Cours Emploi

Cours Emploi

Théories et politique de l’emploi Antoine Gobelet – M plan Actualité et problém Définitions et enjeux Faits stylisés Théories Politiques or 11 Sni* to View Actualité et problématique • Actualité du sujet : impact de la crise économique et financière massif sur l’emploi – Selon le Guardian, le 26 janvier, 77000 emplois détruits aux Etats-Unis (43 000) et en Europe en une seule journée ; Catterpillar — annonce 20 000 suppressions de postes dans le monde, GM (nationalisé) 2000, ING 2000 etc. Communiqué du G20 du 2 avril : 56 du communiqué s’engage ? protéger ou créer des millions d’emplois (met en valeur les lans de relance à hauteur de 5 000 Mds USD) • Eléments de problématique – Quelles sont les conditions d’une sortie de crise permettant une reprise importante et rapide de l’emploi d’ici 2010-2011 ? b d’employés / population en âge de travailler Typologie du chômage Chômage classique: déséquilibre sur le marché des biens (demande supérieure) et ajustement différé sur le marché du travail (entreprises contraintes par l’offre -salaire réel trop élevé, manque de capital) Chômage keynésien (ou involontaire): insuffisance de la demande le marché des biens et ajustement des prix trop lent (le salaire réel ‘est

Désolé, mais les essais complets ne sont disponibles que pour les utilisateurs enregistrés

Choisissez un plan d'adhésion
pas trop élevé, c’est la demande de biens qui est trop faible) Chômage d’équllibre: quand on a l’équilibre (MT et LT) sur le marché des biens et sur le marché du travail : situation stable dans laquelle persiste du chômage; dû aux facteurs empêchant l’ajustement du salaire (ex: salaire minimum) Chômage frictionnel: existe dans tous les cas, indépendamment de l’équilibre ou non des marchés, résulte de l’appariement de l’offre la demande de travail; également appelé taux de chômage de plein emploi (à distinguer donc du taux de chômage d’équilibre qui ne reflète pas forcément une situati ploi) 11 actifs; estimé ? en France; frein à la réduction du chômage • Emploi flexible (non CDI à temps plein) et emploi stable (CDI) Il. Faits stylisés A. Tendances longues de l’emploi et du chômage Emploi global dans l’OCDE INSEE Nombre de chômeurs en France Taux de chômage en France Sous-emploi en France PAGF30F11 Jeunes 24,6 25,3 41,9 Source : Eursostat Ill.

Théories Théories classiques • Offre et demande de travail: arbitrage travail/loisir • Rigidité du salaire réel : source de chômage • Coin fiscalo-social: – écart entre coût du travail (salaire brut + cotisations) et salaire net (salaire brut – cotisations – impôt sur le evenu); – distorsion fiscale qui limite l’emploi (cotisations employeurs abaissent la courbe de demande de travail/cotisations employés hausse la courbe d’offre de travail; dans les deux cas, le coût du travall augmente et l’emploi baisse) Equilibre sur le marché d PAGFd0F11 « naturel » (grâce aux anticipations adaptatives sur Finflation, les travailleurs demandent une hausse du salaire réel: la courbe de Phillips se déplace vers la droite) Lucas (1980s): anticipations rationnelles donc la courbe de Phillips est fausse même à court terme (pas d’arbitrage entre chômage et inflation) NAIRU Variation du salaire nominal Long terme Court terme après anticipations Court terme initial NARU Chômage NAIRU: hausse dans les années 1970 • Sur les périodes 1960-1973 (A) et 1974-1998 Etats-Unis: – France: s 1 négociations sur le marché du travail sont au centre de ces facteurs explicatifs: taux de syndicalisation, centralisation des négociations, insiders / outsiders etc. Théorie du salaire d’efficience • La théorie du salaire d’efficience étudie le lien entre salaire et productivité. ?? Plusieurs approches : – Analyse du mécanisme d’incitation à l’effort: l’employeur contrôle en effet imparfaitement l’effort des salariés. Il doit mettre en place un mécanisme incitatif afin qu’il fournisse l’effort requis (Shapiro & StiglitZ[1984]) – un chef de d’entreprise observant imparfaitement les caractéristiques des individus qu’il embauche peut vouloir pratiquer une politique de hauts salaires pour attirer les meilleurs (Weiss [1980]) Hystérèse; négociations • Hystérèse: NAIRU de court terme (ancienneté rédult l’employabilité) • Théories des négociations: les syndicats privilégient la défense des insiders 6 1 sur Pemploi de l’ouverture aux échanges Source: Natixis Antoine Gobelet IV.

