Analyse chapitre 8 mme. bovary

Analyse chapitre 8 mme. bovary

Analyse chapitre 8, premiere partie Madame Bovary. Dans le chapitre 8 le narrateur decrit la fete dans le chateau a laquelle Charles et Emma avaient ete invites. C’est un chapitre ou la description est tres minutieuse, a telle point que le lecteur sent qu’il est a cote d’Emma. On se sent etonne du luxe a l’egal de Mme Bovary. On sent comme si Cinderella entre dans le chateau enchante. L’inutilite du detail que comme nous avons lu chez Barthes va devenir utile, c’est l’effet du reel. Toute la description sert a : – En tant que lecteur produire la sensation qu’on peut observer tout ce qu’Emma voit Remarquer la difference entre le monde d’Emma et celui auquel elle est en train d’entrer (la difference entre la bourgeoisie et l’aristocratie) Des le debut on put voir l’opposition de classes, l’opposition de l’image du chateau et le boc de Charles, car en italiques le narrateur dit « Le boc de Charles » boc est une sorte de cabriolet ouvert, donc ce n’est pas la carrosse d’un aristocrate mais d’un bourgeois ? -la difference entre la bourgeoisie et l’aristocratie se donne a travers l’opposition ancien /nouveau : Le chateau « de construction moderne », separe par une riviere de l’ancien chateau

Désolé, mais les essais complets ne sont disponibles que pour les utilisateurs enregistrés

Choisissez un plan d'adhésion
veut impliquer que d’un cote se trouvent les vestiges d’une epoque feodale qui s’ecroule comme l’ancienne aristocratie elle- meme et d’autre cote le chateau nouveau ou l’aristocratie cherche la bourgeoisie pour survivre. • Dans la salle de billard elle voit des grands cadres dores. Son regard s’arrete sur l’inscription de deux tableaux, sur lesquels elle lit qu’ils appartenaient a l’aristocratie et qu’ils etaient morts en bataille (le dernier a la fin du XVII siecle).

Et le narrateur continue en disant «  et apres on distinguait a peine ceux qui suivaient ». A mon avis c’est une maniere de remarquer que la vraie aristocratie commence a decliner a partir du XVII siecle. • Au bout d’une table parmi les femmes se trouve le beau-pere du Marquis. Emma voyait en lui « quelque chose d’auguste » et le narrateur ajoute «  il avait vecu a Cour et couche dans le lit de la reine ». Donc, toute la valeur qu’Emma trouve dans l’aristocratie est exterieure et liee aux plaisirs et malgre l’aspect phtisique du beau-pere du marquis il semble « auguste ».

Le lignage est dans le sang. ? Toute la description dans le chapitre est exterieure ce qui veut signifier qu’Emma suppose que si elle pouvait avoir cette « allure », elle ferait partie de ce monde aristocratique. C’est cela le probleme de la bourgeoisie de l’epoque qui voulait obtenir par l’argent, ce que les riches avaient par lignage. ? Emma commence a decouvrir un monde qui ne connaissait pas Elle commence donc la description de l’interieur du salon, et surtout de la table et de la nourriture, qui etait aussi un symbole de richesse.  les pattes rouges des homards depassaient les plats, de gros fruits dans les corbeilles a jour s’etalaient sur las mousse, etc. … » Et deux paragraphes apres le narrateur reprenait : «  Elle n’avait jamais vu de grenades ni mange d’ananas. Le sucre lui parut plus blanc et plus fin que d’ailleurs. ». Elle commence ainsi a faire des comparaisons avec ce qu’elle connaissait. ? L’opposition de l’elegance de Charles et les hommes du salon quand elle decrit : « Hommes a figure grave, le menton pousse sur de hautes cravates. Decores tous qui souriaient silencieusement » (dans le billard)  Le pantalon de Charles le serrait au ventre » Et plus tard dans le salon, « Quelques hommes dissemines de vingt-cinq a quarante ans…Leurs habits, mieux faits, semblaient d’un drap plus souple, ramenes en boucle vers les tempes, lustres par des pommades plus fines. (on peut voir l’utilisation de « plus » la comparaison constante qui existe entre les deux mondes. Et finalement il y a une phrase qui resume tout : « Ils avaient le teint de la richesse » ? Emma croit qu’elle peut jouer le role d’aristocrate mais elle a conscience que son mari n’appartient a ce monde aristocratique et elle sent un certain mepris envers lui:  Emma fit sa toilette avec la conscience meticuleuse d’une actrice a son debut » « Danser ? , on se moquerait de toi, reste a ta place » Quand ils entrent dans le salon, Charles veut l’embrasser sur l’epaule et Emma lui dit «  Laisse-moi, tu me chiffonnes » ? La premiere fois qu’Emma danse le narrateur coupe la description de la musique avec le bruit des louis d’or. L’argent est toujours present. «  Un sourire lui montait aux levres a certaines delicatesses du violon, qui jouait seul, quelquefois quand les autres instruments se taisaient, on entendit le bruit clair des louis d’or qui se versaient cote, sur le tapis des tables ». Elle observait tout, d’abord a ete la description du chateau, et dans le salon, les invites. , les flacons a bouchons d’or, garnitures a dentelles, broches de diamants. Tout l’aspect exterieur refletait la richesse A propos du caractere des invites le narrateur dit qu’Emma remarque « la brutalite particuliere que communique la domination des choses a demi faciles, dans lesquelles la force s’exerce et ou la vanite s’amuse, le maintient de chevaux de race et la societe de femmes perdues. ? Il y a une opposition entre l’air chaud melange du parfum de fleurs a son arrivee et « L’air lourd » de fete.

