1

Entreprise et marché Exam : qcm + question qui montre qu’on a compris. Mercredi 8h-10h 18h-19h Biblio Le management : fondements et renouvellements Géraldine Schmidt — Essai. Initiation à la gestion des entreprises (Virginie Gallego) pour les exposes : citer les sources, les sites, les articles etc… Plan : Partie 1 : Gestion et entreprises 1 . Qu’est ce que l’entreprise ? Qu’est ce que la gestion ? 2. La diversité des entreprises Partie 2 : Les grande 3. Marketing or 113 4. Gestion de produc n : 5. R&D (tout ce que f 6.

Logistique (ça reco innover) ations de ivraison, de coordination, de stockage, essentielle avec l’internationalisation des échanges) 7. GRH 8. Comptabilité 9. Finance Partie 3 : Décision et stratégie 10. Information et décision 11 . Stratégie 12. Structures en l’état). Industrielle : Je transforme (j’achète des matières premières et je produis quelque chose). Unité économique : Au même titre que les ménages, l’entreprlse on va l’observer en tant qu’acteur, qui gère ses ressources, qui produit de la valeur ajoutée, et qui participe au de l’économie. L’entreprise s’associe à l’entrepreneuriat.

Ca sous-entend qu’on va rendre des initiatives, qu’on va réaliser quelque chose. L’entreprise est définie par FINSEE : « L’entreprise

Désolé, mais les essais complets ne sont disponibles que pour les utilisateurs enregistrés

Choisissez un plan d'adhésion
est la plus petite combinaison d’unités légales qui constitue une unité organisationnelles de production de biens et de services jouissant d’une certaine autonomie de décision, notamment pour l’affectation de ses ressources courantes. » Autonomie de décision : je ne dépends pas d’une autre entreprise (donc pas les sous-traitants qui n’ont pas d’autonomie). « L’unité légale est une entité juridique de droit public ou privé. Cette entité juridique peut être :

Une personne morale, dont l’existence est reconnue par la loi indépendamment des personnes ou des institutions qui la possèdent ou qui en sont membres ; l_Jne personne physique, qui, en tant qu’indépendant, peut exercer une activité économique. » INSEE L’établissement

Perroux La firme 0 unité de patrimoine quand on monte un bilan, on dentifie un patrimoine. Donc c’est l’idée qu’a un certain moment l’entreprise à son propre patrimoine qui se dissocie du patrimoine des apporteurs de capitaux. « en vue de vendre… » c’est une approche économico-libérale • une entreprise cherche avant tout à réaliser des profits. Or des recherches montrent que toutes les entreprises qui ont cherché à maximiser le profit, sont des entreprises qui vont accroitre leur rentabilité à court terme, et altérer leur rentabilité à long terme.

Inversement, les entreprises qui ont des structures dans lesquelles on ne maximise pas mais on optimise la recherche de rofit, on va chercher une rentabilité à long terme et son donc plus pérennes, plus solides, et sur le long terme plus rentable. Donc cette définition de Perroux est une définition qu’il faut temporiser, resituer (ça date pas d’hier). Ca concerne pas les grasses multinationales qui elles sont vraiment sur le profit.

Donc la définition de base de la firme prête à discussion, cela dit, qu’on discute ou pas du rôle qu’on donne au profit dans la réalité quotidienne de l’entreprise, il n’empêche que toutes les entreprises vivent dans une économie de marché, et que la différence outes les entreprises vivent dans une économie de marché, et que la différence entre le prix de vente et le prix de revient reste leur quotidien, donc après c’est une question de maximisation, d’optimisation ou de réaffectation des profits.

Approche humaniste : L’entreprise est un groupe humain de production autonome, disposant d’un patrimoine, dont la survie (le devenir) dépend de la vente du produit de son activité. » M. Capet « Vente du produit de son activité » : ça se réfère à la finalité d’une entreprise. Une entreprise existe par ce qu’on a besoin d’elle dans la société. La finalité de l’entreprlse, peut être soit dans une optique libérale, soit humaniste, la réalité c’est que c’est souvent entre les deux (il y a de l’affectif, du respect, de l’humain, et en même temps un compte de résultat et un bilan à monter).

B. Les trois dimensions indissociables Ca veut dire qu’on peut à tout moment regarder une entreprlse par un point ou par un autre en ayant en tête qu’il y a les 3 aspects. Ca veut dire que chaque idée dépend de chacune de ces dimensions. Dimension technico-économique : L’entreprise, un agent économique : L’entreprise est un agent qui va participer à la vie e notre pays. Notre pays est composé à des PME. Ces gens- là constituent notre tissu économique.

Dimension sociale : L’entreprise, un agent social : Ça veut dire que l’entreprise à une res onsabilité sociale, par ce que elle est en charge d’é mpagner les salariés instauré par les entreprises, c’est donc quelque chose qui se discute, qui n’est pas tranché. Dimension politique : L’entreprise est une réalité politique. Les théories nous montrent que l’entreprise est une réalité politique : pourquoi ? par ce que la loi a introduit des organes de pilotage des groupes ui ne font qu’accentuer ce phénomène politique.

