Amour perdu

Amour perdu

Débuts/brouillons CHAPITRE 1 « Harry!!!  » Je me réveillai en sursaut « Oui,c est bon,c est bon!  » Taylor ne manquait jamais de me hurler dessus pour me réveiller quand j étais en retard. En retard pour école,s entend. Cependant je ne comprenais pas pour ce matin la pourquoi m avait il réveillé avec tant d empressement étant donné qu il ne restait plus que deux jours au lycée privé de Ca se referait aux élèves bien que les bons élé élèves. Taylor m y acc OF Swipe ne Ons en seconde dont le niveaux r était plutôt varié la minorité des Ins. était ce que I on pourrait considérer comme un meilleur ami,même SI, pour oi, il était comme un frère. il ny avait pas une chose que nous nous ne confions pas, ou presque. nous nous comprenions à la prefection mais nous ne nous jugions pas lorsque nôtre point de vue était différent. Avec Taylor je pouvais être moi même et n avait pas besoin de me cacher devant de quelconques manières. Je pense que je devais représenter à peu près la même chose pour lui, même si nous n exprimions jamais nos sentiments réciproques. ous étions tous deux des

Désolé, mais les essais complets ne sont disponibles que pour les utilisateurs enregistrés

Choisissez un plan d'adhésion
adolescents plutôt particuliers mais on faisait tout pour ne pas le montrer aux autres. taylor vivait avec sa mère. son père a to next page vait abandonné à I âge de deux ans pour poursuivre sa carrière d acteur qu il avait juger plus importante qu un avenir en famille. il n avait cependant visiblement pas encore percé dans le metier. je pense que sa mère ne sy est jamais remise mais elle avait tendance à le nier grâce à un sourire qu elle portait constamment sur le visage qui doit probablement lui servir de masque.

C était profondément une bonne femme. quand ? Taylor,nous n y avons jamais vraiment parlé. c était sans doute un des seuls sujets auquel en parler était ambigu autant pour lui que pour moi. Je savais néanmoins après une analyse détaillée u il ne le vivait pas trop mal et essayait de vivre avec,rajoutant cet événement peu gai aux tas d autres éléments qui le séparait des autres adolescents que lui et moi pouvons qualifier de normaux. ces différences ne I ont cependant jamais perturbé,tout comme moi, d ailleurs.

Me concernant,je suppose que ce qui me différencie des autres constitue une sorte de bulle virtuelle qui m entoure malgres moi et qui est inaccessible aux autres. elle doit certainement brouiller les informations et environnement « normal » alentour ce qui fait que je percois les choses totalement différemment des autres. c st comme si j étais branché sur une bande radio dont j étais le seul auditeur alors que la terre entière était branché sur une bande universelle que je nommerai définitivement « normale ‘ Cette perception pour le 20F 14 branché sur une bande universelle que je nommerai définitivement « normale l’.

Cette perception pour le moins différente du monde alentour que j ai à tout de même un avantage:je pouvais apercevoir des éléments qui étaient totalement indéchiffrables ou même inexistants pour les autres. je peux donc modestement me définir comme un être exceptionnel. je laissais cependant de la place dans la bulle pour y ccueillir Taylor ce matin la. Je descendis donc pour lui demander quelle était la raison de son inhabituel empressement. Il se trouvait dans la salle à manger.

Ma mère avait décidé,comme ? son habitude, de débattre sur I importance de prendre un petit déjeuner en essayant de convaincre mon pauvre ami de goûter à une de ses tartes brûlées qu elle avait une nouvelle fois essayé de préparer. ma mère avait beaucoup de qualités,mais la cuisine n en faisait définitivement pas partis. elle même le savait, mais elle se bornait a se donner comme objectif de réussir à cuisiner onvenablement un jour, alors elle ne voulait pas admettre qu elle ne savait pas encore pratiquer la cuisine et n avait donc aucune pitié concernant ses tartes aux fraises aux arômes intensément fades. lles devaient cependant avoir un minimum de goût ce matin puisqu elle était intégralement brûlé. TayIor me le dira certainement après,pensai je malheureux avait succombé à ce qui ressemblait alors plus à des menaces qu a des conseils de la part de ma mère 30F 14 à ce qui ressemblait alors plus à des menaces qu a des conseils de la part de ma mère et avait fini par céder en goûtant une part e la tarte. Son expression seule qui est apparu sur son visage après I avoir goûter m entraîna dans un discret fou rire. Excellent,mentit Taylor,vraiment succulent mais harry et moi allons être en retard si nous ne partons pas tout de suite. Au revoir Mme warner,cria t il derrière son épaule alors qu il se dirigeait déjà vers la porte. -au revoir maman, a ce soir,dis je. -oui c est ça, a ce soir me lança t elle. Je sortis rapidement rejoindre Taylor. « OLIF! Me dit il, soulagé de pouvoir utiliser I école comme prétexte pour pouvoir fuire ma mère. l semblait réellement avoir une peur leue de ses insistances qui, je le reconnais, pouvait avoir des conséquences plutôt néfastes voir même dangereuses sur leur cibles. -la prochaine fois que ta mère me refait ce genre de vicieux harcèlement,qu il soit implicite ou pas, je payerai la mienne pour qu elle te refasse la même chose, c est claire? -bien sur,c est de ma faute,évidemment. -peu importe,tu portes certainement ses gènes criminels, et s ils ne s expriment pas sur toi, ils s exprimeront sur tes enfants qui feront subir la même chose aux miens.

