dissertation

dissertation

Bac blanc : avril 2012 – Séries Technologiques Objet d’étude : la poésie Regards de poètes sur eux-mêmes au XIXe siècle Corpus : • Document A : Victor Hugo, Les Rayons et les ombres, 1840. • Document B Théophile Gautier, « Le Pin des Landes », Emaux et Camées, 1852. • Document C Charles Baudelaire, « L’Albatros Les Fleurs du mal, 1857. • Document D : Arthur Rimbaud, « Ma Bohème », Poésies, 1870. Questions (6 points) 1. À travers une étud image leurs auteurs du poète et de la cré 2.

Relevez les différe or 10 to View s, expliquez quelle s ou comparaisons) qui désignent la poésie ou le oète dans ces textes : laquelle vous semble la plus intéressante ? Justifiez votre réponse. (3 points) Travail d’écriture (14 points) Ecrit d’invention En 1884, Victor Hugo, très âgé, publie à la demande de ses admirateurs un recueil de ses poèmes les plus engagés. En guise de préface, il signe un véritable manifeste dans lequel il affirme que les poètes doivent s’engager dans les combats de plus beaux « Et j’en sais d’immortels qui sont de purs sanglots » écrit Alfred de Musset dans sa Nuit de mai.

Commentez et discutez cette

Désolé, mais les essais complets ne sont disponibles que pour les utilisateurs enregistrés

Choisissez un plan d'adhésion
affirmation : pensezvous que le poète soit ondamné à l’incompréhension, et que la source de toute poésie trouve nécessairement dans la souffrance ? Pour répondre à cette question, vous vous appuierez sur les poèmes du corpus, sur ceux que vous avez lus en cours et sur votre culture personnelle. Texte A Le poète en des jours impies Vient préparer des jours meilleurs. Il est l’homme des utopies, Les pieds ici, les yeux ailleurs.

C’est lui qui, sur toutes les têtes, En tout temps, pareil aux prophètes, Dans sa main, où tout peut tenir, Doit, qu’on l’insulte ou qu’on le loue, Comme une torche qu’il secoue, Faire flamboyer l’avenir ! Peuples ! écoutez le poète I Ecoutez le rêveur sacré ! Dans votre nuit, sans lui complète, Lui seul a le front éclairé. Des temps futurs perçant les ombres, Lui seul distingue en leurs flancs sombres Le germe qui n’est pas éclos. Homme, il est doux comme une femme.

Dieu parle à voix basse à son âme Comme aux forêts et comme aux flots. C’est lui qui, malgré les épines L’envie et la dérision, 10 voit, en passant par les Landes désertes, Vrai Sahara français, poudré de sable blanc, Surgir de l’herbe sèche et des flaques d’eau vertes D’autre arbre que le pin avec sa plaie au flanc. Car pour lui dérober ses larmes de résine, Lhomme, avare bourreau de la création, Qui ne vit qu’aux dépens de ceux qu’il assassine, Dans son tronc douloureux ouvre un large sillon !

Sans regretter son sang qui coule goutte à goutte, Le pin verse son baume et sa sève qui bout, Et se tient toujours droit sur le bord de la route, Comme un soldat blessé qui veut mourir debout. Le poète est ainsi dans les Landes du monde ; Lorsqu’il est sans blessure, il garde son trésor. Il faut qu’il ait au cœur une entaille profonde Pour épancher ses vers, divines larmes d’or ! Théophile Gautier, Ernaux et Camées, 1852. Texte C Souvent, pour s’amuser, les hommes d’équipage Prennent des albatros, vastes oiseaux des mers Qui suivent, indolents compagnons de voyage, Le navire glissant sur les gouffres amers.

A peine les ont-ils déposés sur les planches, Que ces rois de l’azur, maladroits et honteux, Laissent piteusement leurs grandes ailes blanches Comme des avirons traîner à côté d’eux. Ce voyageur ailé, comme il est gauche et veule ! Lui, naguère si beau, qu’il est comique et laid ! L’un agace son bec avec un brûle gueule. L’autre mime, en boltant, l’infirme qui volait ! Le Poète est semblable au prince des nuées Qui hante la tempête et se rit de l’archer ; Exilé sur le sol au milieu des huées, Ses ailes de géant l’empêchent de marcher.

