df2 deavs

df2 deavs

Dossier de pratique professionnelle DF2 or 10 Sni* to View ACCOMPAGNEMENT ET AIDE INDIVIDUALISÉE DANS LES ACTES DE LA VIE QUOTIDIENNE Auxiliaire de Vie Sociale auprès de personnes qui ont perdu leur autonomie. Ce n’est pas un métier à sens unique, car on reçoit beaucoup de la personne qu’on aide ainsi à vivre. C’est ce qui m’a poussé à cette formation. Jai réalisé mon premier stage dans une association d’aide ? domicile pour être au plus proche de ce que je souhaite faire par la suite.

Dans ce rapport, je vais vous présenter la structure d’accueil, puis la personne accompagnée que j’ai choisie pour ce dossier, la ituation d’accompagnement avant d’évaluer mon intewention. PRESENTATION DE LA STRUCTURE Jai réalisé ce stage dans une des nombreuses associations d’aide à domicile d’Ille et Vilaine. Celle-ci couvre 37 communes et propose différents services . Garde d’enfants à domicile, Aide au lever et au coucher, Alde à la toilette, Aide aux repas Portage des repas, Accompagnement, sorties, promenades, Aide à l’entretien du logement, du linge, Soins infirmiers.

Elle intervient donc auprès de personnes âgées, handicapées, malades, familles, et toute autre personne ayant besoin ponctuellement ou sur du long terme, d’une aide. Elle emplole actuellement 94 salariés dont,

Désolé, mais les essais complets ne sont disponibles que pour les utilisateurs enregistrés

Choisissez un plan d'adhésion
14 infirmiers, 69 aides à domiciles (18 AVS), 3 travailleurs sociaux,et 8 administratifs, sans compter les 23 bénévoles. Les auxiliaires de vie sociales ont our mission principale de contribuer au maintien ? ersonnes âgées, PAGF 10 Pour y parvenir, elles travaillent sur différents plans.

Assistance dans les actes essentiels de la vie quotidienne : – aide à la toilette (sauf toilette médicalisée), – aide à l’habillage et au déshabillage, – aide à la mobilisation, au confort, aide à la préparation et à la prise des repas, aide à la prise de médicaments (sauf si l’aide a été prescrite par le médecin) – stimulation des fonctions intellectuelles, sensorielles et motrices.

Assistance dans les activités ordinaires de la vie quotidienne – aide à la réalisation des achats de première nécessité, – aide à l’élaboration des menus et de repas équilibrés, aide à l’entretien du logement et du linge. Assistance dans les activités de la vie sociale : – stimulation des relations sociales, – aide dans les démarches personnelles ou administratives, – accompagnement et divertissement, – maintien et développement de l’équilibre psychologlque. Ces taches doivent être réalisées en favorisant au maximum l’autonomie de la personne.

L’intervention doit être adaptée en fonction de la situation, et permettre le lien avec les différents professionnels de l’équipe. PRESENTATION DE Mme B Durant ce stage, j’ai accompagné Mme B, une femme de 83 ans, née dans une commune Elle n’est pas très grande, coquette, les cheveux blancs, et une fine paire de lunettes posée sur le nez. Elle vit, avec son mari, dans un avillon entouré d’un petit jardin. Ils ont eu 3 filles, des petit etits enfants. PAGF 3 0 petits enfants. Mme B et son mari ont habité 7 ans à Quimper avant de se approcher des parents de celle-ci.

Mme B a travaillé pendant 30 ans dans un petit service de retouche d’une usine de chaussures dont elle garde de bons souvenlrs. Cest une femme agréable, qui aime le contact, et qui a de l’humour. Elle n’a pas de difficultés motrices particulières mis à part de légers déséquilibres, elle est atteinte de la maladie d’Alzheimer. Ses pertes de mémoire sont fréquentes concernant les souvenirs, mais aussi les gestes. Elle peut être touchée par des hallucinations et se sent parfois persécutée. Elle n’aime pas être seule et angoisse facilement.

