analyse de pratique hygi ne n 1

analyse de pratique hygi ne n 1

Absence ou utilisation non conforme du collecteur de type OPCT (Objets Piquants Coupants Tranchants) Introduction Etudiante en première année, en institut de formation de soins infirmiers, j’ai réalisé mon premier stage d’une durée de cinq semaines dans un collège (lieu de vie) en même temps qu’une autre étudiante de ma promotion. Cet établissement n’est pas assimilé à un milieu hospitalier car la population accueillie est dites « saine Cependant, lors de mon stage, j’ai pu constater quelques situations qui ont suscité chez moi certaines interrogations.

Notamment, l’absence lors de soins ou d’une mauvaise utilis piquants, coupants, t de développer ce suj d’infectiologie et d’hy Dans un premier te Swape nextp g type OPCT (objets rie. J’ai donc ChOlSl ec l’évaluation u dans lequel j’ai effectué mon stage. Puis dans un deuxième temps, je présenterai la situation à laquelle j’ai été exposée, et enfin dans un dernier temps, j’analyserai cette situation. I. Présentation du lieu Le collège est un lieu de vie où la moyenne d’âge de la population est comprise entre 11 et 15 ans.

Cest une structure composée ‘une équipe administrative de 43 personnes (dont l’infirmière scolaire car elle est sous la responsabilité de la principale du collège) to next page collège),

Désolé, mais les essais complets ne sont disponibles que pour les utilisateurs enregistrés

Choisissez un plan d'adhésion
d’une équipe d’enseignants qui compte 69 personnes et 843 élèves réparties en 9 classes de 6ème, 11 classes de 5ème, 10 classes de 4ème et 12 classes de 3ème. Ily a aussi, 10 élèves de ULIS (Unité Localisée pour l’Inclusion Scolaire) et 112 élèves de SEGPA (Section d’Enseignement Général et Professionnel Adapté).

Le taux de réussite du collège (d’après le livret d’accueil) est de y a actuellement 73 enfants bénéficiaires d’un Projet d’Accueil Individualisé pour des pathologies chroniques tels que la dyspraxie, la dyslexie, 2 cas d’allergies alimentaire, un cas de diplopie et 1 seul cas de diabète de type 1 chez une jeune fille de 5ème. Il. Description de la situation observée La situation s’est produite dans la salle de soin de l’infirmerie au sein même du collège. Ce jour-là, une jeune fille diabétique se présente à l’infirmerie afin de pratiquer, elle-même, son injection d’insuline avant son repas.

Elle sort son matériel, le pose sur la table sans avoir pris la précaution de la désinfecter. Elle sort une bandelette qu’elle insère dans son lecteur de glycémie puis se pique le doigt avec son auto piqueur, sans lavage des mains au préalable. Elle jette son auto piqueur dans la poubelle type DAOM (Déchets Assimilés aux Ordures Ménagères). Ensuite, elle dépose une goutte de sang dans la cellule de la bandelette. Elle s’essuie le bout du doigt avec son pouce en frottant. Puis, en fonction du rés 2 Elle s’essuie le bout du doigt avec son pouce en frottant.

Puis, en onction du résultat obtenu, elle ajuste la dose à injecter sur son stylo à insuline. Elle fait un pi cutané au niveau de la zone externe de l’abdomen et s’injecte l’insuline sans avoir préalablement désinfecté la zone de ponction. Une fois son injection faite, elle s’essuie d’un revers de la main et se débarrasse de l’aiguille en la jetant dans la poubelle toujours de type DAOM (Déchets Assimilés aux Ordures Ménagères). Elle range son matériel et s’en va. Elle n’aura effectué à aucun moment un lavage des mains simple ou avec une solution hydro-alcoolique (SHA).

Après son départ, j’ai regardé dans l’infirmerie si je voyais un collecteur destiné aux objets piquants, coupant, tranchants, (OPCT). Ne l’ayant pas trouvé, je décide donc de demander à Pinfirmière scolaire si elle possède un de ces collecteurs à l’infirmerie. Elle m’a répondu qu’il y en avait un mais qu’il était rempli et que n’ayant jamais pris le temps de savoir comment faire pour éliminer ce type de déchets et s’en procurer un autre, elle l’avait ms dans un placard. Je l’al effectivement retrouvé dans un des placards de la salle de soin de l’infirmerie.

Etant donné qu’aucune date de 1ère utilisation n’a été inscrite dessus, je ne sais même pas depuis quand il est là. Dans cette situation, plusieurs choses m’ont interpellé. Après réflexion, j’ai choisi de me concentrer sur la mauvaise éliminatio 3 plusieurs choses m’ont Interpellé. Après réflexion, j’ai choisi de me concentrer sur la mauvaise élimination des déchets, les obligations et solutions d’éliminations ainsi que le risque d’accident d’exposition au sang (AES).

Cette jeune fille étant au cœur de la démarche de soins de ma collègue, elle a pu bénéficier e ses conseils dans le cadre de l’éducation et la prévention sur le lavage des mains et le protocole de désinfection avant une injection en sous cutanée. Ill. Analyse de la situation observée Quels risques y a-t-il a jeter une aiguille dans une poubelle de type DAOM (Déchets Assimilés aux Ordures Ménagères) ? Quels sont les risques d’une utilisation non conforme d’un collecteur de type OPCT (Objets Piquants Coupants Tranchants) ? Que puis-je faire à mon niveau pour améliorer la situation ?

Sachant que l’infirmière scolaire de ce collège ne pratique aucune njection, ni aucune vaccination, c’est l’élève diabétique qui est productrice de déchets car : selon l’article 2 de la loi n075-633 du 15 juillet 1975 relative à l’élimination des déchets et à la récupération des matériaux : « Toute personne qui produit ou détient des déchets, est tenue d’en assurer ou d’en faire assurer l’élimination L’élimination des déchets comporte les opérations de collecte, transport, stockage, tri et traitement » donc c’est l’élève qui est responsable du tri et de l’élimination de ses déchets. En ne jetant pas 4