Emma ecoutait les conversations, mais elle ne comprenait pas tout ce qu’on disait, l’air devint « lourd » ? « un domestique monta dans une chaise et cassa deux vitres, au bruit des eclats de verre Mme. Bovary tourna la tete et apercut dans le jardin contre les carreaux, des faces des paysans qui regardaient ». » Alors le souvenir des Barteaux lui arriva et elle se revit elle-meme » . A ce moment-la Emma rentre dans la realite, et elle voit son pere et a elle-meme reflete dans les visages des paysans.

Mais dans la situation ou elle se trouvait, sa vie passe s’evanouit, elle etait ou elle voulait etre et autour du bal, il n’y avait plus que d’ombre » Rien n’importait, seulement qu’elle etait la. ? D’abord le narrateur avait decrit le chateau, la nourriture, apres les invites, maintenant il reprend la description de la nourriture. « toutes sortes de viandes froides…. » ? En contrepartie a tout cela qui semblait d’un comte de fees elle apercoit Charles qui dormait a demi, le dos appuye contre une porte. A trois heures le vicomte l’invite a danser une nouvelle fois, ils commencent a danser rapidement. Dans la description, il y a une sorte de rapport sexuel «  Emma par le bas, s’eraflait au pantalon, leurs jambes entraient l’une dans l’autre, il baissait baissait ses regards vers elle, elle levait les siens vers lui (et puis une trompeur la prenait, la situation, elle se trompait dans la danse parce que ses sentiments la surpassaient) et un instant s’appuya la tete sur sa poitrine » ? Quand elle ouvrit les yeux, le vicomte demandait a une autre dame si elle voulait danser

Emma se rend compte que la dame savait danser mieux qu’elle. ? Quand la fete finit l’expression a propos de Charles «  les genoux lui rentraient dans le corps » remarque qu’il n’etait pas fait pour ce monde. ? Emma accoudee sur la fenetre voulait prolonger ses sensations, elle aurait voulu que la nuit ne finisse jamais, « l’illusion de cette vie luxueuse » ? A l’aube elle regarda les fenetres du chateau, elle aurait aime prendre la place des autres invites. ? Apres le dejeuner on se promene dans le jardin. « Le marquis pour amuser la jeune femme la mena voir les ecuries.   qui luisait a l’? il comme le parquet d’un salon » On voyait le luxe dans les ecuries aussi. ? Charles, cependant, alla prier un domestique d’atteler son boc » Ce « cependant » montre que Charles vit dans un monde parallele a celui d’Emma. ? Quand ils partent, Emma ne regardait que les roues. La description du boc, la fait aussi sentir la realite dans laquelle Emma vivait. Le boc marque la difference de classe de nouveau. ? Quand ils etaient sur les hauteurs de Thibourville des cavaliers passerent en riant, avec des cigares a la bouche.

Emma crut reconnaitre le Vicomte. Elle se detourna, et n’apercut a l’horizon que le mouvement de tetes…. Par un instant fugitif le Vicomte avait passe aupres d’elle comme le fete dans sa vie. ? Charles voit les cigares par terre, il les ramassa. Emma lui dit : «  Tu fumes donc ? »On peut voir aussi une opposition comme elle decrit les cavaliers qui passent et Charles. ? Quand ils arriverent chez eux. Le diner n’etait pas pret, donc Emma chasse Nastasie. Emma continuait a jouer son role d’aristocrate.

Et quand Charles lui demanda si elle va vraiment la chasser, elle lui repond » Qui m’empeche ». C’est une maniere de mepriser Charles, son opinion ne valait rien. ? Quand Charles essaie de fumer, la description est pathetique. Il crache a toute minute, se reculant a chaque bouffee. Emma lui dit «  Tu vas te faire mal » dedaigneusement, puis elle prend le porte-cigares et le jeta au fond du placard. Elle inconsciemment continuait a faire des comparaisons entre les hommes du chateau et Charles. ? Sa vie avait change.

Son voyage au chateau avait produit « un avant et un apres » de ce moment. «  avait fait un trou dans sa vie ». Mais elle connait sa realite, se resigne partiellement et garde dans la commode sa toilette et ses souliers de satin ». ? Emma se resigne mais pas totalement, le narrateur dit que les souliers etaient comme son c? ur. La semelle s’etait jaunie a la cire du parquet. Son c? ur au frottement de la richesse s’etait place dessus quelque chose qui ne s’effacerait pas » ? Emma essaie de maintenir dans sa memoire les souvenirs, la plupart s’effacerent, mais le regret lui resta. »