Baudelaire, « L’Albatros Ill, Les Fleurs du Mal PAGF 10 l’empêchent de marcher. Baudelaire, « L’Albatros ‘Spleen et Idéal’, Ill, Les Fleurs du Mal (1857) Texte D A la fin de l’été 1870, le jeune Rimbaud (il a 16 ans) fugue pour la seconde fois de la maison familiale, à Charleville, passe la frontière belge et vagabonde pendant plusieurs semaines. MA BOHEMEI (Fantaisie) Je m’en allais, les poings dans mes poches crevées ; Mon paletot2 aussi devenait idéa13, J’allais sous le ciel, Muse ! et j’étais ton féa14 ; Oh ! là ! là ! que d’amours splendides j’ai rêvées ! Mon unique culotte5 avait un large trou. petit Poucet rêveur, j’égrenais6 dans ma course Des rimes. Mon auberge était à la Grande Ourse. Mes étoiles au ciel avaient un doux frou-frou7. Et je les écoutais, assis au bord des routes, Ces bons soirs de septembre ou je sentais des gouttes De rosée à mon front, comme un vin de vigueur Où, rimant au milieu des ombres fantastiques, Comme des lyres, je tirais les élastiques De mes souliers blessés, un pied près de mon cœur ! Rimbaud, Poésies, 1870. Bohème : à l’origine, région d’Europe de l’Est ; le terme est employé pour parler d’une vie sans règle, sans souci de lendemain. paletot : manteau idéal : (ici) presque inexistant 4 féal : chevalier qui se soumet à son suzerain, dans le système féodal 0 effectivement, toute une partie de la tradition poétique associe la poésie à l’idée de souffrance La poésie est le moyen d’expression prlvilégié des sentiments personnels du poète : le registre lyrique y est fréquent, notamment pour exprimer la douleur. Les poèmes se font l’écho des ‘chagrins ‘amour’ de leurs auteurs, comme c’est le cas pour Louise Labé dans le sonnet « Tant que mes yeux pourront larmes épandre », ou pour Alfred de Musset lui-même (« J’ai dit ? mon cœur, mort faible cœur…

D’autres poèmes sont restés célèbres parce que, exprimant une douleur intime du poète, ils touchent le lecteur par le caractère universel de cette émotion : lorsque Victor Hugo déplore la mort de sa fille Demain, dès l’aube Les Contemplations), il trouve les mots pour tous les parents frappés par ce deuil. D’autre part, la création elle-même est souvent vue comme un acte de ouffrance, même si les textes écrits ne se font pas l’écho de ce thème.

Dans le poème intitulé « Le Pin des Landes », Théophile Gautier propose une métaphore de la douleur du poète dans sa création : d’après lui, « Il faut qu’il [le poète] ait au coeur une entaille profonde / Pour épancher ses vers », et le sillon creusé pour recueillir la résine du pin symbolise cette blessure du poète. Cette image d’une création douloureuse n’est pas réservée qu’à la poésie, et de nombreuses figures d’artistes y souscrivent, angoissés par la page blanche, tel Mallarmé, ou, és par la folie de la PAGF s 0 sculptrice Camille Claudel… . Enfin, si l’image d’un poète souffrant est si répandue dans la littérature, c’est aussi parce que les rapports du poète avec son public ne sont pas toujours aisés. A l’image du poète-albatros que décrit Baudelaire dans les Fleurs du mal, le créateur a souvent été en butte à l’incompréhension ou au blâme des lecteurs, que le poète représente comme ces marins se moquant du pauvre oiseau inadapté à la réalité terrestre.

Perdu dans son inspiration, son dialogue privilégié avec l’univers ou même sa mission divine (le oète-phare de Victor Hugo), le créateur est un être rejeté par ses contemporains ; la figure des poètes « maudits » du XIXème siècle (Verlaine, Rimbaud… ) a donné à cette conception un écho particulier. Deuxième partie : cependant, cette association entre poésie et souffrance, et cette image du génie incompris, n’est pas toujours valable. En effet, certains poètes ont été reconnus et acclamés, et ont trouvé, de leur vivant, public et reconnaissance des grands.

A la Renaissance, pierre de Ronsard est soutenu par le roi Henri III, qui lui commande par exemple des oèmes pour célébrer sa maitresse défunte. Au siècle sulvant, La Fontaine, poète lié à l’entourage des grands du royaume de Louis XIV, rencontre le succès en publiant ses Fables. S’il a vécu, pendant sa courte carrière poétique, de son pouvoir poétique, une fugue misérable en un hommage libre et fantaisiste à sa Muse. Dautre part, tous les poèmes ne s’inspirent pas de la souffrance de leur auteur.

Il est des textes lyriques parlant d’amours heureux, chantés par exemple par Philippe Soupault (« Rien que cette lumière que sèment tes mains des poèmes contemplant la nature et ses mystères, omme « Aube de Rimbaud. Certains poèmes ne sont pas lyriques, et ont d’autres buts que l’expression de sentiments, comme les Fables de La Fontaine ou les « Arts poétiques comme celui de Nicolas Boileau, poèmes à visée didactique, dont l’objectif est d’instruire le lecteur, en lui délivrant un message moral ou des conseils pour sa propre écriture.

