.

En plus de la recherche bibliographique effectuée au iveau de quelques bibliothèques universitaires nationales (Alger, Bejaia, Sétif et Tizi Ouzou), les données statistiques ont été recueillies directement des organismes suivants : – Toutes les banques étrangères implantées en Algérie, – e Ministère des Finances, – L’Office National des Statistiques, Cassociation professionnelle de banques et des établissements financiers, – L’agence nationale de développement des investissements, La banque d’Algérie. La commission bancaire. – Le Bulletin Officiel des Annonces Légales. – Puis, la méthode d’investigation par le moyen d’une enquête uprès des banques étrangères implantées en Algérie permettra à compléter notre travail. Cependant, les données relatives au secteur bancaire privé étranger sont difficilement accessibles et font rarement l’objet de diffusion.

Ajoutant à cela, la rareté des travaux et publications relatifs à l’Ale maine et le retard qu’elle multinationalisation bancaire et le choix de la forme organisationnelle de représentation bancaire à Pétranger. Le second chapitre consistera à examiner le processus de création des banques privées en Algérie et leur impact sur le financement de l’économie. Le troisième chapitre fera l’objet de l’apport de l’implantation des banques étrangères en Algérie en matière de investissements.

Enfin, le dernier chapitre analysera le financement des investissements par les banques étrangères à partir d’une enquête par questionnaire. 4 CHAPITRE 1 MULTINATIONALISATION BANCAIRE ET CHOIX DE LA FORME ORGANISA IONNELLE DE REPRÉSENTATION BANCAIRE A L’ETRANGER CHAPITRE 1 : MULTINATIONALISATION BANCAIRE ET CHOIX DE LA FORME ORGANISATIONNELLE Au niveau international, les secteurs bancaires ont subi durant la dernière décennie de ombreuses restructurations qui ont permis aux banques de diversifier davantage leur activité.

La stratégie d’internationalisation des activités bancaires et les différentes formes 8 DF1ï7 où nous exposerons le concept de la multinationalisation bancaire et son évolution historique ainsi que les catégories d’établissements et le contrôle des banques ? l’étranger. La deuxième section traitera de l’évolution récente de la représentativité des banques étrangères dans le monde, la troisième section expliquera le choix entre les formes organisationnelles de représentation ancaire à Pétranger et enfin, la derniere section portera sur le rôle des banques étrangères dans les pays émergents et les pays du Maghreb.

MULTINATIONALISATION BANCAIRE, LES CATEGORIES D’ÉTABLISSEMENTS DES BANQUES ET LEURS CONTROLEA La multinationalisation bancaire désigne un état dont les structures et les opérations bancaires se sont internationalisées de telle manière que les banques puissent être qualifiées de « multinationales La multinationalisation bancaire désigne également un processus : celui qui, de mononationales, conduit les banques à devenir multinationales 1. Ruffini PB. Les banques multinationales, Edition : PUB Paris, 1983.

Contribution à l’étude de l’a ort de l’implantation des banques étrangères en matière de g 77 très diversifiées. De même, le contrôle de ces banques constitue un facteur déterminant de leur forme d’établissements à l’étranger. Dans cette section, il sera question de présenter le processus de multinationalisation bancaire, les formes d’établissements des banques à l’étranger et le contrôle de ces banques par l’autorité réglementaire. 1. Le concept de banque multinationale La banque multinationale est une entreprise qui produit et offre es produits à Fétranger.

En 1990, CASSON2 donne une définition plus nuancée et considère que la banque multinationale est une banque qui détient et contrôle des activités bancaires dans plusieurs pays ou, en d’autres termes, la banque multinationale est une banque organisée pour offrir à la clientèle un réseau international qui permet de disposer de conseils et services pour des opérations internationales et locales dans un grand nombre de pays3. 2. Distinction entre banque multinationale et banque internationale Le terme « banking international » est utilisé en référence aux spects transfrontières et transdevises de l’activité bancaire.

Jusqu’aux années 1960, les banques réalisaient la plus grande part de leurs transactions bancaires internationales ? partir d’agences du pays d’origine4. Par la suite, les prêts en dollar US ont été réalisés dans des banques situées à Londres dont certaines sont des succursales des banques américaines. Si les prêts en devises étrangères par les banques basées en Grande Bretagne vont aux étrangers (non résidents), il s’agit de créances transfrontières e rangées dans la PAGF 137