Analyse d’oeuvre saint joseph charpentier

Analyse d’oeuvre saint joseph charpentier

Introduction Cette peinture francaise du XVIIeme siecle de l’artiste lorrain, George de la Tour (1593,1652) est exposee au musee des Beaux-Arts a Besancon. Peinte en 1643, elle celebre le pere Joseph et l’enfant Divin, Jesus. Le Saint Joseph charpentier represente ici, est un des plus beaux exemples des scenes nocturnes. Par le fait, il va ouvrir la voie aux impressionnistes grace a son enorme capacite d’observer la lumiere. Pour qu’a leur tour, ils s’interrogent sur la facon d’eclairer et de faire varier l’eclairage. En effet, la principale technique utilisee ici est le clair-obscur.

On pense que c’est a Rome, qu’il va s’attacher a une partie du caravagisme, car c’est dans le clair-obscur que La Tour cherchera l’effet artistique et la mediation dans Saint Joseph Charpentier. C’est en 1939 que la guerre de trente ans (1618-1648) le forcera a quitter Luneville. Sa maison est victime de la guerre, il va a Paris pour devenir plus tard le peintre de Louis XIII. En quoi la lumiere joue t-elle un role dans cette scene religieuse ? Dans un premier temps nous nous interesserons a la description du tableau et dans un second temps nous verrons ses aspects divins, et enfin ses aspects semantiques.

Partie 1 :

Désolé, mais les essais complets ne sont disponibles que pour les utilisateurs enregistrés

Choisissez un plan d'adhésion
Description. Dans cette peinture d’histoire est represente un homme et un enfant, un pere et son fils. Cette scene religieuse est de style baroque. On voit Saint Joseph penche et occupe a assembler les pieces d’une charpente. Il transperce un morceau de bois a l’aide d’une vrille. Quant a Jesus, il l’eclaire a l’aide d’une bougie. Aux pieds du charpentier, se trouve un maillet ainsi qu’une lime et un copeau de bois. Dans cet espace, on constate une legere profondeur de champ car il y a une petite distance hypothetique. Il n’y a pas de fond, car les acteurs s’enfoncent dans le drame, il n’y a donc pas besoin de paysage.

L’artiste ne laisse aucune information concernant l’espace. Nous ne savons pas comment en sortir, ni ou se deroule la scene. On peut supposer que c’est dans son atelier, d’ou ses outils places au sol. On a affaire a un espace scenique bien que sa composition soit simple et sans artifices. La principale caracteristique de son ? uvre reside au niveau de l’eclairage, car il est reflechi tout comme au cinema, ou la lumiere joue un role essentiel. En effet, grace au clair-obscur, la lumiere est organisee autour de cette scene realiste que nous propose cet artiste tres pointilleux.

Il joue avec la transparence de fines couches en employant le glacis, qui permet de faire valoir l’effet reel et Naturaliste de l’? uvre. C’est ce qui installe cette ambiance, et modelise les personnages pour leur donner du relief. Ces simples effets lumineux creent une sorte de voile qui guide le regarde du spectateur vers la zone eclairee. Les dimensions de l’? uvre, exposee au Louvre, sont assez imposantes. Il y a donc une majeure partie plongee dans l’obscurite, puisque la flamme est l’unique source de lumiere.

C’est comme si la lumiere distribuait les roles, elle donne un aspect mystique, car la bougie est symbolisee par le visage rayonnant de l’enfant. D’ou la fonction symbolique du clair-obscur, qui signifie l’intrusion divine dans le monde terrestre qui est ici plonge dans l’obscurite. Tandis que les autres elements du tableau apparaissent comme chaleureux, brillants et harmonieux, charpentes de couleurs chaudes, or ou des fumees orangees. C’est grace a la couche prealable de couleur foncee et a l’ajout de bleu pour assombrir considerablement sa toile que l’artiste obtient ses teintes claires si mysterieuses.

Partie 2 : Developpement. Saint Joseph charpentier, appartient au mouvement du Luminisme. Pour interagir avec l’? uvre, nous pouvons compatir a la douleur du charpentier. De plus, grace au realiste prenant de l’? uvre on peut presque s’immiscer a l’interieur et souffler sur la bougie. Sans elle, le travail du charpentier n’a pas lieu d’etre. La scene s’eteint car sans lumiere, il n’y a plus de vie. La bougie illumine le visage de l’enfant divin, mais aussi la sueur du front de son pere, gage d’un travail acharne. D’ou les details qui saisisse l’effort de ce vigoureux ouvrier.