Tous les poèmes ne sont pas non plus conçus dans la souffrance, et il existe même des auteurs qui revendiquent la création poétique comme un jeu, tels Raymond Queneau ou Michel Leiris, qui s’amusent à créer Cent milliards de poèmes, grâce à des ers interchangeables (Queneau), ou à détourner, dans un but poétique, des définitions de dictionnaire (Leiris). Finalement, une conception plus moderne de la poésie, fondée sur le regard neuf que le poète porte sur les choses, exclut cette idée de souffrance, dans l’inspiration ou dans la création.

Lorsque Guillaume Apollinaire, dans « Zone » (Alcools), décrit les grâces paradoxales d’une rue ouvrière de Paris, il n’a pas besoin d’exprimer pour que son « chant » bouleversants Poèmes ? Lou). De son côté, Francis Ponge prend le Parti pris des choses, et la valeur e sa descrption du « pain de « l’huitre » ou de « l’alouette » ne réside pas dans une quelconque souffrance, mais dans l’intérêt d’un regard qui confère ? une réalité banale de nos vies une signification nouvelle.

Ainsi, si la tradition littéraire a souvent associé à la poésie la souffrance et l’incompréhension, certaines époques de notre histoire culturelle, et notamment les conceptions plus récentes de la poésie, ont relativisé cette image. Rimbaud, « Ma Bohème » -Proposition de plan, à partir de l’analyse linéaire l- L’évocation fantaisiste de la fuite du Jeune homme Il – Une fugue poétique Des conditions matérielles éprouvantes Mention de vêtements en mauvais état : « poches crevées Y, « paletot idéal « unique culotte », « souliers . lessés » : dure réalité de sa fugue, pauvreté, sans doute souffrance… Vie de vagabondage : « j’allais sous le ciel « mon auberge était ? la grande », « assis au bord des routes » : le jeune poète n’a pas de ourse toit, vit comme un clochard Image des « souliers bless ipe passé est choisi pour voit jamais apparaître en poésie. Interjection v. 4: « Oh 1 là 1 là 1 » : impression d’un poète qui se oque de lui-même, ne se prend pas très au sérieux ; même impression dans les vers 2 et 5, où il évoque sans honte son manteau élimé et son pantalon troue…

Allitération v. 5 en [k] : répétition, comme pour s’en amuser, de sons peu élégants… Surtout, cette fugue lui apporte un souffle de liberté, de joie Ponctuation très ‘libérée’, formée de nombreuses exclamations 4, 14), ou de ruptures de rythme (rejet v. 7, enjambements v. 10-11, 13-14) Expressions qui évoquent le mouvement, vers l’avant : « je », « j’allais « ma course » : poésie dynamique, pas m’en allais d’immobilisme. Cf. sous-titre : « fantaisie qui place d’emblée le poème sous l’idée de la liberté, de l’imagination…

Représentation originale, comme désacralisée, de la poésie Termes étonnants, du registre enfantin (« unique culotte « Petit poucet « frou-frou : impression que le poète est un enfant qui s’amuse avec des mots interdits, comme « culotte », ou simplement jolis (« frou-frou enfantillages. 13 : les lacets dés souliers sont comparés aux cordes de la lyre, symbole de la poésie, ce qui n’est pas très valorisant pour cette dernière… caractère un peu trivial, très libre, à la limite e l’irrespect…

Le poète embellit son évasion grâce à la poésie Lexique de l’imagination (« lai rêvées « Petit Poucet rêveur « ombres fantastiques : perdu dans l’imaginaire, il n’est pas touché par les aspects désagréables de sa fugue, par les réalités matérielles. Euphémismes (« paletot [ ] idéal auberge [ 1 à la Grande Ourse ») : ces expressions atténuent les dures réalités ; c’est la force du force du poète que d’embellir la réalité par les mots.

Pouvoir de l’imagination poétique : transformer la réalité (dimension magique) : les « étoiles » deviennent des figures féminines ienveillantes (« doux frou-frou l’eau devient du vin (« rosée » = « vin de vigueur En fait, sa fuite semble être nécessaire à sa création poétique Rythme et ponctuation du vers 3 [5-1161 : la Muse est ainsi mise évidence sous l’accent ; c’est une sorte de cri, comme un « ouf » de soulagement : il peut enfin, sous le ciel, libérer sa muse et se livrer à l’inspiration.

Comparaison finale, aux vers 13 et 14 (lyre/élastiques + polysémie sur le mot « pied enjambement entre les deux vers) : impression que la marche, c’est-à-dire sa fui , sont indissociables,