Il me faisait rire. la vie semblait toujours évidente avec lui. rien n était compliqué. l était donc évident pour lui que nous allions vieillir ensemble et que nos familles respectives se fréquent 4 4 donc évident pour lui que nous allions vieillir ensemble et que nos familles respectives se fréquenteraient comme s il s agissait d une seule et même famille. en réalité il était concevable qu il envisage I avenir de cette manière.

Il n avait plus de père sur qui compter et j étais probablement la personne avec qu il était le plus proche,alors pour lui, qui n est pas de ceux qui philosophent sur les événements de leurs vies,et pour qui la vie est bien géométrique et logique, il ne pouvait y avoir un autre venir possible. cette Idée me flatta. Ainsi j étais donc comme un repère spatiotemporel pour lui. Oui,cette idée me plaisait. j avais au moins de I importance pour une personne sur cette planète. ependant,je repensais à son étonnant empressement du matin lorsqu il était arrivé chez moi,comme tous les matins,afin que on puisse faire le trajet jusqu au lycee ensemble. cela m intrigua. « Dit,pourquoi étais tu si pressé ce matin,lui demandais je,avec une voix d une sincère curiosité? Il comprit que je faisais référence à habituel manque d enthousiasme bien prononcé qu il exprimait lorsqu il devait se rendre au lycée. ah oui,j allai oublier,dit il, avec une expression triomphante et qu semblait dans attente que je partage son enthousiasme une fois qu il m aurait annoncer ce dont il désirait tant me faire part. bon ,je te préviens tout de suite,mon nom sera synonyme d oracle pour toi une fois que je t aurais tout 4 ,je te préviens tout de suite,mon nom sera synonyme d oracle pour toi une fois que je t aurais tout dit. figure toi que j ai eu une idée de génie. Une sorte d illumination,mais une vrai. Le genre d illumination qui pique les yeux,vraiment. voila:j étais tranquillement devant ma télé,quand je suis tombé sur une ?mission qui parlait des vidéos sur le net et leur impact sur le monde . uis il ont donné comme exemple cette petite starlette qui s est faite connaître sur le net et qui est désormais une célébrité mondiale. elle ne fait pas deux pas sans qu une foule de jeunes adolescentes ne se rue sur elle. et bien, je me suis dit que ça doit être à notre tour. Je le fixai désormais,le visage sans expression. je ne savais pas si je devais rire ou faire cet air sérieux mais contraint que je fais si bien. si je riais à tort,je risquais de le vexer. je me résignais donc à afficher mon air de sérieux hypocrite que Taylor connaissait d illeurs très bien. l ne releva pas cependant. -alors,t en penses quoi? me dit il,impatient que la joie et la reconnaissance s affiche sur mon visage comme il I attendait. -que veux tu que j en pense,sérieusement? tu sais bien qu on ne peut pas devenir célébre rien qu en y pensant. et puis,franchement,tu nous vois,nous,être I objet d un buzz international,créer des foules partout où nous allons? ca n’arrive qu aux personnes extraordinairement normales. si nous commençons à faire I objet d hystérie publi 6 4 aux personnes extraordinairement normales. i nous commençons à faire I objet d hystérie publique, ce ne sera que arceque nous aurons fait I objet de rumeurs et doutes quant à notre nature. les gens penserons sûrement a une maladie mentale rare, ou peut être même serons nous accusés d être des extraterrestre à défaut d être de banals terriens. -mais si,je t assure tu peux y arriver,insista t il. Il suffit que tu fasses une vidéo intéressante mais originale,genre une vidéo marrante bien travaillée ou… -attend,tu peux me dire pourquoi, à t entendre, j ai I impression qu il nuque mou qui vais créer cette vidéo? bah,en fait,dit il, hésitant,je pensais plus que ce serait toi qui allait pparaitre sur la vidéo mais que ca allait être moi qui allait m occuper du reste, comme les effets spéciaux s il doit y en avoir ou encore la diffusion de cette vidéo par la suite,mais,dit il, craintif, après avoir lui avoir lancé un regard meurtrier,ne t inquiète pas, tu a juste à apparaitre sur la vidéo et a faire ce que je te proposerai et puis même si ça ne marche pas, on pourra toujours effacer la vidéo du net et ne plus jamais en reparler,mais je t en prie, fait ça pour moi,me supplia t il en faisant apparaître ses yeux globuleux de pitié.