Quand la France à choisit en 1994 un modèle ouvrant la porte aux actionnaires beaucoup plus que les anglais et les américains, on a choisi que la politique des entreprises était dictée par les fonds de pensions. Aujourd’hui les entreprises sont contrôlées par les fonds de pension étrangers. Le fond de pension c’est la retraite de l’américain moyen (système par capitalisation… ). Le but du fond de pension c’est de recueillir des fonds de salariés, les placer, les faire fructifier. S’il va placer cet argent dans des ntreprises françaises, il regarde la rentabilité des entreprises, pas le côté humain.

Donc il va impacter la politique de l’entreprise en fonction des clients qu’il doit satisfaire. Dans le modèle japonais et allemand, on nous dit que dans un conseil d’administration ce sont les parties prenantes qui ont la primeur, pas les actionnaires. Les parties prenantes c’est les salariés, les fournisseurs, les élus locaux… L’entreprise sewant ? la société, dans le conseil de l’administration on y met tous les acteurs qui sont concernés par la vie de l’entreprise, ça a du sens.

Le défaut de ce model qu’on appelle le modèle partenarial, c’est que le taux de profit à court terme est moins élevé, par ce que quand on a tout ce monde autour de la table, avec des intérêts divergents, pour prendre une décision c’est pas facile autour de la table, avec des intérêts divergents, pour prendre une décision c’est pas facile, mais quand on arrive à la prendre, c’est celle qui est la plus satisfaisante. On voit la dimension polltique puisqu’on va satisfaire les intérêts de chacun, ou pas. Ces trois dimensions indissociables sont en permanence en évolution et en adaptation.

L’entreprise à vocation à être dans une mutation permanente. une entreprise qui n’évolue pas est une entreprise perdue. C. L’entrepreneuriat Création d’entreprise / entrepreneuriat : Il y a une approche francophone : c’est d’assimiler l’entreprenariat à la création d’entreprise. La prof : aujourd’hui on a tendance à faire divorcer ces deux notions, l’entreprenariat c’est de la création d’entreprise, mais pas seulement. Et un approche anglo-saxonne : C’est l’esprit d’entreprendre (on va retenir plutôt cette approche). La notion de création d’entreprise est adossée à une dimension uridique.

Création d’entreprise : définition La statistique mensuelle des créations d’entreprises est constituée à partir des informations du répertoire national des entreprises et des établissements (Sirene). Depuis le 1 ier janvier 2007, la notion de création d’entreprise s’appuie sur un concept harmonisé au niveau européen pour faciliter les comparaisons : Attention, au niveau européen on est souvent sur des recommandations, et sur des recommandations d’harmonisation pour des raisons d’hétérogénéité. Une création d’entreprise correspond à la mise en œuvre de ouveaux moyens de production.

Nouveaux moyens ça veut pas dire qu’on les créée absolument, on peut en multiplier, diviser… Si on rachète une entreprise, c’est considéré comme une création. C en multiplier, diviser… Si on rachète une entreprise, c’est considéré comme une création. Ca c’est au niveau européen. Cette création est multiforme et a plusieurs impacts. Système Informatlsé du Répertoire National des Entreprises et des Etablissements = SIRENE Les piliers de l’entrepreneuriat : L’entreprenariat est considéré comme un esprit de l’entrepris.

Ces quatre piliers sont des variables interdépendantes. Opportunité : Je mets en place que si j’ai l’opportunité de le mettre en place Conception déterministe (néoclasslque) : L’opportunité préexiste au projet. Elle fait partit de l’existence des marchés (failles), ces ouvertures font partit de la constitution du marché, et c’est moi, avec un esprit d’entreprenariat, qui vais repérer ces failles. Conception constructiviste : Le marché n’existe pas, chacun d’entre nous créée son propre environnement et du coup créée des opportunités.

Donc on provoque l’opportunité. nnovation : Ça peut être quelque chose de minime, ou d’important. Définition de l’OCDE : « L’innovation c’est quelque chose de nouveau pour l’entreprise, qui n’a Jamais éte réalisé dans cette entreprise, en tout cas de cette manière-là. b. Ça veut dire que l’innovation ça n’est pas que de l’invention, il faut bien dissocier ces 2 notions. L’invention ne donne pas forcément lieu à une innovation Les innovations les plus fortes sont pourtant la plupart du temps adossees à des inventions, c. à-d. qu’à partir d’une invention on va mettre un process, un système de production et de distribution etc… Donc : Ça peut être quelque chose de nouveau pour l’entreprise qui n’a jamais été fait auparavant dans cette entreprise : La PME qui va décider de faire des fiche qui va décider de faire des fiches de traçabilité de travail pour voir qui utilise quels outils, quelles techniques, font de l’innovation. pour l’entreprise ça change la responsabilité des salariés, leur efficacité (ils vont faire plus attention)…

