Al andalus

Al andalus

Après avoir conquis la totalité de l’Afrique du Nord, le gouverneur Moussa Ibn Noçair bute sur la ville de Ceuta qui lui résiste[12]. Territoire byzantin, comme toute la côte africaine avant l’arrivée arabe, la ville est trop distante de Constantinople pour être secourue efficacement[12]. Pour se protéger, Ceuta se tourne vers l’Espagne des Wisigoths[12]. Julien, le gouverneur de la cité envoie même sa fille à Tolède afin qu’elle puisse y parfaire son éducation.

Le comportement du roi Rodéric qui viole la jeune femme fait pourtant basculer la situation ; Julien en colère ouhaite se venger et il conclut un pacte avantageux avec Musa en lui ouvrant les portes de sa ville, tout en lui vantant les mérites d’une conquête de l’Hispanie. Pour prouver sa bonne volonté, il met à la disposition d mais Musa préfère to OF4 Walid qui lui répond : Far. ??_ – Swip next page légères, mais gardez- une grande armée a La péninsule ibérique vers 711 – 714 ses vaisseaux[12] risation au calife ne par des troupes moins d’exposer n d’outre-mer[1 3] Environs de Carmona : les serfs continuent d’exploiter les terres après l’arrivée des troupes musulmanes Musa obéit au calife et envoie donc un dénommé Abou-Zora ccompagné

Désolé, mais les essais complets ne sont disponibles que pour les utilisateurs enregistrés

Choisissez un plan d'adhésion
de quatre cents hommes et cent chevaux qui franchissent le détroit de Gibraltar à bord de quatre navires affrétés par Julien[13], le gouverneur de Ceuta.

Swige to vie' » next page Ceuta. Après avoir pillé les côtes autour d’Algésiras, ils retournent en Afrique au mois de juillet 710[131. Satisfait du résultat, Musa profite des troubles qui occupent le roi Rodéric au nord pour envoyer Tariq ibn Ziyâd, général de son avant-garde, avec 7 000 hommes. N’ayant que les quatre navires offerts par Julien, Tarîq réunit ses troupes sur la montagne qui porte aujourd’hui son om, Gibraltar[14].

Immédiatement alerté, Rodéric se met en marche contre Tarîq avec une grande armée. Ne pouvant évacuer ses troupes avant l’arrivée des wisigoths, le général musulman opte pour l’affrontement direct et demande même à Musa l’envoi de renforts qui lui offre 5 000 combattants berbères, si bien que les forces musulmanes s’élèvent à 12 000 hommes, très peu comparé aux armées de Rodéric dont on estime qu’elles étalent au nombre de 40 000[141.

Malgré ce net désavantage numérique, c’est la trahison au sein du camp wisigoth qui aidera les armées musulmanes. Wittiza, le roi renversé par Rodéric Rodéric avait contre lui un parti très puissant de nobles qui l’accusaient d’avoir usurpé le trône en assassinant son prédécesseur, Wittiza. Obligés de participer aux guerres de Rodéric, ces nobles n’en gardaient pas moins une haine envers leur roi. Pour l’anéantir, ils se mettent d’accord afin de le trahir durant la bataille avec les musulmans[1 5].

Cette trahison n’avait pas pour but de livrer IHispanie aux musulmans, car ces nobles pensaient que le but de Tarîq était uniquement de piller la région puis de repartir[15]. La bataille a lieu 2 Tarîq était uniquement de piller la région puis de repartir[1 5]. La bataille a lieu sur le rivage du Guadalete le 19 juillet 711. Les deux fils de Wittiza commandent les ailes de l’armée espagnole et finissent par trahir Rodéric qui gouverne le centre. Durant la bataille, il est probable que Rodéric perde la vie, ce qui laisse le pays sans chef[1 6].

Tarîq profite de cette situation et contrairement à ce que lui avait ordonné Mousâ mais aussi à ce que pensaient les nobles wisigoths, il marche en avant. L’avancement des troupes musulmanes est renforcé par le soutien qu’ils rencontrent au sein du petit peuple mais aussi es Juifs qui ont longtemps été opprimés[1 Après avoir conquis Ecija, Tarîq peut à présent envisager la prise de Tolède, la capitale, mais aussi Cordoue, Archidona et Elvira[1 61.

Archidona, abandonnée par sa population, est prise sans peine, Elvira quant à elle est confiée à des troupes juives et musulmanes, Cordoue est livrée à Tarîq par un berger qui lui Indique une brèche d’où il peut facilement entrer avec ses troupes, et Tolède est conquise ? la suite d’une trahison des Juifs de la cité. Le commandement de cette dernière est donné à un frère de Wittiza[18]. En Afrique, Musa qui avait pourtant ordonné à Tarîq d’y retourner après avoir pillé les côtes ibériques est mécontent.

La popularité de son général l’agace et il décide donc de prendre part à la conquête de la péninsule. Au mois de juin 712, il passe donc le détroit de Gibraltar accompagné de 18 000 soldats arabes et prend Medina-Sidonia et Carmona[l 3 le détroit de Gibraltar accompagné de 18 000 soldats arabes et prend Medina-Sidonia et Carmona[18] puis se met en route vers Tolède ou il rencontre Tarîq qui est fortement réprimandé pour sa conquête solitaire de la péninsule[1 9]. Le reste de I’Hispanie, sans chef à sa tête, se soumet rapidement à la conquête arabe.

Cathédrale de Cordoue dont les chefs musulmans achèteront la moitié aux chrétiens Les premières années de la présence musulmane sont assez chaotiques mais très rapidement les dirigeants musulmans imposent l’ordre et la domination arabe est acceptée par le peuple qui a le droit de consewer ses lois et ses juges, mais voit aussi la nomination de gouverneurs et de comtes locaux[20]. Les serfs qui connaissaient l’exploitation des terres conservent leur rôle mais doivent reverser au propriétaire du terrain les quatre inquième des récoltes et si les terres appartiennent à l’État ce n’est que trois-cinquième.

La situation des Chrétiens est très variable selon les villes et les conditions lors de la signature du traité[21] mais en général ils conservent la plupart de leurs biens bien qu’ils doivent payer à l’État un impôt de 48 dirhams pour les riches, 24 pour la classe moyenne et de 12 dirhams pour ceux qui vivent d’un travail manuel. Les femmes, les enfants, les moines, les handicapés, les malades, les mendiants et les esclaves en sont toutefois exemptés[22]. Enfin, l’impôt est levé si la personne se convertit à l’islam[221. 4