Il m agaçait à un niveau peu descriptible. bon, on verra, cedais je finalement,toujours aussi énervé. -merci,mec,me souffla t’il, avec son air joyeux qui m agaçait tout autant. Tu va voir aussi enerve. souffla t’il, avec son air joyeux qui m agaçait tout Tu va voir, on va commencer par définir quel genre d humour on va exprimer dans notre vidéo, puis je m occuperai du reste,c est à dire le contexte, les effets visuels,la création du compte internet, et aussi… -c est bon,j ai dit,l interrompais je de nouveau, vraiment irrité cette fois. comme tu veux,me dit il. il se mît à galoper vers école d une démarche heureuse et infantile qui me faisait plus penser à un etite fille qu a un adolescent de 16 ans. La vie était donc Irrévocablement simple avec lui. II lui en fallait si peu pour être heureux. j étais serein de savoir que j avais la possibilité de pouvoir le combler ainsi. je le rejoins dans sa marche du bonheur. La Journée à I école se déroula paisiblement. Notre bulletin était déjà arrivé par la poste donc nous ne travaillions plus.

Moi,j avais un bulletin convenable puisque tous les exercices profond et difficiles à faire me fascinaient et donc j avais plaisir à les réussir mais j al choisi de ne pas travailler les matières que je onsidérais comme inintéressantes ou même inutiles pour moi. je considérais déjà I école comme un lieu abstrait et je souhaitais pouvoir découvrir le monde de moi même plutôt qu a travers des illustrations ou des livr B4 pouvoir découvrir le monde de mol même plutôt qu a travers des illustrations ou des livres scolaires. e pas être excellent était mon choix,mais je savais que j’étais destiné à exceller dans un domaine donc je guettais le moment où je le découvrirais. TayIor,lui aimerait pouvoir choisir. le fait est qu il n était pas bon du tout. sa mère ne cessait de répéter que c était un miracle s’il n avait ncore jamais redoubler de classes. lui ne s en préoccupait pas trop cependant. du moment qu il le vivait bien,ça sembler aller. enfin,ce n était pas le discours de sa mère. Nous avons donc passé la journée à ne rien faire, mettant dans cette catégorie tous les jeux vidéos idiots que les élèves avaient apportés. ans doute des jeux « normaux ». Taylor et moi nous installâmes dans un coin. nous n étions pas vraiment sociables aux autres, mais je ne savais pas vraiment si c était nous qui évitons le reste des élèves ou si c était eux qui nous fuyaient. cela dit, ce mode de vie ne nous a jamais vraiment dérangé. Je réfléchissais à une occupation, tout en craignant qu il fasse de nouveau allusion à son idée pour le moins ridicule dont il m avait fait part ce matin que je voulais à tout prix éviter. bien sur, Taylor allait pas me faire cette faveur. -alors, toujours partant, me dit il? Il savait très bien que j avais repensé à son projet et que j avais essayé de ne pas en parler. il m avait volontairement piégé. le sournois. -on verra, je t que j avais essayé de ne pas en parler. il m avait volontairement piégé. le sournois. -on verra, je tai dis. -tu m as promis,me défia t il -menteur! je ne t ai rien promis du tout. l commençait réellement à m user dans le sens le plus cru du therme. -c est pareil, t as dit on verra, me rapella t il. Avec le recul,il voyait les choses avec peut être un peu trop d évidences. et donc,quel mot n as tu pas compris dans cette phrase? -allez quoi! Fait moi plaisir. il savait que cette phrase me déstabiliserai. il y eu un léger silence que j essayai de faire paraître pour de hésitation. en réalité,] étais bien décidé à lui faire plaisir,mais je ne voulais pas qu il le sache. -bon,d accord, tu a gagné,grognais je. mais je te préviens, des que je vois que ça commence à s égarer trop loin, vers ton univers éjanté qui reste toujours un mystère pour moi, j arrête tout c est compris?

J étais fier de allure agressive et ennuyée que je laissais paraître. -oh merci,harry,hurla t il,tandis que mes tympans produisaient des sifflements inquiétants. la classe toute entière s était retournée vers nous. il y un un léger silence plutôt génant pour moi avant que les conversations ne reprennent et que le bruit de fond ne réapparaisse. Son enthousiasme exagéré commençait déjà à me faire regretter d avoir accepter de participer à son projet. -on commence quand? me dit il,plein d espoir de nouveau. -je n en sais rien, moi, on a to 0 4