On note le violent contraste entre les deux silhouettes. D’une part, les veines du charpentier sont saillantes et son front laisse entrevoir des rides, tandis que la peau de l’enfant est grace a l’eclairage, tres pure. Les personnages sont en train de poser. On est etonne face a la distance qui les separe. Cette scene est intime, de plus on remarque qu’ils sont pauvres, il n’existe pas de barriere entre eux. Ils portent des sandales et des habits sont conforment a la realite de l’epoque. Car precedant le Moyen Age, nous nous trouvons aux Temps Modernes.

Peu a peu, en entrant dans l’ombre, on apercoit une poutre foree qui evoque la croix. De maniere troublante, cette poutre nous fait penser a la croix sur laquelle le Christ sera crucifie, ce qui prefigure le sacrifice de l’enfant Jesus. C’est un moyen tragique de nous devoiler quelle sera sa destinee. C’est la flamme dans l’atelier du charpentier qui lui servira a accomplir sa tache, qui n’est pas moindre. Jesus a a la fois un pere spirituel, qui est Dieu, mais d’un autre cote, c’est son pere qui va probablement le pousser a l’echafaud. Car dans le domaine des justes, il ne faut penser qu’au bien et compatir la plupart du temps.

C’est une facon de s’occuper pour ne pas affliger la souffrance et d’acceder au paradis. Joseph est issu de la genealogie de David, epoux de Marie et « pere nourricier » du Christ, et a partir du XVIeme, il appartient au culte des Franciscains, d’ou la cordelette qu’il a autour du cou. Partie 3 : Interpretation. Le sujet presente ici, est un mythe : celui du charpentier. Il est le seul de la famille a etre soucieux de la protection de ses proches. Habitue de cotoyer en permanence le danger, son metier est symbolique, il a pour charge de batir l’espace rassurant et protecteur, comme un sanctuaire.

La technique du clair obscur, donne l’apparence de spectres aux personnages. L’artiste propose deux sortes de composition, une plus traditionnelle pretant a ordonner les personnages de facon classique, puis une autre plus harmonieuse, et dramatique. Ce qui laisse une empreinte de gravite, troublante. D’une part, a cause des choix de l’artiste, qui en voulant repartir l’eclairage en deux zones, celle de la clarte intense, puis une violente transition pour marquer un contraste entre les deux. Cela laisse les extremites neutres, sans arriere plan.

Bien que les modeles soient tires du milieu paysan, ils sont traites avec grandeurs. Notre attention se porte uniquement sur eux. Nous pouvons alors constater l’aspect digne de l’enfant Jesus, et la melancolie sur le visage use de Joseph. C’est la diffusion de la lumiere qui marque un leger espoir, une flamme qui ne s’eteint pas. On dirait que le pere souffre deja a sa place et qu’il nous le rappelle encore une foi : les hommes sont mortels. Il participe donc a la souffrance de son fils. Jusque dans le denuement il restera fidele a son fils, meme si la mort le resigne a lacher prise.

Il est confiant, et la foi lui donne une raison de batir a ses cotes l’espoir. D’ou le cote intimiste et l’usage des couleurs contrastees. L’artiste ne nous laisse voir que le c? ur de cette mise en scene visant a nous attarder sur cette source de lumiere, qui est primordiale. La flamme qui irradie le visage de l’enfant, est symbolique. Les parties d’ombres penetrent la lumiere, ce qui signifie que le mal prend le dessus sur son destin. Mais pourtant la flamme reste allumee, et masquee par la main de l’enfant. Une sorte de protection, pour lui et pour son pere.

Sans sa main, le tableau serait trop sature et toute cette mise en scene incredule. Conclusion : Cet artiste luministe est un precurseur de l’impressionnisme. Il va influencer beaucoup les peintres majeurs. Il tire sa technique du caravagisme et embellit ses modeles. Les lueurs de la bougie sont symboliques. On remarque bien le message divin qui est passe ici sous forme d’halo. La lumiere est unique et creer une atmosphere lumineuse. C’est la structure du tableau. Tout comme celle du musee George Pompidou chaque edifices. C’est un aussi lourd fardeau que pour Saint Joseph Charpentier.