Chez elle, Mme B est chargée de l’épluchage des légumes, l’essuyage de la vaisselle et de passer le balai. C’est une participation à laquelle elle tient, car elle se sent souvent inutile. Trois fois pas semaine, accompagnée d’une de ses filles ou de son mari, elle sort faire des courses, une occasion de lui changer l’esprlt et de discuter avec des connaissances. Tous les jeudis, elle reçoit la visite de sa sœur, elle se rend également régulièrement sur la tombe de ses parents. Une fois par semaine une orthophoniste vient à son domicile.

PRESENTATION DE SES BESOINS Lors des différentes interventions chez Mme B, j’ai pu observer es besoins suivants : Se mouvoir et maintenir une bonne osture Elle a besoin d’aide pour s particulier en dehors de 0 permet de garder l’équilibre et surtout de la rassurer. Dormir et se reposer Mme B a des problèmes de sommeil, elle prend un traitement chaque soir pour favoriser l’endormissement. Se vêtir et se dévêtir Elle a besoin du conseil d’un tiers pour adapter ses vêtements à la température ambiante, également pour s’habiller sans risquer de chuter. ?tre propre Elle a besoin d’être guidée mais arrive à se laver seule (aide uniquement pour le dos), elle écoute les explications et les conseils qui lui sont donnés. ?viter les dangers Mme B est facilement angoissée, elle ne reste jamais seule plus de 5 minutes. Elle cherche à chaque instant la présence de quelqu’un mais risque de sortir se perdre et risque de chuter. Besoin de communiquer Mme B a parfois des difficultés à trouver ses mots mais arrive ? se faire comprendre. Lorsque je m’adresse à elle, je dois utiliser les mots les plus simples pour qu’il n’y ait pas d’incompréhension.

Elle s’exprime oralement sans difficulté, mais elle a du mal ? tenir une conversation surtout avec plusieurs personnes. Elle ne cherche plus à prendre part à une conversation. Elle arrive a exprimer ses peurs et ses angoisses. S’occuper en vue de se réaliser Mme B accomplit quotidiennement différentes tâches mais elle se sent malgré tout inutile et trouve qu’elle nien fait pas assez. Besoin de se récréer, se divertir Si des activités lui sont pr PAGF s 0 it en choisir une, seule société, les règles doivent être simplifiées et expliquées tout au long de la partie. ne AVS intervient auprès d’elle pour l’aide à la toilette quotidienne, l’aide à la douche hebdomadaire et deux heures d’accompagnement le lundi pour lui permettre de faire différentes activités, mobiliser ses connaissances et aussi ermettre à son mari de vaquer à ses occupations tout en sachant sa femme entourée et en sécurité. Elle voit également une fois par semaine une orthophoniste avec laquelle elle fait des exercices de mémoire, de lecture, d’écriture… Ses filles et son mari sont très présents autour d’elle.

Il est important que tout soit « ritualisé de ne pas brusquement changer ses habitudes au risque de créer du stress et de l’inquiétude. PRÉSENTATION DE LA SITUATION D’ACCOMPAGNEMENT ‘ai choisi l’aide à la toilette au lavabo, il s’agit d’une situation techniquement simple, mais qui, avec une personne atteinte de la aladie d’Alzheimer demande une vgilance particulière sur la compréhension, son bien être et l’estime d’elle même. L’adaptation doit être importante en fonction de ses envies, de ses angoisses.

Ce jour là, j’arrive le matin vers 8h30, je retrouve Mme B assise sur un fauteuil dans le salon. Je demande à Mr et Mme B si ils ont passé une bonne nuit, Mme B me répond que oui, comme d’habitude, Mr B m’informe que cette nuit sa femme s’est levée plusieurs fois et que la veille au soir elle était très angoissée. J’explique à Mme B que je suis la pour l’aider à la toilette et lui redonne mon prénom au cas où elle ne s’en sou 0 suis la pour l’aider à la toilette et lui redonne mon prénom au cas où elle ne s’en souvient plus.

Je lui tends le bras et nous allons chercher ses vêtements, qu’elle a déjà préparés dans la chambre. Elle me demande si il fait froid dehors, ce jour là, il faisait 20C, J’ouvre le placard et lui propose donc de sortir un gilet plus chaud. Elle en choisit un et me demande ce que j’en pense. Il convenait parfaitement. Je la guide ensuite vers la salle de bain, dépose les vêtements, mets le chauffage d’appoint en route, me lave les mains et prépare le gant et la serviette pour le haut du corps sur le bord du lavabo.