Politiques -M Loi d’Okun (1950) Dans les années 1960 aux Etats-Unis et toujours aujourd’hui dans les pays anglo-saxons: 3 points de croissance pour faire baisser le taux de chômage de 1 En France et en Allemagne: estimé jusqu’à 5% Source : Gedefr, données INSEE Salaires minimums dans l’UE et aux Etats-Unis source: IRES Politiques en fonction des types de chômage PAGF70F11 – Subventions au retrait d’activité (préretraites) • politiques actives: – Soutien à la création d’emplois (secteurs marchand et non-marchand) – Formation professionnelles – Accompagnement et placement des demandeurs d’emploi Politique de l’emploi en France Instabilité:

Dégressivité allocations chômage – Exonérations de cotisations employeurs, notamment pour temps partiel et bas salaires – Suppression de l’autorisation administrative de licenciement (1986) – Licenciement économique Abandon progressif des mesures de retrait de l’emploi (réduction de l’offre de travail): préretraites Soutien à l’emploi non marchand (emplois-jeunes, contrats aidés) Soutien aux emplois marchands peu qualifiés (exonérations de charges sociales) Source: Benassy-Quéré et Coeuré B1 de travail de 10% pour 6 % d’emplois en plus Loi Aubry Il (2000): pour les entreprises qui sont passées aux 35h, par accord négocié, llègement de charges pérenne sur les bas salaires Conditions d’efficacité: – Sous-emploi car insuffisance de la demande de travail Heures et travailleurs substituables Bilan non tranché: DARES 350 000 emplois créés (à court terme) – Coût, multiplication des SMIC (cf. nfra allègements Fillon) Loi Fillon (2002): assouplit les lois Aubry en augmentant le contingent d’heures supplémentaires (130 à 180 heures par an) et supprime les incitations à réduire le temps de travail 2007: exonération des charges sur les heures supplémentaires Loi TEPA • Loi en en faveur de l’emploi du travail et du pouvoir d’achat (21 août 2007) ?? Mise en œuvre expérimentale du RSA « assurer l’augmentation des ressources d’une personne bénéficiaire d’un minimum social qui prend ou reprend un travail afin d’atteindre un revenu garanti qui tient compte des revenu d’activité professionnelle et des charges de familles » Lutter contre la pauvreté au travail En 2004 (INSEE), des seuil de du revenu RSA: entre redistribution et incitation Redistribution: Transforme les allocations différentielles en allocation dégressive: pour chaque euro supplémentaire gagné par une activité, si le taux de dégressivité est de 30%, l’allocation diminue de 30 centimes et le evenu augmente de 70 centimes – Ciblé sur les bas revenus: prime maximum pour les revenus entre SMIC pour un célibataire et 0,7 SMIC pour un couple avec 2 enfants Incitation au retour à remploi: – Aujourd’hui: cumul puis palier pendant lequel le revenu reste stable alors que les revenus d’activité augmentent – RSA lisse la courbe des taux marginaux effectifs (revenu disponible augmente continûment) Limite: 1/3 des allocataires du RMI qui ne recherchent plus activement d’emploi (raisons de santé, démotivation, exclusion) Cibler les politiques de • Chômage des ieunes: