coucou

coucou

Caliban a interrompu un travail inuste (face à une rivalité avec Ferdinand) pour s’abriter de l’orage et des « sept gueules de la malédiction ». Il n’a pas peur de prospero. Stéphano et Trinculo sont deux rescapés du naufrage, l’un est un somelier ivrogne et l’autre un bouffon. Dans cet extrait le registre comique est fortement présent ( mais aussi le mélange des registres qu’on connait chez Shakespeare Derrière le comique se cache une exploitation de la scène parlant de l’homme par l’homme. Comment une scène comique prend elle un sens idéologique? Premier temps: élab

Deuxième temps: la I Le comique a) Comique de caract Entrée en scène de T ors Sni* to View la scène nt puis en commentant les paroles de sa chanson. Il est ivre. (Stephano est ivre également, evocation de la ville de Bordeau qui connote le vin). Le nom de Trinculo peut venir du verbe trinquer, son nom montre qu’il aime la boisson. « Tant qu’il y a de la vie il y a de la soif’ renforcement du comique par des proverbes inventés. Obsession a faire boire les autres ( Caliban Champs lexical du vin de la boisson. Trinculo a le nez qui brille comme une pahre.

Stephano a un

Désolé, mais les essais complets ne sont disponibles que pour les utilisateurs enregistrés

Choisissez un plan d'adhésion
gros entre qui lui a servit de tonneau pour se sauver la vie I Swipe to vlew next page lors du nauffrage. b) Comique de situation tous les deux rentrent en chantant et ont la même réaction face ? Caliban: symétrie des entrées en scène. Ils sont deux compères. Situation comique car ils sont tous deux en états d’ivresse. Caliban ne bouge pas sous la couette jusqu’à ce que les deux ivrognes se reconnaissent. Caliban ne dit rien, en réaliter il réfléchit à comment il va exploiter ces deux imbéciles face à Prospero.

Il flatte les deux hommes pour les engager dans une entreprise contre Prospero. Les deux hommes comiques vont se livrer à un commerce immoral indigne qui sera d’exhiber Caliban en Europe comme une bête de foire dans un clrque. Il La visée critique(présente egalement chez Shakespeare) « En Europe lees bourgeois payeraient pour voir un handicapé considéré comme monstre mais ne donneraient rien à une personne handicapée ». a) des personnages frasques langage discreditant : grossier difference entre la grossierté de Caliban et Prospero (insultes poétiques) face à celle de Trinculo et Stephano (« con’ , « merde »).

Ils sont cupides: champs lexical de l’argent: pognon « fortune », l’exploite » , « marché-conclut » 2 individus frustrés pouvant s’enrichir en exploitant Caliban, donc Trinculo et Stephano sont eux des monstres moraux. b) l’exhibition dans les foires (fin du XIXeme siecle on exhibe les etres humains handicapés dans des foires) Reaction spontanée de Stephano et Trinculo montre que le commerce des « monstres » est un commerce commerce des « monstres » est un commerce répendu, ils ont trouvé un trésor qui devra être fructueux. Comme le dit Césaire sur le discours du colonialisme ils ont un comportement décivilisé ».

A la ligne 54 Cesaire critique tout commerce humain comme « la femme à barbe » ils se moquent du non respect de l’humain. Ily aussi le dresseur de puce. Césaire dénonce toutes les personnes maltraitées, on le retrouve chez Shakespeare en moins développé. Caliban est traité comme un animal: mot « gueule » lorsqu’ils le font boire, et le « zindien a deux gueules » ( freres siamois )  » 2 gueules + 8 pattes ‘ « je vais le civiliser », « laisse moi accomplir ma mission civilisatrice’ le colonisé sort un peuple de son inferlorité. c) les prejugés racistes

Ils vont tout de suite faire preuve d’éthnocentrisme: « ces races pas franches » (libre? ) Ce qui veut dire qu’il peut y avoir des « races » qui sont faites pour être dominées (franches peut vouloir dire louche,sournoise. ) Stephano et Trinculo parle à Caliban comme un imbécil. Ils mettent en place un Pidgin (langage propre au commerce) ( sabiz = langage inventé ) rappel de la scène 2 lorsque Caliban dit à Prospero qu’il lui a apprit a baragouiné son langage. Malgré que la scène repose sur des critères du comiques, une visée critique est bien présente derrière la scène marrante.