Analyse financiu00E8re et Moyens de paiements du00E9finitions de la comptabilitu00E9

Analyse financiu00E8re et Moyens de paiements du00E9finitions de la comptabilitu00E9

Master Spécialisé IGRH-DS Faculté Polydisciplinaire El Jadida Analyse Financière et Moyens de Paiement Enseignant: Mustapha BENMAHANE [email protected] Li gne directrice du p • Qu’est-ce qu’une en 1 p g – un système de transactions avec de nombreux acteurs externes ( actionnaires, banquiers, État, clients, fournisseurs ) – mais aussi une organisation avec des acteurs internes ( personnel, syndicats ) • La comptabilité s’attache à chiffrer l’ensemble des transactions quantitatives entre tous ces acteurs 2 gne directrice du programme • Un grand nombre de ces transactions ne font pas l’objet e comptabilisation, dès lors qu’elles sont quartatives (relations sociales, aspects environnementaux, éthiques). dirigeant de savoir quel produit / quelle activité est source d’enrichissement. • Elle permet le calcul des coûts et des revenus, ce qui permet ensuite de calculer le bénéfice. • Elle est la base du contrôle de gestion et du management. Ligne directrice du programme • Mais ces deux comptabilités sont insuffisantes pour appréhender le futur ; d’où le besoin de calculer la rentabilité des investissements et plan ‘fier l’avenir dans un Business Plan ?? Mais ces trois aspects sont insuffisants pour diriger une entreprise dans son environnement global, d’où la nécessité de mettre en place des indicateurs pas

Désolé, mais les essais complets ne sont disponibles que pour les utilisateurs enregistrés

Choisissez un plan d'adhésion
seulement financiers. 6 L’entreprise et la Comptabilité Pour comprendre l’importance de cette relation, il convient de définir les différentes formes de la comptabilité 7 Définition de la comptabilité • La définition du système comptable n’a d’intérêt que positionnée par rapport à l’entreprise. • L’entreprise peut être définie, selon une approche économique, comme un système. • Un système est un ensemble d’éléments en nteraction.

