Analyse Urbaine Saint Egene

Analyse Urbaine Saint Egene

Architecture urbaine urbaine Restructuration du fragment Est de l’avenue St Eugène Analyse urbaine Mobilité, Densité et Continuité urbaine Restructuration du fr or20 Sni* to View t Eugène 2 LA WA ID Au to Po li ce DU RAV AV BOU KAN DOURA Pa rc ADDA RUE TAIBA AVEN MAAL EM LAR BI OF La lecture de la photo aérienne nous permet de diviser la zone en trois parties distinctes qui diffèrent sur le plan structurel et densité urbaine; reliées par l’avenue Hammou Mokhtar (ex : Saint Eugène).

ZONEI : chronologiquement cette partie marque l’ancien tissu sur lequel l’Avenue Saint Eugène s’est développé, celle-ci présente ne structure dense et homogene. ZONE2 : tronçon intermédiaire entre la partie structurée et la fin de l’Avenue Saint Eugène (le rond point), ce fragment se distingue par un changement brusque sur le plan fonctionnel et spatial. ZONE3 : la fin de rAvenue Saint Eugène marquée par la présence d’un rond point ceinturé par des îlots qui annoncent le début des quartiers Hai Chouhada et Hai Zitoune. 1 Historique C’est en 1866 que la ville d’Oran a connu la naissance des faubourgs autour de l’enceinte; où le coté Est, Monplaisant, carreaux et Saint Eugene formaient déjà un

Désolé, mais les essais complets ne sont disponibles que pour les utilisateurs enregistrés

Choisissez un plan d'adhésion
grou e de 4500 hab. , environ la moitié e la population des faub PAGF 3 OF jusqu’alors, du coté Sud et Est (où se trouvaient logés en 1901 prés de 12000 hab. ), guidés par les routes principales. En 1891, un projet de tramway urbain a été proposé, destiné aux voyageurs et aux marchandises. Six lignes devaient desservir la ville et ses faubourgs sur une longueur de 13 Km. Comme conséquence des progrès de peuplement qui a doublé de 1901 à 1936, et en plus du manque d’espace à bâtir ? l’intérieur de l’enceinte. La zone de servitude a fini par être complètement ceinturée par de nouvelles agglomérations, faubourgs, cites, lotissements et plus u moins mal agencés et mal reliés les uns aux autres. Devant cette situation, qui accentuait l’inutilité des murs, le génie militaire a fini par se décider à déclasser l’enceinte, tout en maintenant l’occupation du château neuf et de quelques emplacements.

Depuis 191 2, avec un arrêt momentané pendant la guerre, et devant la nécessité de coordonner et d’urbaniser, selon les principes de l’époque contemporaine, une ville dont la croissance créait sans cesse de nouveaux besoins et s’accélérait suivant un rythme que ne pouvaient suivre ni municipaux, ni les ressources financières de la ville, il fallait récipiter les décisions, mais en même temps faire un grand projet d’ensemble. Notre ligne d’intervention, l’avenue Hammou Mokhtar (ex : Saint Eugène) qui est la continuité de la rue Mostaganem et qui structure les quartiers périphériques St Eugene, Hippodrome.

C’est à ce niveau là que l’exploitation de la mine de chaux et la culture des champignons a fait venir des ouvriers dont la plupart des espagnols qui se sont installés dans l’agglomération. Par la suite des industries furent crées par des promoteurs privés dans leur propriétés. La partie Est de la ville d’Oran plus précisément les quartiers structurés par ‘axe Saint Eugene ; Hippodrome et Saint Eugene ; où ils ont connu leur naissance du coté Ouest de l’avenue Saint Eugene. La partie Nord de l’avenue (quartier Saint Eugène), le découpaee est le résultat PAGF s OF l’imperméabilité physique, ainsi que la présence d’une série d’impasses. Et après, le développement spatial s’est étalé vers l’est de l’avenue par un tissu qui diffère du premier en raison de sa régularité, alors que celui là présente un réseau viaire en patte d’oie structuré par l’avenue Larbi Maalem. Oran fut marquée par de nouvelles règles de constructions et d’urbanisme qui ont fait sa tructure urbaine au fil des années. 9 ZONE 1 L’Analyse typo morphologique . 1 .

Le tracé viaire Nous remarquons que le tissu urbain s’organise par rapport aux deux axes principaux ; l’avenue Hammou Mokhtar (ex : Saint Eugène) et l’avenue Larbi Maalem. La structure urbaine du fragment étudié est toujours telle héritée de la période coloniale. Le découpage parcellaire des ilots est le résultat du tracé viaire ainsi que de leurs formes. ZELL AM BOUA M AMA KHAL IFA SEDDIKI EL HO CINE Ec o le MO KHT AR Ag en ce PTT MO USSA BEN ALL EL HAMO Les voies de circulation qui desservent l’intérieur du fragment sont étroites. TAHAR SALEM 7 OF forme irrégulière.

Par contre dans le coté droit, le tracé est régulier qui dégage des ilots en général de forme trapézoïdale. L ARE BENTAY La trame urbaine Le tracé viaire 10 2. Le plein et le vide : ZE L AM 8 OF MOKHTAR RUE C HAABANI BACH IR HAMOU RUE ABDEL LAH RAM DANE ASPIRAN RUE M USTAPHA SAID AVEN UE LARBI MAAL RU BO BENT LE VA RD AD PAGF OF d’arbres et équipée de bancs. Le square garçon situé au cœur du quartier d’Hippodrome, au niveau de l’avenue Larbi Maalem. C’est un espace vert aménagé par deux rangées d’arbres et de bancs. Sa surface est égale à 1 000m2. 13 3. Les hauteurs : BEN TAYE D