Arbre phylogenetique

Arbre phylogenetique

Il y a une unitA© du vivant trA? s grande a? ‘origine commune L’unitA© et la diversitA© du vivant ne peut que s’expliquer par la filiation des espA? ces actuelles et des fossiles. POUR ETUDIER LES LIENS DE PARENTES ON RECHERCHE LES RESSEMBLANCES. Ressemblances issues d’un ancA? tre commun a? ‘ caractA? re homologue. // // de l’adaptation A  l’environnement a? ‘ caractA? re analogue. CaractA? res homologues : _ ancestral _ dA©rivA© phylogA©nie : liens de parentA©s A©volutives entre les A? tres vivants. PhylogenA? e : reconstitution de l’histoire des lignA©s A  partir des liens de parentA©s. Arbre phylogA©nique : figure traduisant les liens de parentA©s entre un ensemble d’organismes vivants ou fossile choisi. Plus les espA? ces partagent un grand nombre de caractA? res dA©rivA©s plus leurs liens de parentA©s sont A©troits, et leur ancA? tre commun proche dans le temps. Dans la matrice des distances des molA©cules : Plus les diffA©rences constatA©es sont grandes plus les molA©cules sont A©loignA©e phylogA©nA©tiquement ( dans le temps) .

Etudier la lignA©e humaine, correspond A retracer l’hist de l’A©mergence de l’homme moderne A  partir d’un ancA? tre commun. HOMME CHIMPANZE POSTURE BASSIN ANGLE FEMUR CAPACITE CRANIENNE FRONT FACE MACHOIRE ORBITE BipA? de EvasA© FA©mur

Désolé, mais les essais complets ne sont disponibles que pour les utilisateurs enregistrés

Choisissez un plan d'adhésion
oblique 1500cm3 haut verticale V Absence bourrelets sous-orbitaires QuadrupA? de Long et A©troit FA©mur droit 400cm3 fuyant prognathe U PrA©sence bourrelets sous-orbitaires Les critA? res d’appartenances A  la lignA©e humaine sont : -des caractA? res liA©s A  la bipA©die exclusive. -le dA©v du volume crA? nien, rA©gression de la face. l’acquisition d’une dimension culturelle et mA©taphysique. On admet que tout fossile prA©sentant au moins un de ces caractA? res, appartient A  la lignA©e humaine. Aujourd’hui a? ‘ HOMO SAPIENS 1/ australopithA? que 5/ homo sapiens 2/ homo habilis 3/ homo erectus 4/ homo nA©anderthalinsis La lignA©e humaine est un exemple de lignA©e A©volutive non linA©aire mais BUISSONANTE : diffA©rentes espA? ces ont coexistA©es ensemble, le dA©veloppement des caractA? res a A©voluA© A  des vitesses diffA©rentes. L’Afrique serait le berceau de l’homme moderne. a? ‘ -120m ans pour l’homo sapiens.

Pour savoir cela on calcule la distance gA©nA©tique. (addition des plus petites valeurs entre 2 espA? ces ; le tout x100 ; et 100-le rA©sultat). Bilan : malgrA©, la diversitA© des A? tres humains actuels tous appartiennent A  une seule et mA? me espA? ce a? ‘ homo sapiens . Les diffA©rences allA©liques, plus importantes entre les populations A©loignA©es, traduisant le processus de migration et de dA©rive A  partir d’une population initiale. Les donnA©es gA©nA©tiques actuelles suggA? rent que toutes les populations actuelles dA©riveraient d’une mA? me population ancestrale africaine.

Quels sont les mA©canismes qui rendent possible l’A©volution des organismes ? Au sein d’une mA? me espA? ce on observe une grande StabilitA© : la quantitA© d’ADN. Le nombre de chromosomes La place des gA? nes sur les chromosomes (locus). NA©anmoins la structure fine des gA©nomes est extrA? mement variable d’un individu A  l’autre : a? ‘ polymorphisme individuel. En fait dans le gA©nome, presque tous les gA? nes existent sous plusieurs formes allA©liques : c’est ce polyallA©lisme qui est A  l’origine de la variabilitA© individuelle. Au sein d’une population donnA©e, on A©tudie la frA©quence des allA? les.

Lorsqu’un gA? ne possA? de au moins 2 allA? les dont la frA©quence est supA©rieur ou A©gale A  1%, on dit que ce gA? ne est polymorphe. Les allA? les actuellement prA©sents dans une population rA©sultent de l’accumulation au fil des gA©nA©rations des mutations gA©nA©tiques. Mutation ponctuelle : substitution Addition ou dA©lA©tion. Lors d’une substitution, la mutation peut A? tre silencieuse. Ou bien la sA©quence de protA©ines est modifiA© par un acide aminA© qui remplace un autre : Forme et fonction identique a? ‘ mutation neutre. Forme et fonction modifiA©es a? ‘ mutation faux sens. Apparition d’un stop a? mutation non sens. Mais lors d’une addition ou dA©lA©tion, il y a dA©calage et souvent il y a modification du cadre de lecture de l’ADN. Les mutations peuvent donc avoir des consA©quences trA? s variables au niveau du phA©notype des individus qui en sont porteurs. L’analyse moderne des gA©nomes montre que de nombreux gA? nes prA©sentent d’importantes similitudes, ils forment une famille multigA©nique. Cette homologie signifie que tous ces gA? nes proches, dA©riveraient d’un gA? ne ancestral. La crA©ation de nouveaux gA? nes rA©sulte de nombreux mA©canismes : -duplication -transposition -mutation