Devoir 1

Devoir 1

Étape 1 : Plan comparatif du développement Point de vue :Oui, le sauvage est présenté de façon similaire dans les deux textes. Argument principal 1 À première vue, les Sauvages sont présentés de façon similaire dans les deux textes, puisqu’ils sont décrits comme un peuple inférieur à celui des Français. Sous-argument 1. 1 Sous-argument 1. 2 Dans le texte Sni* to View ançais étalent leurs richesses devant les Sauvages Dans le texte de Lahontan, la pauvreté des sauvages est décrite et comparée à celle des Français. Illustration 1. Illustration 1 2 « Et accoutrâmes ses dits fils de deux chemises, et en ivrées, et de bonnets rouges, et à chacun, sa chaînette de laiton au col. De quoi se contentèrent fort, et donnèrent leurs vieux haillons à ceux qui retournaient. Et puis donnâmes aux trois que nous renvoyâmes, à chacun sa hachette et des couteaux, dont ils furent très joyeux. »(L23-25) En étalant leurs richesses et la soumission des Sauvages décrite par Jacques Cartier, laisse sous entendre que les Sauvages n’ont rien, en fait de matière qui équivaut les Français.

Cette citation compare de façon imagé la réalité quotidienne des Sauvages et des Français en l’énumérant. Argument principal 2 Si l’on

Désolé, mais les essais complets ne sont disponibles que pour les utilisateurs enregistrés

Choisissez un plan d'adhésion
approfondit l’analyse, nous constatons que Lahontan et Jacques Cartier présentent les Sauvages différemment, de façon à ce que leur richesse varie d’un texte à l’autre. Sous-argument 2. 1 Sous-argument 2. 2 Tout d’abord, la descrption de Jaques Cartier des sauvages, en est une d’un peuple pauvre. Dans celui de Lahontan, il expose la richesse des sauvages.

Illustration 2. 1 Illustration 2. 2 «Étant retournés en nos navires, vint le capitaine, vêtu d’une vieille peau d’ours noir, dans une barque, avec trais de ses fils et son frère[… nous lui montrâmes une hache, feignant de la lui bailler pour sa peau. À ceci il acquiesça et peu à peu s’approcha du bord de notre navire, croyant avoir ladite 11-17) «À ce compte-là, tu préfères l’esclavage à la liberté ; je n’en suis pas surpris après toutes les choses que tu m’as soutenues.

Mais si, par hasard, tu rentrais en toi-même et que tu ne fusses pas si prévenu en faveur des mœurs et des manières des Français, je ne vois pas que les difficultés dont tu viens de faire mention fussent capables de t’empêcher de vivre comme nous. »(l. 15-18) Explication 2. 1 Explication 2. 2 Cette citation démontre que Jacque PAG » OF d vivre comme 5-18) Cette citation démontre que Jacques Cartier décrit les Amérindiens comme un peuple pauvre par l’entremise de la comparaison. Il compare la richesse matérielle des Français ? celle des Amérindiens.

Lahontan présente le côté spirituel et culturelle des Amérindiens. Dans ce texte la liberté domine sur la richesse matérielle. Argument principal 3 En analysant les textes de Jacques Cartier et de Lahontan, il me semble apparent que les sauvages sont présentés de façons différentes dans les deux textes. L’un des textes présents les auvages comme étant un peuple inférieur à celui des Français et l’autre décrit les différences des deux peuples favorisant leur mode de vie et leurs croyances.

Sous-argument 3. 1 Sous-argument 3. 2 Jacques Cartier présente les sauvages se soumettant aux exigences et au chantage matériel des Français. Lahontan présente les sauvages comme un peuple libre, paisible et simple qui possède également des richesses enviables. Illustration 3. 1 Illustration 3. 2 «. Et puis donnâmes aux trois que nous renvoyâmes, à chacun sa hachette et des couteaux, dont ils furent très joyeux» (1. 24-25) Adario : «Crois-moi, mon cher frère, songe à te faire Huron pour vivre longtemps.

Tu boras, tu mangeras, tu dormiras et tu chasseras en repos ; tu seras délivré des passions qui tyrannisent les Français ; tu n’auras que faire d’or ni d’argent pour être heureux ; tu ne craindras ni voleurs ni assassins ni faux t faire d’or ni d’argent pour être heureux ; tu ne craindras ni voleurs ni assassins ni faux témoins ; et si tu veux devenir le roi de tout le monde, tu n’auras qu’à t’imaginer de l’être et tu le seras. » (l. 14) Explication 3. 1 Explication 3. 2 Les sauvages acceptent de ne pas abattre la croix des Français puisque ceux-ci ont acheté la paix par leurs offrandes.

Les sauvages possèdent peu de richesses matérielles, mais ils se libèrent des pressions sociales multiples que vivent les Français Étape 2 : Rédaction de l’introduction Nombre de mots Cl 1370 En 1534, Jacques Cartier (1494-1554), un explorateur Français, débarque en Amérique du Nord. Il rédige par la suite les récits de son voyage en Nouvelle-Brance témoignant des données géographiques et ethnographiques. Plus d’un siècle plus tard, Louis-Armand de Lom D’Arce (1666-1716), publie un livre sur son éjour au Canada : Dialogues de Monsieur le baron de Lahontan et d’un Sauvage dans l’Amérique.

Les deux auteurs dressent un portrait imagé de deux civilisations complètement différentes et qui cherchent à se connaitre. peut-on dire que les sauvages sont présentés de la même façon dans les deux textes ? Selon Cartier les sauvages sont inférieurs aux Français et ont tout à gagner de posséder et d’admirer leurs richesses. Contrairement à Cartier, Louis-Armand compare le mode de vie des sauvages et des Français, tout en relevant les richesses profondes des sauvages.