Il approvisionnements Englobe tous les aspects techniques, la R&D, les problèmes de qualité. Recouvre les problèmes de publicité, de sélection des clients, des réseaux de distribution. Comprennent le choix des fournisseurs, le contrôle qualité… 11 • Cette approche simpliste permet de constater, que deux éléments importants sont générés par les trois précédents: • Ce sont le social et le financier. • Le financier, objet de l’étude, irrigue Hensemble de l’entreprise et devrait permettre de faire coincider les ressources financières aux besoins de chacun des utres éléments. 12 • La finance joue donc le rôle de régulateur n’étant pas malheureusement infinis. ?? Des choix devront être pris par les différents responsables pour assurer la pérennité de l’entreprise. 13 • L’entreprise apparait donc comme: – une cellule sociale qui as 1 aison de juridique… 15 • Ces interférences sont à double sens puisque, l’entreprise elle-même agit sur son environnement. • L’entreprise est donc bien, comme le disent les économistes, un système ouvert que l’on peut schématiser comme suit : 16 17 • L’entreprise puise dans l’environnement les essources nécessaires à son activité (main-d’œuvre, matières, énergie… ): entrées (ou input) . • Et rejette sous forme de sorties (ou output) les produits de cette activité (produits finis, semi-finis, salaires… ). 8 • Ce schéma simplificateur peut servir de support à la définition des différents types de comptabilité. • La comptabilité générale saisit tout ce qui entre et ce qui sort de l’entreprise, elle joue le rôle d’un douanier, en ne comptabilisant que les opérations qui concernent les relations de l’entreprise et de son environnement. 19 4 OF Il qualité du système comptable. 1 • La comptabilité générale est donc une comptabilité du global, – elle exprime le résultat global de l’entreprise sous forme de bénéfice ou de perte, – mais elle ne renseigne pas sur les activités, les produits ou départements à l’origine de ce résultat. ?? C’est la comptabilité analytique qui est, elle, une comptabilité du détail, et qui a cette mission de détailler le résultat, ou au moins les coûts, par produit, par marché, ou par centre de responsabilité, selon les choix faits par les responsables de l’entreprise. 22 • Un centre de responsabilité est un centre d’analyse ui doit correspondre: – à une division réelle de l’entreprise (par exemple un produit, une zone géographique… ), – ou à l’exercice d’une responsabilité (centre achat, magasinage… ). 23 • Autres éléments pour distinguer ces deux comptabilités: – la comptabilité générale est obligatoire et formelle. ? obligatoire signifie, que toute organisation, quelle que soit sa forme juridique, est tenue d’avoir cette comptabilité : que ce soit par exem le la société anonyme, la société à res ainsi que leur dépôt auprès de radministration fiscale et du greffe u Tribunal de Commerce (pour les sociétés anonymes et les sociétés à responsabilité limitée). – La comptabilité analytique est facultative, elle est laissée à la discrétion du chef d’entreprise. 25 • Ces documents correspondent à l’exercice fiscal qui équivaut, ou non, à l’année civile et dont la durée est généralement de douze mois sauf exception (l’année de création par exemple). • L’arrêté des comptes, à la fin de chaque exercice fiscal, ne signifie pas publication immédiate des documents de synthèse. • Ces documents doivent être, pour les sociétés ommerciales, présentés pour approbation ? l’assemblée générale ordinaire des actionnaires au plus tard six mois après la fin de l’exercice fiscal. 6 • Ceci signifie que, pour une entreprise qui arrête ses comptes au 31 décembre de l’année N, les résultats ne seront connus par les tiers qu’au mois de juin de l’année N +1, • d’où le qualificatif de comptabilité du passé qui est souvent attribué à la comptabilité générale, à la différence de celui de comptabilité du présent qui est souvent affecté à la comptabilité analytique. 27 Définition de la comptabil omptabilité • Ces résultats sont généralement édités tous les mois et ne servent qu’à usage interne. • L’objectif est pour partie de maîtriser les coûts ou de connaitre les résultats à mesure de leur constitution. ?? Dans une optique de contrôle de gestion, cette comptabilité est généralement liée à la gestion budgétaire ou prévisionnelle, qui consiste à chiffrer les prévisions des différents centres de responsabilités définis par l’entreprise pour établir une comptabilité du futur devenant l’objectif à atteindre. 29 • La comptabilité analytique permet: de suivre au mois le mois les réalisations, de mesurer les écarts entre prévisions et réalisations, – et de mettre en œuvre les mesures correctrices si des écarts significatifs sont mis à jour. 30 • Notons que ces deux comptabilités qui sont de véritables outils de gestion reposent, en partie, sur la notion de compte de résultat, • et donc utilisent largement les concepts de la comptabilité générale dans une optique de gestion du présent, voire du futur. ?? Aussi est-il tout à fait indispensable de parvenir à une bonne maîtrise de ces concepts. 31 32 bonne foi de ces règles t procédures. 33 • Les trois fonctions de la comptabilité – Instrument de preuve – Technique de bonne administration – Support de communication • Que trouve-t-on dans la comptabilité ? – Bilan patrimonial ( le bilan ) – Point annuel de l’enrichissement ( le compte de résultat ) 34 La vision patrimoniale à un instant t: le Bilan 35 Enrichissement de l’année: le compte de résultat (CR) 36 e passage du compte de résultat au bilan • Les deux sont intimement liés • Il y a les comptes de formation du résultat, et les comptes de bilan • L’espace comptable se divise en 4 Actif = Emploi

Passif = Ressources stocks • Les stocks au 31 /1 2/N doivent être évalués • Il s ‘agit d’une opération « d’inventaire » • Il existe des inventaires physiques et des inventaires permanents • Il existe plusieurs méthodes 43 Le compte de résultat (CR) Immobilisations (bilan) et amortissements (CR) • Exemple d’amortissement d’une voiture • acquisition 200 000 Dh année 1 • valeur, année 2: 150 000 Dh • perte de valeur entre les 2 bilans : 50 000 Dh • où est elle passée? • dans le résultat qui, toutes choses égales par ailleurs, a été diminué de 50 000 Dh 45 Bilan initial Actif Immo corporelle (voiture): Cap tal Valeur initiale (brute) 200 000 Passif d’année en année. Au bilan (vision patrimoniale à un instant t), on trouve donc les immobilisations dépréciées. • La valeur au bilan est la valeur nette : c’est la valeur brute initiale (coût historique), moins le cumul des amortissements depuis l’acquisition. 50 Dettes (bilan) et charges financières et les produits financiers (CR) • Emprunter de l’argent a un coût : les intérêts qu’on paye. Cest une charge. Cest le loyer de l’argent – La dette est au bilan ; mais le coût est dans le CR ?? Prêter rapporte de l’argent : les intérêts qu’on reçoit ; c’est un revenu – Le prêt est au bilan ; mais le revenu est dans le CR 51 Exemple: dettes 10 000Dh, taux 5% 52 Le résultat et les dividendes • Le résultat est ce qu’il ressort du compte de résultat. C’est soit un bénéfice, soit une perte. • A la fin de la période, au moment de faire le bilan, ce résultat est considéré comme une ressource, une « économie » : c’est un poste de pass’f : le « résultat de l’exercice • Par convention, si c’est une perte, il est aussi placé au passif (avec un signe négatif). 53 e résultat et les dividen 0 1