Corrig Gorpus Gargantua

Corrig Gorpus Gargantua

Question de corpus: Comment, dans ces deux textes, Rabelais donne-t-il les clefs d’une bonne éducation ? Rabelais auteur humaniste du XVIème siècle a écrit Gargantua en 1534. Gargantua est sans doute le texte narratif le plus célèbre de la Renaissance française. D’une structurecomparable à celle de Pantagruel, mais d’une écriture plus complexe, il conte les années d’apprentissage et les exploits guerriers du géant Gargantua. Plaidoyer pour une culture humaniste contre les lourdeurs d’un enseignement sorbonnard figé, Gargantua est a erve, d’une grande ichesse lexicale, et d c ue, volontiers PACE 1 or 5 scatologique.

Aux ch tre„•- héros, Rabelais e réducation des conte comment, dev théologiens, le géant Nous allons voir comment Rabelais, dans ces deux textes, donne les clefs d’une bonne éducation. Tout d’abord, Rabelais joue des symétries et des oppositions dans la construction des deux récits. En effet, la narration de l’éducation des théologiens se fait par étapes : 14 ? 10: Le lever, 1 11 à 13: Le déjeuner, 26 à 33: A l’église, 34 à 36: Le souper.

Le lecteur comprend que l’occupation première de Gargantua est de manger et d’aller à l’église. La dernière ligne du texte, qui marque la conclusion de cet Swipe to nex: page cette

Désolé, mais les essais complets ne sont disponibles que pour les utilisateurs enregistrés

Choisissez un plan d'adhésion
éducation hors du commun, souligne: « Puis il étudiait une méchante heure L’adjectif qualificatif épithète «méchante» en dit long sur l’état d’esprit de Gargantua face à cette véritable corvée, et tout le résultat de cette éducation tend à étudier une heure par jour!

Les métaphores « les yeux posés sur le livre » et« l’esprit à la cuisine » mettent en évidence, de façon ironique, que Gargantua ne retire rien de ses études. Donc Rabelais se sert de l’argumentation indirecte pour porter un jugement négatif implicite sur cette éducation. A contrario, les étapes du récit de l’éducation de Ponocrates sont bien différentes.

Si les deux journées semblent bien remplies, l’une se résume à écouter trente messes, alors que l’autre favorise la simultanéité des actions: 1 1: « pendant qu’on le frictionnalt « pendant ce temps (l 1 2) h, « ils sortaient toujours en discutant (1 1 6) « en attendant (l 23) »: Aucun moment de la journée n’est inactif et est consacré oit à « exercer le corps ou l’esprit Enfin, ce qui frappe le plus, c’est la symétrie des deux textes qui ne sert qu’à mettre en évidence leurs divergences fondamentales: L’heure du lever, la prière, le passage aux toilettes, la toilette, l’étude, le sport, et le repas.

Le premier texte décrit ces actions de façon caricaturale et fortement dépréciative, alors que le second, en insistant sur ce que fautre passait sous silence, explolte le registre sérieux et docte, et met en évidence le bien fondé d’une telle m