Courbes Intensite Potentiel

Courbes Intensite Potentiel

Chimie – Courbes intensité potentiel Courbes intensité potentiel • Système électrochimique (ou électrode) : Association d’un couple red/ox et d’un métal M permettant l’apport ou l’export d’électrons libres. • Intensité : Notée i, elle mesure le débit d’électrons. On rappelle que les électrons libres n’existent pas en solution. • Anode : Lieu de l’oxydation où les électrons remontent l’électrode. L’intensité algébriquement reçue y est positive. • Cathode : Lieu de la ns descendent l’électrode. L’intensité algébrique er2t •

S »geto • Vitesse de réaction proportionnelle à l’intensit i : avec L’étude cinétique se ramène à une étude d’intensité électrique. Si la réaction avance (les électrons remontent l’électrode), alors Si la réaction recule (les électrons descendent l’électrode), alors Pour une réaction chimique on a : où n est le nombre (capture par la surface de l’électrode). – Le réactif absorbé libère (si c’est un réducteur) ou capte (si c’est oxydant) les électrons libres. – Désorption du produit (libération par la surface de l’électrode).

Transfert du produit au sein de l’interface en direction du cœur de la solution (diffusion dans l’interface). – Transfert du produit de Pinterface vers la solution par convection migration (si le produit est ionique). Mélanie CULARD – PSI • Etape cinétiquement déterminante

Désolé, mais les essais complets ne sont disponibles que pour les utilisateurs enregistrés

Choisissez un plan d'adhésion
: Etape la plus lente d’une réaction, qui impose sa vitesse à la réaction. • Obtention expérimentale des courbes : Le montage usuel permettant d’acquérir les courbes potentiel intensité nécessite trois électrodes : – L’électrode de travail qui présente le potentiel E.

L’électrode au calomel saturé indique un potentiel constant lorsqu’elle est à l’équilibre (i. e. traversée par aucun courant). – La contre électrode permet de fermer la maille. On fait varier la tension d’alimentation IJ pour faire varier i. • Branche anodique : Partie de la courbe pour laquelle • Branche cathodique : Partie de la courbe pour laquelle PAG » OF d d’avoir une tension à ses bornes plus élevée que celle aux bornes du dipôle complet.

Ici on peut trouver une : – Surtension anodique : excès de tension par rapport au potentiel de Nernst pour que la cinétique se débloque (i cesse d’être nul). – Surtension cathodique : défaut de tension par rapport au potentiel de Nernst pour que la cinétique se débloque (i cesse d’être nul). Plus les surtensions sont fartes, plus l’électrode est lente. Globalement, on a • Rendement faradique : Lorsque plusieurs réducteurs (resp. oxydants) sont présents dans le milieu réactionnel et que l’objectif est d’en oxyder (resp. réduire) un en particulier (noté p), on définit le rendement faradique par • • Cellule galvanique : Cellule électrochimique exploitant une éaction d’oxydoréduction et empêchant le transfert direct d’électrons (ceux-ci transitent par des conducteurs métalliques en dehors de la solution et en traversant un dipôle électrocinétique D). L’intérêt de cet élément est de convertir l’énergie chimique en énergie électrique. électrochimique : Cellule galvanique en mode générateur : conversion d’énergie chimique en énergie électrique. – A reçoit des électrons, c’est le lieu de la réduction, c’est donc la cathode. donne des électrons, c’est le lieu de l’oxydation, c’est donc l’anode. ona • Electrolyse : Cellule galvanique en mode récepteur : conversion électrique en énergie chimique (réaction forcée). L’alimentation libère de l’énergie qui est absorbée par la cellule • Rapidité d’un système : Un système sera dit rapide (resp. lent) quand l’intensité du courant anodique ou cathodique augmentera très rapidement (resp. n’augmentera quasiment pas) lorsque Courbe intensité potentiel de l’eau • Spécificités de l’eau : ‘eau, amphotère redox, peut être réduite ou oxydée selon les couples Couple et potentiel