La liberté est un sujet très complexe qui a conditionné la vie des gens dès l’antiquité, par exemple avec l’esclavage ou même dans ce moment, avec les dictatures comme celle du Corée du Nord. Mais la liberté est aussi très liée à la philosophie, car est liée aussi à nos pensées et à notre capacité d’agir. Alors, est-ce qu’on est vralment libre ? our répondre à cette question, on va parler de la définition générale du liberté, de les raisons par lesquelles on n’est pas libres et, finalement, la raison par laquelle on est libre. La liberté est un des biens les plus importants qui a l’être humain, quand on se demande si on est vraiment libres, on est en train de parler d’un thème de la conçoit, en dép comme un droit, co La liberté comme co l’être humain d’agir o or4 Sv. ge to différentes faisons nne, si on la voit Ité ou capacité de de son critère et sa volonté. La liberté est aussi un droit reconnu dans la déclaration universel des droits de l’homme, et on la trouve dans , par exemple, le premier article, où on peut lire : « Tous les êtres humains naissent libres et

Désolé, mais les essais complets ne sont disponibles que pour les utilisateurs enregistrés

Choisissez un plan d'adhésion
égaux en dignité et en droits » ou le roisième article qui énon Swipe to View next page énonce que tout individu a droit à la vie, à la liberté et à la sûreté de sa personne.

Mais il y appariait différents moments où cette liberté peut se trouver avec des obstacles, par exemple, on peut sympathiser avec quelqu’un ou quelque idéologie, et dès ce moment on le suit et on commence à faire leurs idées, leurs goûts, nos idées, sans nous arrêtons à réfléchir si vraiment c’est le même qu’on veut. Et cela on peut le montrer avec une phrase de Murray Rothbard, ui disait : « La liberté, c’est le droit de faire ce que l’on désire avec ce que l’on a. C’est-à-dire, notre liberté commence et finis en moi-même, et on ne sera pas libre si on dépend des influences des autres on n’est pas libres. D’un côté on a l’idée de que la liberté peut être limitée par divers facteurs, on dirait qu’il y a deux types de limites : les limites naturelles et les limites sociales. Les limites naturelles sont celles qui nous imposent les lois naturelles et physiques. Par exemple, on dit qu’on ne peut pas voler, on ne peut pas nous teletransporter, etc. Mais il y a aussi beaucoup de choses qu’on est obligés à faire, comme respirer, boire, manger, etc.

On est libres de décider si on veut faire ces choses ou pas, mals ne les faire pas suppose la mort. Les gens savent qu’ils doivent faire une série de tâches, et ils ne se questionnent pas s’ils sont e PAG » OF d savent qu’ils doivent faire une série de tâches, et ils ne se questionnent pas s’ils sont en train d’être des esclaves de ses circonstances. Et aussi les limites soclales, qui sont ceux qui nous-mêmes nous imposons pour cohabiter avec les autres membres de la société ans laquelle on habite.

On est limités par la loi, qui nous permettent d’avoir une société plus respectueuse, en limitant la violence, les abuses, etc. Ces lois limitent ma liberté, mais pour arriver à un bien commun, car si la loi limite la liberté de toutes les personnes qui cohabitent dans une même société, on est en train de le faire d’une manière juste, où ta liberté finis où commence la mienne. Proudhon défendait que ces lois ne tuent pas la liberté individuelle, mais il faut les adapter à la société : « Il ne s’agit pas e tuer la liberté individuelle, mais de la socialiser. D’un autre côté on peut dire que l’être humain est libre, car l’être humain nait libre, dès le moment dans lequel on commence à penser et à raisonner, réfléchir, tous les éléments de notre existence, c’est-à-dire, on est libres parce que l’être humain réfléchis, parce qu’il est capable de prendre une série des déclsions ou réaliser une série d’actions en connaissant les conséquences, en sachant qu’on peut nous bénéficier ou souffrir les conséquences de cette décision Être libre signifie