Cours 1 51 802

Cours 1 51 802

Introduction à la macroéconomie OÉcole des Hautes Études Commerciales Octobre 2002 Qu’est ce que la macroéconomie ? • La macroéconomie étudie le fonctionnement économique d’un pays dans son ensemble et cherche à expliquer sa performance globale. • Les variables • Les agents • Les marchés or7 Sni* to View Le schéma des flux • Le schéma des flux d’illustrer l’interdépendance des ditt rents agents économiques et des principaux marchés. • Forme la plus simple : que les ménages et les entreprises.

Dans un schéma aussi simple: • Deux marchés – flux réel et flux monétaire. ?? Le marché des biens et services : les ménages versent des recettes (flux monétaire) aux entreprises en échange des biens et services (flux réel) qu’elles produisent. • Le marché du travail : les entreprises versent des Les concepts d’épargne et d’investissement • Épargne : flux égal au revenu annuel non consommé. • Richesse ou patrimoine : épargne accumulée au fil des ans (varlable de stock). ?? Investissement : achat de capital productif (usines, machinerie et équipement). Les premières leçons utiles • Une partie du revenu est épargnée. • L’épargne sert à financer les projets ‘investissement, d’où l’égalité entre l’épargne privée et Pinvestissement privé • C Ip

Désolé, mais les essais complets ne sont disponibles que pour les utilisateurs enregistrés

Choisissez un plan d'adhésion
= dépense agrégée = revenu agrégé Et puisque le monde est un peu plus complexe… • Les biens et services de consommation (G) et d’investissement IG peuvent aussi être achetés par les administrations publiques. ?? Les administrations publiques : tous les niveaux de gouvernement (fédéral, provincial, municipal). pour payer leurs dépenses, elles prélèvent des impôts (T) de toutes sortes. Ces derniers servent aussi à effectuer des transferts (Tr; Tr ex. aide sociale). • C’est pourquoi: Dépense agrégée (C + + G) = ?pargne et investissement en présence du secteur public Revenu agrégé • À l’épargne du secteur privé (EP) s’ajoute l’épargne gouvernementale (EG *AGF 9 rif 7 les nonrésidents (exportations, EX).

Les résidents achètent des b & s aux non-résidents (importations, IM). IM Dépense agrégée = (C+l G + EX- IM) = Revenu agrégé. • Les échanges internationaux ne se limitent pas à EX et IM. ‘épargne aussi franchit les frontières. L’égalité entre l’épargne et l’investissement en présence du secteur extérieur • À l’épargne nationale (EP + EG) s’ajoute enfin l’épargne internationale ou épargne du secteur extérieur (EF) Provient du commerce international des non résidents avec l’économie nationale. – Égale à (IM – EX).

Ily a toujours égalité entre l’épargne et l’investissement : Épargne et investissement des principaux secteurs de l’économie canadienne en 2001 Secteurs d’activité Épargne Investissement Prêt (+) ou emprunt (-) net du secteur Secteur privé (particuliers, entreprises) PAGF3C,F7 définie. • Intérieur • Brut •utllisation finale Comment mesure-t-on le PIB? Il existe trois façons équivalentes de mesurer le PIB : la méthode des dépenses, la méthode des revenus des facteurs et la méthode des valeurs ajoutées.

Seule la première retiendra notre attention. La méthode des dépenses consiste à comptabiliser toutes les dépenses encourues pour acquérir la production nationale. Les grandes catégories de dépenses sont la consommatlon (C), les dépenses d’investissement privé et publique brut les achats publics de biens et services de consommation (G) et les achats nets effectués par les non-résidents, c’est-à-dire les exportations nettes (EX – IM).

Ainsi: Note : PIB = revenu agrégé = dépense agrégée La mesure du PIB nominal •La valeur des dépenses C, l, G, EX et IM est calculée en prix de Pannée courante; c’est le PIB nominal. ??ll est disponible de façon trimestrielle. •Les économistes ont plutôt recours à une estimation du PIB corrigé des variations de prix et ne reflétant ainsi que les variations dans les quantités produites : c’est le PIB réel (PIBR). ??C’est l’indicateur fondame PAGF 7 ormance Divergence statistique et valeur résiduelle PIB Produit intérieur brut réel -1 803 024 196 100 % Évolution des PIB nominal et réel au Canada, de 1981 à 2001 PIBN = PIBR en 1997 PIBR PIBN Le taux de croissance du PIB réel Le niveau du PIB réel nous intéresse moins que son taux de croissance : Le taux de croissance annuel basé sur quatre rimestres ou en glissement annuel (tetrimestre) TCPIBR t = [(PIBR t- PIBR t-4) / PIBR t-4] 100 TCPIBR2001 = [(PlBR2001 – PIBR2000:a PIBR2000:4] * 100 [(1 027 799-1 1018 996) /1 1018 9961 100 Ce graphique présente le taux de croissance annuel du PIB réel entre le Les médias rapportent généralement l’inflation mesurée selon l’IP c. L’Indice des prix à la consommation (IPC) Le panier servant à évaluer l’indice des prix à la consommation composé de plus de 600 biens et services de nature différente que les ménages canadiens consommaient à la période de base (1992). Ces produits sont regroupés en 182 classes de base et en huit omposantes principales. Chaque mois, Statistique Canada mesure le coût du panier de biens et services aux prix du marché. Finalement, on divise le coût du panier ainsi obtenu par ce qu’il valait lors de la période de base.

L’indice implicite des prix du PIB (IPPIB) L’indice implicite des prix du PIB sert à mesurer l’évolution du niveau moyen des prix de tous les biens et services produits dans l’économie, entre la période courante et la période de référence (1997). Pour ce faire, on divise le PIB nominal par le PIB réel, et on en multiplie le résultat par 100. Au quatrième trimestre de 2001, e PIB nommai était de 1 073 880 illions de $ alors que le PIB réel s’élevait à 1 027 799 millions de $ de 1997: l’indice implicite des prix du PIB s’établissait donc à : (1 073 880/1 027 799) * 100 104,5 . Au moment de présenter le marché des biens et services, c’est ? indice de prix que nous nous référerons. Calcul du taux d’inflation de croissance du PIB réel.

Quant à l’IPC, il est publié sur une base mensuelle; Le taux de croissance annuel des prix (t=l an) : = [(1Pt- IP t-1 VIP * 100 TCIP t où IP : IPPIB ou IPC Le taux annuel d’inflation calculé selon l’IPC (1992=100) et l’IPPIB (1997=100) • Au mois de décembre 2001, l’IPC (1992=100) se chiffrait ? 1 5,9 comparativement à 115,0 en décembre 2000. En conséquence, le taux annuel d’inflation en décembre 2001 était égal à . TCIPC2001 = ((1 15,9- 1 1 5,0) = % • Au quatrième trimestre de l’année 2001, l’IPPlB (1997=100) s’élevait à104,5 alors qu’il était de 105,5 au quatrième trimestre de l’an 2000. Ainsi, le taux annuel d’inflation au quatrième trimestre de 2001 était égal ? TCIPPlB2001:4 – ((1 04,5 – *100 = – 0,95 % Taux d’inflation selon pc (1982-2001) 11,9 % (1982:05) TPS % (1991:01) 2001:05 (1984:10) TABAC Taux d’inflation selon IPPIB (1982-2001) % (1982:1) % (1989:2)