Crises Des Valeurs

Crises Des Valeurs

Type : Note d’actualité Niveau : PENA SUJET : La crise des valeurs De nombreux auteurs n’hésitent pas à parler du déclin des sociétés occidentales notamment à cause de la perte de certaines valeurs. Nos sociétés modernes ont essayé de se construire sur l’idéal défini par le siècle des Lumières.

En dépit de certaines conditions sociales qui furent longtemps difficiles pour ne pas dire iniques (femmes, enfants, ou avec l’idée d’un effo soit aussi humaine et que cet idéal soit dev v individualisme forcen orfi to nextÇEge onstamment évolué que la République as, il semblerait avènement d’un la meilleure manière de moderniser une societe qui s’essouffle. La disparition de certaines valeurs inquiète et bon nombre de sociologues ne manquent pas d’en répertorier les causes ou, à défaut, les symptômes.

Or, si l’apparition de certains symptômes amène à parler de crise des valeurs (1), il semble nécessaire de mesurer les risques que cela implique pour notre société (2) tout en essayant de déterminer quelques remèdes possibles (3). 1. Les symptômes d’une crise des valeurs Que ce soit dans le domaine social, politique ou celui de anquent pas. 1. 1 Dans le domaine social L’exemple le plus inquiétant est sans doute celui de la banalisation

Désolé, mais les essais complets ne sont disponibles que pour les utilisateurs enregistrés

Choisissez un plan d'adhésion
d’actes jusque là fermement condamnés par la société. Ainsi on ne parle plus de délinquance mais plutôt d’incivilité.

De même, la massification de certains délits les ont rendus beaucoup moins « répréhensibles » que par le passé. Enfin, l’augmentation des infractions pénales, surtout celles concernant les mineurs, est symptomatique mals aussi et surtout inquiétante. 1. 2 Dans le domaine politique La désaffection de plus en plus marquée des citoyens pour es électlons de leurs représentants est préoccupante pour le processus démocratique. Dans notre société, le citoyen a toujours joué un rôle important, du moins dans les textes.

Or, la rupture de plus en plus évidente entre le citoyen et le politique qui se reflète dans les taux d’abstention ne laisse pas de s’interroger sur le devenir de notre démocratie. 1. 3 Dans le domaine de Péducation CEducation Nationale peut être considérée comme l’un des piliers de la République. Or, son autorité et sa mission sont de plus en plus remis en cause au prétexte d’une nécessaire daptation à la société moderne. Ainsi, l’enseignant n’est plus perçu comme la seule source de savoir pas plus que les parents qui ont d’ailleurs autant de mal à éduquer qu’à instruire leurs propres enfants. . La mesure des risques p 2. La mesure des risques pour notre société Une société est une construction qui, pour être durable, s’articule autour de valeurs communes. La remise en cause de ces valeurs risque, à terme, de distendre les liens soclaux unlfiant la population. 2. 1 Les risques pour le domaine social En 1882, Ernest Renan dans son discours sur la nation a défini a nation comme un plébisclte de tous les Jours s’exprimant par une volonté intangible de vouloir « vivre ensemble ».

C’est sur ce concept que la République française a tenté de se construire et la disparition du vouloir vivre ensemble » ne cesse d’inquiéter les observateurs. En effet, toute catégorie socioprofessionnelles confondues, l’incivisme notoire dont certains font preuve invite de plus en plus au refus de « vivre ensemble h. Dès lors, certains y voient l’avènement prochain d’un communautarisme préjudiciable à notre société et à nos valeurs. 2 Les risques pour le domaine politique La rupture engagée entre le citoyen et le politique laisse la place à toutes sortes de populistes qui prospèrent , non pas sur « le grand levain de liberté » décrit par l’anglais Arthur Young ? la veille de la révolution française dans son carnet de voyage mais plutôt sur un grand levain de désenchantements. Comme le souligne Pierre-André Taguieff dans l’illusion populiste, le populisme est multiforme. Il sait plaire aux citoyens déçus en adaptant son discours à chaque circonstance. L’avènement d’un populiste