analyse de document la bataille de salonique

analyse de document la bataille de salonique

Introduction: Cette lettre est un extrait du livre Journal et lettres de Sébastien Touquet. Sébastien Touquet était un soldat au 372ème régiment de l’infanterie et a été envoyé à Salonique en Grèce de 1915 jusqu’à la fin de la guerre. Les extraits dans ce passage date de l’été 1917, entre le mois de juin et juillet. Il y écrit ses pensées et idées et parle de ses conditions de vie entant que soldat. Contexte historique: ‘expédition de Salon Angleterre et Russie) sur le front de la Mac différents.

La Serbie: Swipe View next nts des alliés (France, l’orient, notamment a plusieurs fins Dans un premier temps, cette expédition était destinée à soutenir l’armee serbe lors de l’invasion de la Serbie par les armees austro- allemande et bulgare. En 1995 les troupes françaises et anglaises et celles repliées de l’expédition des Dardanelles débarquent ? Salonique avec raccord du premier ministre Grec. Ainsi, la Grèce ne respectera pas sa neutralité. ‘idée était de venir en aide aux Serbes, obligés de se replier vers le sud pour maintenir le deuxième que Winston Churchill a essayé d’ouvrir, en vain, sur les Détroits.

La stratégie est d’arrêter les Bulgares à Nis mais ils ne rencontrent

Désolé, mais les essais complets ne sont disponibles que pour les utilisateurs enregistrés

Choisissez un plan d'adhésion
pas beaucoup de succès. Ils changent donc d’objectif et se focalisent sur la voie ferrée pour garder contrôle de la seule seule vole de communication avec l’extérieur et donc, leur seul moyen de ravitaillement. Cette voie ferrée remonte la vallée du Vardar, qui donne le nom à cette opérations: L’opération du Vardar. Cidée est de remonter la voie vers le Nord et de faire jonction avec avec Parmée Serbe mais le plan échoue. Les bulgares coupent la progression des Serbes, les obligeant à se replier vers l’Ouest, à Salonique.

Le retour sur Salonique est dur. Les conditions climatiques, importantes chutes de neige et températures négatives, ne jouent pas en leur faveur. pour facilité le retrait de tous les moyens de combats amenés, des combats ont lieu sur la ligne de retrait prédéterminée, allant jusqu’à la frontière grecque. Les Bulgares ont l’interdiction de PAIlemagne de la franchir, étant donné que la Grèce n’a toujours pas choisi son camp. De leur côté, les Serbes ne vivent pas une retraite facile non plus. Ils sont obligés de se faire évacuer pas les ports de Medua, Durrazzo et Valona par des navires alliés, puis amener ?

Salonique. La reconstitution de l’armée Serbe: Dans un deuxième temps, l’expédition de Salonique à servi ? reconstituer l’armée Serbe. Une fois que les serbes arrivent à Salonique après leur évacuation par l’Adriatique, ils sont formés à la française. Salonique devient ainsi une ville de refuge, encerclée pas les Alliés et protégés par l’armée grecque à la frontière, elle accueille près de 300 000 hommes Français, Britanniques, Serbes, Italiens 2 frontière, elle accueille près de 300 000 hommes Français, Britanniques, Serbes, Italiens et Russes.

Au niveau politique, la présence des alliés est très discutées. Les Britanniques aimeraient se retirer pour mettre leurs troupes ? disposition de la Palestine et de l’Irak, le ministre français soutient une entrée en guerre de la Roumanie, les Grecs ne savent toujours pas de quel côté se ranger et le ravitaillement est de plus en plus difficile. Elargissement du front: A partir de 1916, les Grecques diminuent leurs forces d’interposition sur leurs frontières, suite à leurs accords avec les Allemands et les Bulgares.

Des troupes françaises sont donc envoyées vers Monastir pour prévenir l’avancement des roupes allemandes et bulgares. En mai, les bulgares pénètrent le territoire Grec et avancent sur la route de Salonique, prennent le fort du Rupel et par la suite envahissent toute la Macédoine. Les Alliés reprennent le dessus après une phase de défensive autour du Vardar, Doiran et la Strouma; les Serbes conquissent le plus haut sommet de Salonique, empêchant les Bulgares de couper la route de Monastir.

A l’est, ils reprennent le fort du Rupel et s’arrêtent à quelques kilomètres de la ville où le front se stabilise. Au niveau de la Stratégie les Alliés auront gagnés mais ils n’auront as réussi d’empêcher les offensives des puissances centrales qui envahiront entièrement la Roumanie. Les fronts passent donc sur les hauteurs, sur les crêtes de la Moglen 3 entièrement la Roumanie. Les fronts passent donc sur les hauteurs, sur les crêtes de la Moglena autour de Monastir.

Pendant le restant de l’année 1917, c’est une guerre de position qui se joue. Analyse: Vivre la guerre à Salonique: Division: J’ai divisé ce texte en trois parties: ce sont les trois dates différentes à laquelle l’auteur écrit. La première partie a été écrite le 7 juin 1917 (lignes 1-9). Sébastien Touquet raconte les divers batailles effectuées qui n’ont servi à rien et tente de trouver une solution pour arriver à la paix. Je Pai intitulée La recherche d’une solution.

