3Libert

3Libert

Liberté, poème de Paul Eluard paraît dans le recueil Poèmes et Vérités en 1942 au milieu de la seconde guerre mondiale sous l’occupation allemande de la France. Ce poète français appartient au courant surréaliste après le dadaïsme, il est engagé à la Résistance. Ce poème est destiné aux résistants du fait que c’est un hymne à la liberté. Eluard se manifeste en luttant pour la liberté, c’est effectivement la vocation militante du poème.

Il s’agit d’une longue énumération de tous les lieux sur lesquels est écrit e mot « liberté J’ai fait le choix de ce poème car selon moi, un poème de Vingt strophes insiste sérieusement sur un fait, ici celui de la liberté qui est revendiquée et la première strophe m’attire particulièrement l’attention. En ces temps de guerre, ce poème devait être un chant persévérance des sol Liberté Sur mes cahiers d’éc -e veux rappeler la ts de souffrance. p g Sur mon pupitre et les arbres Sur le sable sur la neige J’écris ton nom Sur toutes les pages lues Sur toute Swige to next page toutes les pages blanches

Pierre sang papier ou cendre Sur les images dorées Sur les armes des guerriers Sur la couronne des rois Sur

Désolé, mais les essais complets ne sont disponibles que pour les utilisateurs enregistrés

Choisissez un plan d'adhésion
la jungle et le désert Sur les nids sur les genêts Sur l’écho de mon enfance Sur les merveilles des nuits Sur le pain blanc des journées Sur les saisons fiancées Sur tous mes chiffons d’azur Sur l’étang soleil moisi Sur le lac lune vivante Sur les champs sur l’horizon Sur les ailes des oiseaux Et sur le moulin des ombres Sur chaque bouffées d’aurore Sur la mer sur les bateaux Sur la montagne démente 2 coupé en deux

Du miroir et de ma chambre Sur mon lit coquille vide Sur mon chien gourmand et tendre Sur ses oreilles dressées Sur sa patte maladroite Sur le tremplin de ma porte Sur les objets familiers Sur le flot du feu béni Sur toute chair accordée Sur le front de mes amis Sur chaque main qui se tend Sur la vitre des surprises Sur les lèvres attendries Bien au-dessus du silence Sur mes refuges détruits Sur mes phares écroulés Sur les murs de mon ennui Sur l’absence sans désir Sur la solitude nue Sur les marches de la mort Sur la santé revenue 3