Analyse du poeme l’ame de la ville d’emile verhaeren

Analyse du poeme l’ame de la ville d’emile verhaeren

L’ame de la ville : Intro : intro de la plaine jusqu’a « paysages sordides et exaltants » + Malgre que cette ville ait ete traversee par un episode sanglant de l’histoire, ici c’est une vision positive que nous livre le poete. Plan : I) La ville espace de l’histoire : Le texte se presente comme une analyse lineaire : la trajectoire du tps est visible ds l’espace ; Avant de s’etirer vers l’infini, la ville est d’abord un centre ou l’on plonge vers les origines (vers 1 a 18) et d’ou l’on decouvre l’horizon de l’avenir (vers 19 a 30). Ainsi, apparait au v. « l’ebauche, lente a naitre de la cite » (ebauche = Commencement de ce qui peut durer ou s’arreter). Ce vers relate donc la naissance de la ville. Vient ensuite l’evocation des « livres […] bibles » (v 9-10). Ces livres contiennent l’histoire de la ville et les « monuments » (v. 11) en temoignent. Le poeme se poursuit par l’evocation de passe sanglant et donc douloureux de la ville a travers les conflits et les luttes (V. 15 et 16). Le poeme retrace alors les etapes de l’histoire de la ville et sonde ses profondeurs :

Désolé, mais les essais complets ne sont disponibles que pour les utilisateurs enregistrés

Choisissez un plan d'adhésion
« elle a mille ans la ville, La ville apre et profonde » (v. 7 – 18) (Transition 🙂 En tant que visionnaire, Verhaeren s’attaque a prevoir l’avenir de la ville (decouverte de l’horizon de l’avenir) Nous percevons une force qui s’active en de « souterrains abois/ vers on ne sait quel ideal » (v. 4-5) et se deploie enfin « victorieuse » (v. 24) et « geante » (v. 27) Tout en s’erigeant, la ville accumule sur elle le poids du passe comme le montre l’exclamation qui conclue le poeme « Oh les siecles et les siecles sur elle ». II) La ville comme lieu et pole de valeurs : Au vers 2 le mot « droit » renvoi a la notion de justice, valeur au fondement de toute societe democratique. Au vers 14, Verhaeren evoque « l’espoir fou », c’est l’espoir de la paix, or la justice est le ciment de la paix. Cette paix passe par la « delivrance » et le « salut » (v. 7). Ce vers presente avec le vers precedent une alternance entre la rage et l’esperance ; comme l’espoir est evoque par la suite c’est l’esperance qui l’emporte. . « Tocsins brasant » (v. 6) = cloches qui sonnent. C’est donc une evocation de la religion qui est un ensemble de dogmes et de rites qui instituent des valeurs.

En regroupant les citoyens autour de la justice de l’espoir et de la paix, la ville se presente donc comme le berceau de la civilisation. III) La celebration de la ville : Les marques de la celebration de la ville se concentrent dans la deuxieme partie du poeme. Cette ville est decrite comme etant « apre et profonde » (v. 18) cad qu’elle a un fondement solide d’ou sa resistance. En effet, elle a resiste aux querelles du passe mais egalement a l’orgueil « lourd » du peuple ‘v. 20). Au vers 22 on a un parallelisme contenant une personnification de la ville.

Le poete lui attribue un « c? ur » et des « nerfs » et la decrit comme etant dotee d’une forte « volonte » (v. 23). Qu’elle soit « victorieuse » (v. 24) ou « vaincue » (v. 25), la ville reste tjs le centre de l’univers : « elle est l’attrait de l’univers » (v. 25) + figure d’insistance avec la repetition de son « triomphe » ou ses « defaites » (v. 26) rappelant qu’elle est « victorieuse » ou « vaincue ». Le poeme se termine par une image positive de la ville lumineuse avec le champ lexical de la lumiere : « luit, clarte, feux d’or, rayonne »

Conclusion : Le poeme presente l’ame de la ville sous ses apparences successives, victorieuse, vaincue en suivant son trajet nous traversons a la fois l’espace et l’histoire. Verhaeren en embrassant la ville du regard, embrasse toute son histoire dans un panorama chronologique oriente vers l’avenir. [Pour un plan : I) un poeme epique ; II) un poeme lyrique il faut montrer premierement que le poeme evoque la puissance et la lutte ancestrale en s’appuyant sur les elements qu’il y a dans « la ville espace de l’histoire » et en grand deux s’appuyer sur « la celebration de la ville » pour monter qu’il est lyrique. ]