L’innovation a plusieurs dimensions, on parle d’innovation produit : le cœUr artificiel, l’aspirateur sans sac : un produit nouveau d’innovation process : Cest la façon de réaliser le produit, ‘innovation dans le processus de production. Elle concerne la fabrication, mais aussi les services, elle peut amener à une rentabilité. Par exemple : coiffure D besoin de 15 mèches au lieu de 30, gain de temps. On va réviser la façon dont on travaille pour améliorer et ‘efficience, la rentabilité… innovation organisationnelle : J’organise mon travail autrement. Organisation : c’est 3 composants : Des individus, des règles, des finalités. On la retrouve dans l’entreprise, mais pas seulement. On va soit toucher les individus, soit les règles, soit les finalités, oit tout. L’innovation organisationnelle majeure qui a marqué la deuxième moitié du 20ieme siècle, c’est un innovation qui était liée à Pexternalisation dans les entreprises. Je sors tout ce qui n’est pas dans mes compétences clé, pour le faire faire ailleurs.

Ca demande de travailler autrement, c’est une innovation organisationnelle. une autre innovation organisationnelle qui ne marche pas en France, le élé travail (problème culturel). L’intranet est aussi une innovation organisationnelle. L’innovation stratégique : La stratégie c’est faire des choix pour la ie de l’entreprise à moyen / long terme. L’inno stratégique : La stratégie c’est faire des choix pour la vie de l’entreprise à moyen / long terme. L’innovation stratégique on la voit en ce moment exploser.

Je décide autrement, et j’échange autrement pour pouvoir accéder à des décisions. Les chefs d’entreprise par rapport à avant consultent beaucoup plus leurs collaborateurs, on décide ensemble, c’est donc de l’innovation stratégique. Exemple : Les coopératives. Aujourd’hui, on monte des coopératives d’achat ou de commercialisation, dans tous les secteurs, c. à-d. que les PME estimant qu’elles sont trop petites pour négocier des approvisionnement, elles se mettent dans des coopératives, qui achètent pour tout le monde, ou vendent pour tout le monde.

Au lieu d’être seul à acheter, on est 150, au lieu d’acheter 500 éprouvettes, on en achète 3000, la négociation est plus facile. Ça se développe beaucoup, des statuts classiques se transforment en coopératives. On a des Pme qui basculent vers des coopératives de sorte que les salariés sont beaucoup plus impliqués, partagent les responsabilités. Dans ces coopératives l y a une forme particulière qui sont les SCOP, ce sont des coopératives de salariés. Les salariés peuvent racheter la société dans laquelle ils travaillent.

Cette innovation est très discuté, par ce qu’un des salariés devient le patron des autres, donc souvent ça bloque ‘efficacité. Mais sur du long terme, c’est des entreprises qui deviennent très intéressantes économiquement. Donc organisation : Si on reprend la définition, qu’est ce que je fais, avec qui je le fais, comment je le fais. Des individus, des règles, une finalité. « Qui » : Au sens entreprenariat, est-ce que je ecrute, est ce que je m finalité. ? Qui » : Au sens entreprenariat, est-ce que je recrute, est ce que je m’associe, est-ce que j’intègre de nouveaux partenaires. Avec quelles règles : Est-ce que c’est des partenaires durables, est ce que je rentre dans un syndicat… Et pourquoi : dans quelle finalité. Valeur ajoutée : au sens large. Quand on parle de VA, on ne parle pas seulement de la VA qu’on a appris en compta. Elle n’aura de réalité et de pérennité que s’il y a autre chose, une consolidation de l’organisation par exemple, une meilleur intégration dans le issu économique local…

Elle peut être social, sociétal, y a une valeur ajouté qui prend une valeur considérable quand la taille de l’entreprise se rédult, c’est la VA plaisir « si on n’innove pas, on s’ennuie, ça fait plaisir d’innover Y. L’innovation dynamise une entreprise. Qu’est-ce qu’on doit retenir des immatriculations dans SI RENE en terme de création : 1) Les créations d’entreprise correspondant à la création de nouveaux moyens de production (il y a nouvelle immatriculation dans Sirene) 2) Les cas où rentrepreneur reprend une activité après une nterruption de plus d’un an (pas de nouvelle immatriculation dans Sirene). ) Les reprises par une entreprise nouvelle de tout ou partie des activités et moyens de production d’une autre entreprise (il y a nouvelle immatriculation dans sirene) lorsqu’il ny a pas continuité de l’entreprise reprise (c’est le rachat d’une entreprise par une autre). On considère qu’il n’y a pas continuité de l’entreprise si parmi les trois éléments sulvants concernant le siège de l’entreprise, au moins deux sont modifiés lors de la reprise : l’unité égale contrôlant rentreprise, l’activite économique e PAGF ID 13