CriseFinanciere Partie1

CriseFinanciere Partie1

Crise financière et réformes du système : état des lieux et perspectives Céline Meslier, Laboratoire d’Analyse et de Prospective Economiques, Université de Limoges « La formation : un levier majeur pour développer l’emploi Jeudi 13 Juin 2013 Présentation du Laboratoire d’Analyse et de Prospective Économiques (LAPE) or7 Sni* to View 15 enseignants-cherc professeurs invités é postdoctorants; 6 Réseau international : Etats-Unis (Federal Reserve Bank of New-York; Federal Reserve Bank of Kansas City; Federal Deposit Insurance Corporation; New-York university; University of Florida) ; Europe (Danemark (Copenhagen

Business School) ; Royaume Uni (University of Birmingham, Bangor Llniversity); Italie (University of Rome Ill) ; Asie du Sud-Est (Philippines, Taiwan, Indonésie) Membre d’un réseau de recherche FINEST (Organisation dun colloque à Limoges (40 participants, Etats-unis, Allemagne, Royaume-Uni, Pays-Bas) 27 mai 2013 « he never-ending crisis » Prospective Economiques (LAPE) financière de 2007-2008 et crise économique 1.

Déroulement de la crise financière de 2007-2008 LJne crise initialement concentrée sur le marché américain, qui se propage au reste du monde par la titrisation Titrisation : Transformation d’actifs illiquides en titres acilement négociables sur des marchés Titres concernés : prêts hypothécaires, crédits automobiles, prêts étudiants, encours de cartes bancaires,…

Sortie de ces crédlts du bilan des banques avec la titrisation (transformation

Désolé, mais les essais complets ne sont disponibles que pour les utilisateurs enregistrés

Choisissez un plan d'adhésion
d’actifs illiquides en titres facilement négociables sur des marchés via un véhicule) Evacuation des crédits risqués Relâchement du contrôle des risques Source de liquidité pour les banques Initiateur(s) Cessions d’actifs en contrepartie de fonds Véhicule émetteur Acquisitions PAG » rif 7 leurs crédits Dégradation des notes des produits titrisés dérivés des rédits subprimes par les agences de notation (ALA à C) pertes pour les banques qul ont acheté ces produits complexes Crise de confiance sur les marchés financiers Opacité des bilans bancaires et des produits titrisés les investisseurs ne connaissent pas l’implication de chaque banque dans l’achat de produits titrisés – les banques ne veulent plus se prêter entre elles (crise marché interbancaire) – les investisseurs ne veulent plus prêter aux banques – les déposants ont peur (retrait des gros déposants) Crise de liquidité Contagion (crise systémique) 350 En points de base Baisse concertée des taux

Plan LIS de sauvetage 18/09/2008 08/10/2008 Bear Stearns rachetée par JP Morgan 300 PAGF3C,F7 liquidités – Allongement des maturités auxquelles les banques centrales prêtent aux banques – Elargissement de la gamme des garanties demandées pour garantir les prêts Intervention des gouvernements pour confiance aux marchés et aux déposants redonner – Recapitalisation des banques en difficultés – Prêts exceptionnels – Garantie implicite des dépôts et des prêts interbancaires ? IOO% 14 Inflation faible et stable Baisse d’intérêt Abondance de liquidités Hausse des prix de l’immobilier Accroissement de ‘endettement des ménages Relâchement des conditions d’octroi du créd irrationnels ou à des problèmes de conflits d’intérêts Explications alternatives à la crise Améliorer la qualité de l’information sur les produits titrisés, réduire les sources de conflits d’intérêts…. as de résolution du problème Proposition : restreindre l’extension des marchés financiers, retour sur la parfaite liberté des mouvements des capitaux Irrationalité des agents économiques (excès de confiance, rationalité limité et difficultés à appréhender les conséquences de toutes leurs actions, de tous les cénarios possibles) et récurrence d’évenements extrêmes en raison de la présence d’acteurs de taille importante dont les comportements peuvent déstabiliser les marchés fortes fluctuations des prix Solution : restreindre la taille des acteurs 2. Crise de la dette souveraine européenne Quelques éléments factuels sur l’endettement public et l’exposition des banques au risque souverain Source : Eurostat Impact différencié en fonction des situations individuelles initiales et du Ione terme des des finances publiques grecques plus dégradées que prévues (Annonce du nouveau gouvernement grec) Décembre 2009: Dégradation de la note de la dette grecque à long terme (A- à BBB+) Plan de rigueur janvier-Avril 2010 : Soutien de la Grèce des pays européens. qui reste au stade des déclarations Avril 2010: nouvelle dégradation de la note grecque et contagion à l’Espagne et au Portugal Crise de confiance sur les marchés Soutien financier apporté par l’UE, la BCE et le FMI à la Grèce (mai) : création du Fonds Européen de Stabilité Financière (mai 2010) Dates clés Novembre 2010 : Crise de la dette de l’Irlande et nouveau plan de sauvetage Mai 2011 : Soutien de l’Europe au Portugal (hausse des taux ‘intérêt sur la dette) Juillet 2011 : presslon des gouvernements européens sur l’Italie pour la mise en place de mesures d’austérité et nouveau plan d’aide à la Grèce ; malgré ce plan, nouvelle dégradation de la note grecque Août 2011 : Chute massive des bourses internationales Octobre 2011: Mise sous s Triple A de la avec l’Allemagne 50,00 0,00 Principales solutions proposées, adoptées… u non Pérennisation du Fonds Européen de Stabilité Financière (FESF) sous la forme du Mécanisme Européen de Solidarité (MES) : mécanisme de solidarité européen en cas de crise financière (recapitalisation des anques,… ) mais aide conditionnelle à l’engagement de restaurer les déséquilibres Emission d’EuroBond: toujours en suspens (réticence de l’Allemagne face à un manque d’engagement clair de ses partenalres européens vers plus de contrôle des budgets nationaux au niveau européen) Mise en place de politiques d’austérité budgétaire Dans les pays les plus endettés (Grèce, Italie, Espagne,… ), politique d’austérité bud étaire: privatisations massives, ré epenses, PAGF3Cf7 Espagne,… ), politique d’austérité budgétaire: privatisations massives, réduction des dépenses,