La deuxième partie a été écrite le 29 juin 1917 (lignes 10-18) et il y décrit les terribles maladies qui courent dans les tranchées et l’affreuse hygiène qui y règne. Je l’ai intitulée Les conditions de La dernière partie a été écrite le 28 juillet 1917 (lignes 19-27). Cauteur parle cette fois si de la vie au quotidien et sur tout la sensation de manque ressentie pour les proches. J’ai donné omme titre à cette partie le manque des siens. Mots clés: Salonique (ligne 1): Salonique est une ville Grecque, aujourd’hui appelée Thessalonique, située au fond du golfe [email protected]

De nombreuses troupes françaises et anglaises y ont été envoyé au cours de la première guerre mondiale pour venir en aide au Serbes (expliqué précédemment dans le contexte historique). La conférence de Stockholm (ligne 7): La conférence à Stockholm est une réunion de socialistes de divers 4 conférence de Stockholm (ligne 7): La conférence à Stockholm est une réunion de socialistes de divers nations et partis politiques ifférents, qui se sont réunis dans un pays neutre pour tenter de trouver un moyen d’instauré la paix dans le monde.

La conférence était un grand sujet de polémique mais les divers gouvernement n’étaient pas très confient. La conférence n’a jamais pris place, mais instaura quand même en partie une idée de paix. 500, 372ème (ligne 21): Quand l’auteur emplois dans les lignes 21 à 22 les chiffres suivant, il fait allusion aux régiments. Un régiment est une unité militaire, rassemblant jusqu’à 3’500 hommes et gouverné par un colonel.

Thèmes: La maladie: Dans ce texte on peut relever plusieurs mots se éférent au thème de la maladie, montrant à quel point les conditions de vie étaient terribles. ligne 11: « relevés « parti » ligne 12: « malades « foutus « soignaient » ligne 13: « paludisme « dysenterie » ligne 14: « crever » Les horreurs de la guerre: On retrouve dans ce texte plusieurs thermes démontrant les rudes conditions de vie au niveau des batailles et du morale. igne 1: « boucherie effrayante » ligne 5: « batailles », « ruine » ligne 6: « sacrifice » ligne 16: « pauvres cons » ligne 21: « pauvre bête « , « révoltée » ligne 22: « pauvres bougres » igne 23: « sans arrêt »,« durs » ligne 26: « grave » S « grave » ligne 27: « il y en a marre » L’auteur reprend trois fois Padjectif « pauvre » pour décrire les soldats. On constate ici, à nouveau, la dureté de leur quotidien.

L’espoir: Malgré toutes les horreurs parmi lesquels les soldats vivent, on retrouve dans ce texte une pointe d’espoir. ligne 6: solution » ligne 7: « espoir » ligne 8: « espoirs de paix « Tout le monde la désir » ligne 9: « Tous la veulent et tout le monde des concessions pour l’avoir » Interprétation: Ce texte nous apprend beaucoup sur la vie des soldats pendant la uerre. Cauteur utilise des mots forts et marquants pour décrire les champs de bataille des le début du texte, ce qui nous met directement dans le vif du sujet.

On se met donc à la place du soldat et on réalise tout de suite sa manière de vivre les choses. I parle beaucoup des conditions et de l’hygiène de vie dans les tranchées, la façon dont ils se font traiter par leurs supérieurs et le manque qu’ils éprouvent vise à vis de leurs proches tout au long de ces années. Ce texte est important dans le sens qu’il confronte les « spectateurs » de la guerre, les civils rester chez eux, ou même aintenant, les élèves, historiens et autres personnes intéressées à la dureté de cette guerre.

Les rudes conditions de vie autant physique que moral sont mis en avant; physique au niveau des blessures dues au batailles, des maladies contractées dans les tranchées et du climat (chaleurs en été, chutes de neig des maladies contractées dans les tranchées et du climat (chaleurs en été, chutes de neige en hivers), et moral par le manque des proches et la conscience de savoir qu’à tout moment on pourrait perdre la vie et que nos chances d’un jour rentrer hez sois sont extrêmement faibles. Ce texte est objectif dans le sens que personne ne pourra mieux raconter la vie de guerre qu’un soldat lui-même.

Les témoignages et récit écrit par des soldats qui vécurent dans des tranchées pendant des annees, sont les personnes les mieux placés pour raconter cette atroce vie. Par ailleurs, si nous reprenons plusieurs témoignages d’auteurs et de lieux différents, nous constateront que tous les récits racontent la même chose; les affreuses conditions de vies. Un des principaux messages de l’auteur est que la guerre a été aite et vécue au plus au point par les soldats et non les généraux, hommes d’affaires et ministres.

Il répète souvent que les officiers font souvent la fête alors que les soldats, eux, sont constamment au fond des tranchées à redouter la mort. II se dit traité comme un « pauvre con Conclusion: Ce texte est un très bon exemple de témoignage de vie en tranchée. L’auteur y expose très bien les trois plus gros problèmes: la douleur physique, la douleur morale et les terribles conditions de vie. Ce récit permet au lecteur de se représenter cette horrible guerre.