Discours sur la Négritude Aimé Césaire

Discours sur la Négritude Aimé Césaire

Discours sur la Négritude Aime Césaire Le mouvement poétique de la négritude, né à Paris au milieu des années 1930, est une riposte vigoureuse de Césaire, de Senghor et de quelques autres à une grande partie de l’opinion publique française qui, par ignorance plus encore que par mépris, voyait dans le nègre un être plat, sans histoire ni culture. ? ‘image de la table rase, vulgarisée par le colonisateur (qui se faisait fort d’approvisionner la dite table en produits de sa propre culture), ils substituent la double image de la profondeur des abîmes et e la profusion du pa Vieil homme esclave orf l’homme, chacun lep e Sni* to View ou « descendre » dan même fonction. Malg moiseau dans Le de l’individu, de » au « pays natal » ux images d’une la descente ou de la plongée, la négritude, singulierement la poésie de Senghor, apparaît comme une remontée dans son passé, dans le passé…

En 1945, Césaire entre définitivement en politique : il adhère au PCF, est élu maire de Fort-de-France, puis député. À ce titre, il joue un rôle déterminant dans le vote, en 1946, de la ? loi de territorialisation qui transforme la Guadeloupe et la Martinique en

Désolé, mais les essais complets ne sont disponibles que pour les utilisateurs enregistrés

Choisissez un plan d'adhésion
départements d’outre-mer. pour revenir à la Négritude, Césaire la définit ainsi : La Négritude est la simple reconnaissance du fait d’être noir, et l’acceptation de ce fait, Swipe to nex: page fait, de notre destin de noir, de notre histoire et de notre culture. ? (Liberté 3, pp. 269-270. ) Césaire emploie le mot avec des sens différents : le mot signifie l’ensemble des nors comme « Ha-ltl où la négritude se mit debout pour la première fois » ; il signifie aussi conceptuellement « l’être- ans-le-monde du Nègre » selon l’expression de Jean-Paul Sartre dans Orphée noir. Extrait de discours oratoire, le lien entre rythme et raisonnement. Texte qui fait entendre le rythme et le souffle de la parole Comment la notion de négritude est-elle ici, l’objet d’un souffle poétique? 0 Un patrimoine (l. 6-30) : a Négritude porte en elle une histoire, une « mémoire collective»; 20 une « offensive de l’esprit » (à partir de la ligne 32) : la « révolte » permet de recouvrer la « dignité » et de lutter contre la domination sur tous les plans. Elle devient ainsi une affirmation de soi. Globalement, le discours et l’attitude de Césaire en particulier tendent à faire d’un passé de douleur l’origine d’une culture complexe et puissante.

Thèse : la Négritude est le ressaisissement de toute une communauté, unie par les épreuves de la « traite négrière porteuse dune culture forgée dans l’histoire et capable d’avoir, elle aussi, accès à l’universel. Le discours est donc fondé sur le lieu de la définition, dont viennent les autres idées (une variante de la déduction). Le concept de « négritude » : Il est l’un des plus controversés qui soit. Césaire fait un travail de redéfinition en commençant par dire ce qu’elle controversés qui soit.

Césaire fait un travail de redéfinition en commençant par dire ce qu’elle n’est pas (formes négatives), puis il affirme sa vision « c’est… » (Présentatif). Avec les phrases, s’enchainent les structures attributives. Il répète certains mots pour les expliciter ensuite, ce qui donne de l’élan à son discours : épanodesl (« C’est une manière de vivre l’histoire dans l’histoire : l’histoire d’une communauté…  » (l. 4), « ne force animale » (expression répétée l. 21, avec ironie), « refus, je veux dire refus combat, c’est-à-dire combat… ?), anaphores pour expliquer les différents aspects d’un objet (l. 50). wikipédia : L’épanode (substantif féminin), du grec érr (« répétition ») est une figure de style qui consiste à répéter des mots ou des groupes de mots qui semblent fonctionner de manière autonome syntaxiquement alors que la suite du texte montre que ceux-ci annonçaient en réalité un développement. On parle de structure épanodique ; proche de la régression et de a prolepse et propre au discours rhétorique.

Dans son acception stylistique elle est un type d’anadiplose ; linguistiquement l’épanode est proche de l’épiphore ; néanmoins l’épanade est utilisée au niveau de l’argumentation et ne vise donc pas seulement l’effet esthétique. Elle vise une relance du discours argumentatif, l’accumulation avec explication des arguments, finalement elle cherche à convaincre l’interlocuteur. Terme de grammaire. Figure délocution, dite aussi régression. Espèce de répétition qui se fait en r