Albert camus

Albert camus

Albert Camus Un enfant pauvre Ne en Algerie, a Mondovi, en 1913, Camus est le fils d’un ouvrier mort a 28 ans a la bataille de la Marne (1914). Sa mere, Catherine Sintes, d’origine espagnole, emigre a Alger et s’installe dans un quartier populaire (Belcourt). Elle fait des menages pour elever ses deux fils. Elle est a demi-sourde et analphabete. C’est l’instituteur de Camus qui remarque les qualites intellectuelles de l’enfant : il le fait travailler benevolement apres les heures de classe et le prepare a entrer au lycee d’Alger (sera boursier).

Lors de la remise du prix Nobel (1957) => discours dedie a cet instituteur. Les annees de formation Camus est un adolescent heureux de vivre, passionne (mer, soleil, nage, football, theatre). Il est aussi epris de justice. Il a cependant des soucis de sante (tuberculose) qui lui fermeront quelques portes (professorat, agregation) En 1936 => licence de philosophie. Un journaliste engage Son activite journalistique en fait un auteur tres engage dans les problemes de son temps : – il prend des positions qui font scandale contre l’oppression oloniale, contre la tutelle qui maintient dans l’asservissement le peuple musulman (reportage en Kabylie). – Il s’engage dans la Resistance des 1941 avec Combat (journal

Désolé, mais les essais complets ne sont disponibles que pour les utilisateurs enregistrés

Choisissez un plan d'adhésion
clandestin) et denoncera, la paix revenue, la sauvagerie de la justice d’apres guerre (a l’encontre des ex-collaborateurs), les massacres de Setif (1945) : « nous faisons dans ces cas la ce que nous avons reproche aux allemands de faire » ? a toujours fait entendre sa voix et pris position dans l’Histoire, a inlassablement lutte pour la justice et la defense de la dignite humaine. > un humaniste. Son oeuvre – 1942 : publication de L’Etranger et Le mythe de Sisyphe, et naissance d’un grand ecrivain. – Une production riche et variee : des recits (La peste, La chute, L’Etranger), des essais (L’homme revolte, Le mythe de Sisyphe, Reflexion sur la guillotine), des chroniques, des nouvelles, des pieces de theatre (Caligula, Le malentendu, Les Justes) – Couronnement d’une carriere avec le prix Nobel de litterature en 1957. – Mort dans un accident de voiture en 1960 (avec Michel Gallimard). => Un ecrivain majeur de la litterature francaise