12432 Dmquestionsurcorpust

12432 Dmquestionsurcorpust

DM QUEST ON SUR CORPUS QUESTION: EN QUOI CES TEXTES SONT-ILS DES EXTRAITS DE COMEDIE? Texte A: Le médecin malgré lui, scène d’exposition, Molière (1666) SGANARELLE, MARTINE, en se querellant. MARTINE: Qu’appelles-tu bien heureuse de te trouver ? un homme qui me réduit à Ihôpital, un débauché, un traitre qui me mange tout ce que j’ai ? SGANARELLE: Tu as MARTINE: Qui me ve SGANARELLE: cest VI MARTINE: Qui ôt SGANARELLE: Tu ten or 5 Sni* to vieu qui est dans le logis. MARTINE: Enfin qui ne laisse aucun meuble dans toute la maison. SGANARELLE: On en déménage plus aisément.

MARTINE: Et qui du matin jusqu’au soir, ne fait que jouer, et que boire. SGANARELLE: Cest pour ne me point ennuyer. MARTINE: Et que veux-tu pendant ce temps, que je fasse avec ma famllle? SGANARELLE: Tout ce qu’il te Plaira. MARTINE: J’ai quatre pauvres petits enfants sur les bras. SGANARELLE: Mets-les à terre. MARTINE: Qui me demandent à toute heure, du pain. SGANARELLE: Donne-leur le fouet. Quand j’ai bien bu, et bien mangé, je veux que tout le monde soit saoul dans ma maison. MARTINE: Et tu prétends ivrogne, que les choses aillent toujours de même ?

MARTINE: Et que je ne sache

Désolé, mais les essais complets ne sont disponibles que pour les utilisateurs enregistrés

Choisissez un plan d'adhésion
pas trouver le moyen de te ranger ? ton devoir ? SGANARELLE: Ma femme, vous savez que je n’ai pas rârne endurante : et que j’ai le bras assez bon MARTINE: Je me moque de tes menaces. SGANARELLE. Ma petite femme, ma mie, votre peau vous démange, à votre ordinaire. MARTINE: Je te montrerai bien que je ne te crains nullement. SGANARELLE: Ma chère moitié, vous avez envie de me dérober quelque chose . MARTINE: Crois-tu que je m’épouvante de tes paroles ? SGANARELLE: Doux objet de mes vœux, je vous frotterai les oreilles. MARTINE: Ivrogne que tu es.

SGANARELLE. Je vous battrai. MARTINE: sac à vin. SGANARELLE: Je vous rosserai. MARTINE: Infâme. SGANARELLE: Je vous étrillerai. MARTINE: Traitre, insolent, trompeur, lâche, coquin, pendard, gueux, belìtre, fripon, maraud, voleur… ! SGANARELLE. Il prend un bâton, et lul en donne. – Ah ! vous en voulez, donc. MARTINE: Ah, ah, ah, ah. SGANARELLE: Voilà le vrai moyen de vous apaiser. Texte 3: Ubu roi, scène d’exposition, Jarry (1896) PERE UBU: Merdre ! MERE UBU: Oh ! voilà du joli, Père Ubu, vous estes un fort grand voyou. PERE I_JBLJ: Que ne vous assom’je, Mère Ubu ! MERE UBU.

Ce n’est pas moi, Père Ubu, c’est un autre qu’il faudrait assassiner. PERE UBIJ: De par ma chandelle verte, je ne comprends pas. MERE UBIJ: Comment, Père Ubu vous estes content de votre sort ? *AGF 9 rif s de dragons, officier de confiance du roi Venceslas, décoré de l’ordre de l’Aigle Rouge de Pologne et ancien roi d’Aragon, que voulez-vous de mieux ? MERE I_JBIJ: Comment ! Après avoir été roi d’Aragon vous vous contentez de mener aux revues une cinquantaine d’estafiers armés de coupe-choux, quand vous pourriez faire succéder sur votre fiole la couronne de Pologne à celle d’Aragon ?

PERE UBIJ: Ah ! Mère LJbu, je ne comprends rien de ce que tu dis. MERE I-JBIJ: u es Si bête ! PERE UBIJ: De par ma chandelle verte, le roi Venceslas est encore bien vivant ; et même en admettant qu’il meure, n’a-t-il pas des légions d’enfants ? MERE I_JBIJ: Qui t’empêche de massacrer toute la famille et de te mettre à leur place ? PERE IJBLJ: Ah ! Mère Ubu, vous me faites injure et vous allez passer tout à l’heure par la casserole. MERE UBIJ: Eh ! pauvre malheureux, si je passais par la casserole, qui te raccommoderait tes fonds de culotte ? PERE UBIJ: Eh vraiment ! et puis après ?

N’ai-je pas un cul comme les autres ? MERE UBIJ: A ta place, ce cul, je voudrais l’installer sur un trône. Tu pourrais augmenter indéfiniment tes richesses, manger fort souvent de l’andouille et rouler carrosse par les rues. PERE IJBLJ: Si j’étais roi, je me ferais construire une grande capeline comme celle que j’avais en Aragon et que ces gredins d’Espagnols m’ont impudemment volée. MERE UBU: u pourrais aussi te procurer un parapluie et un grand caban qui te tomberait sur les talons. PERE UBU: Ah ! je cède à la tentation. Bougre de merdre, merdre de bougre, si jamais je le rencontre au