Elle se place devant ce qui lui permet de ne pas avor à se déplacer pendant sa toilette et de pouvoir se tenir si elle en ressent le besoin. Je lui explique qu’elle va pouvoir enlever son maillot de corps et commencer à se laver. Elle me demande si elle doit commencer par le visage, j’acquiesce. Elle prend le gant, attend que l’eau soit à la bonne température, et commence sa toilette. Elle me demande : « comme ça ? « oui comme ça c’est très bien, le visage, le coup, l’arrière des oreilles. Elle s’essuie, et me demande ce qu’elle doit faire ensuite. s bons jours Mme B aime discuter pendant sa toilette, de tout, u temps, de son mari, de ses enfants. Aujourdhui elle se sent perdue et incapable de faire les choses. Elle ne veut pas parler. Cest à moi de lui montrer qu’elle peut faire les choses et même les faire bien. Je lui explique qu’elle va pouvoir maintenant se laver le haut du corps, en lui indiquant chaque p 7 0 corps, en lui indiquant chaque partie ( les bras, le torse, le ventre, sous les seins) . Elle met du savon, se lave, se rince, je lui tends la serviette pour qu’elle puisse s’essuyer.

Je lul fais remarquer qu’elle y est arrivée seule. Je lui explique que je vais lui laver le dos, c’est un moment qu’elle apprécie. Je prends le gant, lave, rince essuie et lui propose de lui appliquer un lait pour le corps ce qu ‘elle accepte avec plaisir en me montrant le flacon. Je l’aide a enfiler son soutien gorge et son maillot pour qu’elle ne se retrouve pas complètement dévêtue. J’éteins le chauffage, à sa demande. Ensuite, elle me demande si on a déjà avé le bas, je lui dis que non et qu’elle peut à présent le faire.

Elle se déshabille. Je lui donne donc le gant et la serviette du bas. Elle se lave, se rince, et s’essuie. Je l’aide à enfiler sa culotte, lui donne sa protection, qu’elle met. Ensuite je l’aide pour mettre le pantalon, les haussettes et les chaussons. Je veille à ce que ses chaussons soient mis correctement. Mme B pense à attraper sa brosse à dents. Elle se lave les dents, ensuite elle prend sa crème de jour (durant mon stage, c’est une chose qu’elle n’a jamais oubliée).

Elle se coiffe, en prenant soin de bien aplatir l’épi qu’elle retrouve tous les matins. Pour terminer je lui propose de se mettre du parfum, elle me montre toujours le même, le orange, juste au milieu. Mme B me dit se sentir bien, je lui propose de rejoindre son mari qui a l’habltude de lui 0 Mme B me dit se sentir bien, je lui propose de rejoindre son mari ui a l’habitude de lui faire un chocolat chaud. Je l’accompagne ? la cuisine. Je repars ranger la salle de bain, nettoyer le lavabo et les toilettes.

Quand je reviens dans la cuisine, le chocolat et les thés sont près, c’est le moment où son mari aime discuter de leur vie, de leurs voyages… Et des soucis aussi. Je profite de ce moment pour remplir le classeur de transmission, je note tout se que j’ai fait. (aide à la toilette, ? rhabillage, déshabillage, entretien des WC et de la salle de bain). Les 45 minutes se sont écoulées, il est temps de prendre congé et de continuer la journée. EVALUATION DE L’ACCOMPAGNEMENT Pour évaluer mon intervention je vais m’aider de différents critères.

Organisation et ergonomie : J’ai préparé à l’avance les vêtements et le matériel adapté. Jai également pris soin de prendre les bonnes postures. J’ai également des gants en permanence dans une poche si besoin. Sécurité : Mme B ayant parfois des pertes d’équilibre, j’ai veillé ? ce qu’elle ait toujours un endroit où se tenir et je suis restée ? proximité. Confort : Le choix des vêtements est fait en fonction des activités de la journée et de la température. Dans la salle de bain, j’ai allumé le chauffage pour que Mme 3 n’ait pas froid.