Analyse roman : Un ange cornu aux ailes de tôles

Analyse roman : Un ange cornu aux ailes de tôles

Catégories Constats et justification page de référence Séquence narrative 1. Michel Tremblay raconte sa vie lors de son adolescence. 2. M. T. raconte raconte sa vie et il y a utilisation du «je». 1. p. 77 1er para. 2. p. 79 [… I Séquence descriptive 1. Description de la Cordillère des Andes 2. Description des crêpes de la mère de M. T. 1. p. 82 2e para. OF4 p g 2. p. 89 . Séquence explicativ 1. Michel Tremblay e 1. p. 77 [… I Séquence dialogale omme roman. 1. Échange entre Michel et sa mère 2. Échange entre Michel et son père 1. p. 85 2. p. 93

Moi présent vs Moi passé 1. M. T. doute de la sincérité de son père à propos de l’histoire du rouge Campbell (Présent vs Passé) 2. Michel dormait avec les livres qu’il lisait et il le fait encore aujourd’hui. 1. p. 95 1er para. (passé) Et 2e para. (présent) 2. p. 80 3e para. (passé vs présent) Souci sincérité/vérité fait un saut dans le temps, vers le futur, en passant de sa guérison au midi où il eut une discussion avec sa mère. 1. p. 89 2e para. / … l 2. p.

Désolé, mais les essais complets ne sont disponibles que pour les utilisateurs enregistrés

Choisissez un plan d'adhésion
85 ,’… / Référents culturels réels 1. La rue Mont-Royal qui existait de 1954-2013 .

Pièce de théâtre de Michel Tremblay (Douze Coups de théâtre) 1. p. 89 ,’… / 2. p. 90 ‘… 1 Degré précision variable 1. Le fait de savoir que si le père de M. T. ne se fait pas opérer à la main, il perdra l’utilité de sa main, ne change rien au récit. On put enlever se passage et dire seulement qu’il avait un tic à cause de nerf coince. 2. Savoir que les crêpes de sa mère sont molles, baveuse et épaisses et tout ce qui suit ne change rien au récit. Michel Tremblay aurait juste pu dire les crêpes de la fin de semaine de sa ère. . p. 90 2. p. 89 1er phrase ‘… 1 Marqueurs modalités 1. Savant historien trop objectif est un marqueur de modalité puisque M. T. trouve qu’Alexandre Dumas est trop objectif et c’est le trop qui fait la différence. 2. «Ça m’énerve» est un marqueur de modalité puisqu’il fait interagir l’auteur 1. p. 78 1er para. Rose 2. p. 78 1er para. Rose Système verbaux 1. Les verbes sont à l’imparfait puisque dans une séquence narrative, les verbes sont à l’imparfait ou au passé composé. Dans ce paragraphe, les verbes sont à l’imparfait. 2.

Les verbes sont au présent puisque dans une séquence dialogale, le temps des verbes est au présent. Dans cette séquence dialogale, les verbes sont au présent. 2 dialogale, les verbes sont au présent. Rythme 1. Les longues phrases ou même les longues énumérations, accélèrent le rythme de la lecture et du texte. Les ellipses aussi agissent de la même façon. 2. Les descriptions, les apartés, les segments inutiles au texte et les phrases courtes ralentissent la progression du récit. 1. p. 78 2e para. Et p. 85 (ellipse) 2. p. 89 1er et 2e para. parté, description et élément inutile pour le texte) Organisateurs textuels 1. «encore aujourd’hui » est un organisateur textuel de temps. 2. «quarante ans plus tard » est un organisateur textuel de temps. 1. p. 77 2e para. nuage 2. p. 84 2e para. nuage Figures de style 1. métaphore puisqu’on met en relation deux élément sans lien soit un cœUr et un océan. Un océan n’a pas de cœur. 2. comparaison puisqu’on deux terme, galette et aplati qui ont un point en commun soit quelque chose de plat et qui est marqué par le terme comparatif «comme». 1. p. 77 1er para. age 2. p. 78 1er para. nuage Procédés typographiques 1. Utilisation de tiret en milieu de phrase pour encadrer un bout de phrase. Ils remplacent les parenthèses. 2. Utilisation de point de suspension à plusieurs reprises dans le chapitre pour indiquer une hésitation après une phrase ou pour abandonner la phrase. Après les points de suspensions il y a un espace entre les points de suspension et le texte qui recommence. 1. p. 78 nuage 2. p. 78, 79, 81, 84 nuage Champs lexicaux 3 nuage 1. font partie du champ lexical du mot roman : récit, prose, livre, istoire. . 1. p. 77 et 78 encerclé Registres de la langue 1. Langue correcte puisque tout au long du chapitre, excepté les échanges entre personnages, l’écriture de l’auteur est marqué par un style de vocabulaire correct mais qui n’est pas recherché. 2. Joual/langage familier présent dans les dialogues puisque le langage utilisé est facilement compris et utilisé assez souvent par les québécois. Exemple : moman, chus, pis, moé, ben, oùsqu’y, et’un, etc. 1. Tout au long du texte excepté séquences dialogales. 2.

Tout au long des séquences dialogales de la page 85 à 88 Analyse du chapitre Les Enfants du capitaine Grant Introspection et Rétrospection 1. Rétrospection, car M. T. se rappelle du premier personnage de roman auquel il c’est vraiment attaché et il garde encore à ce jour un souvenir très précis de ce qui entoure la lecture du livre dans lequel son personnage de roman préféré fait partie. 2. Rétrospection, car M. T. pense encore à une des images les plus fortes de son enfance lorsqu’il souffre d’insomnie. 1. p. 79 2. p. 84 4