corpus de poèmes surréalistes

corpus de poèmes surréalistes

Corpus de poème Surréaliste JULES SUPERVIELLE J. Supervielle est né à Montevideo en 1 884 et décède le 17 mai 1960, celui-ci perd ses parents assez vite ce qui lui vaut une belle sensibilité. Au début il était influencé par les parnassiens comme Alfred de Vigny ou Victor Hugo. Il se marle et écrit alors un recueil nommé « Comme des voiliers Il est bien installé à paris et continue à écrire des poèmes en ayant son propre style, c’est ? dire que la nature, les plantes mais aussi la mort et l’absence.

II vit la deuxième guerre mondiale en exil en Uruguay, terminant sa VIe vec des problèmes cardiaques sur lesquels il écrit des poèmes. « Et les objets… » Carmoire à glace avai Et les objets se miren Et le fauteuil feignait Sur nos quatre saiso OF4 Swipetaviewn htp g (Elle ignore le gel et les ardeurs solaires) Le robinet riait dans sa barbe bruyante, La corbeille à papiers lisait des bouts de lettres Dès qu’on avait le dos tourné Et j’étais un objet méditant parmi dautres (Oubliant que naguère encor j’étais un homme) Sv. ipe to Superv’ielle, Les amis inconnus) J’ai choisi ce poème car je trouvais qu’on s’imaginait

Désolé, mais les essais complets ne sont disponibles que pour les utilisateurs enregistrés

Choisissez un plan d'adhésion
bien tous ces objets avec leur aires rieur, et qu’on aurai envie de partager e moment avec eux, on ne les décrits pas beaucoup mais on imagine bien leur manière d’être grâce aux adjectifs. PAUL ELUARD Il est né le 14 octobre 1895et décède le 18 novembre 1952. Son premier recueil nommé « Premier Poèmes » en 1913 puis part sur le front en 1917, il revient avec des idées pacifistes.

Il participe au mouvement Dada après un certain temps il rejoint Breton qui créée le « Manifeste du surréalisme b. Par association il adhère au parti communiste . Paul s’inspirait beaucoup des peintures de ses « amis » comme Picasso, Ernst et Dali. Durant le deuxième guerre ondiale il fait partie de la résistance mais littéraire, il publie des poèmes et se cache dans un hôpital jusqu’à la fin de la guerre. Ensuite il se lance dans un style exprimant la liberté, la paix et l’indépendance. « La terre est bleue… ? La terre est bleue comme une orange Jamais une erreur les mots ne mentent pas Ils ne vous donnent plus à chanter Au tour des baisers de s’entendre Les fous et les amours Elle sa bouche d’alliance Tous les secre 2 Tous les secrets tous les sourires Et quels vêtements d’indulgence À la croire toute nue. Les guêpes fleurissent vert ‘aube se passe autour du cou Un collier de fenêtres Des ailes couvrent les feuilles Tu as toutes les joies solaires Tout le soleil sur la terre Sur les chemins de ta beauté. (P.

Eluard, L’amour la poésie) Ce poème ma mit mal à l’aise car il est beau mais déstabilisant en même temps, et je me dit que si ce poème (malgré que je ne l’aime pas trop) m’a fait une drôle de sensation, c’est que l’auteur a réussi à faire passer quelques choses. PIERRE REVERDY Pierre Reverdy est né à Narbonne le 1 1 septembre 1889 et mort à l’Abbaye de Solesmes le 17 juin 1960. Ce poète est relié au cubisme et au début du surréalisme, il appartenait a une famille culpteur de pierre d’église et durant sa jeunesses il étudie ? Toulouse et Narbonne.

On retrouve des marques de sentiment de religiosité dans sa poésie. Pendant longtemps il écrit des livres et influencera le Breton qui écrira le « manifeste du surréalisme » c’est-à-dire que l’on peut le considérer comme un inspirateur du surréalisme. En 1 3 surréalisme » c’est-à-dire que l’on peut le considérer comme un inspirateur du surréalisme. En 1917 il publie le « Nord-Sud » avec l’aide des poètes du dadaïsme et ensuite des surréalistes. A ses 37 ans il va dans une abbaye où il écrivit ses plus beaux poème et ermina sa vie. ? Lumière » Midl La glace brille e soleil à la main Une femme regarde ses yeux Et son chagrin e mur d’en face est dépoli Les rides que le vent fait au rideaux du lit Ce qui tremble On peut regarder dans la chambre Et l’image s’évanouit Un nuage passe La pluie (P. Reverdy, Sources du vent) J’ai pris ce texte du a sa structure, celle-ci m’a attiré l’œil dans le livre ainsi que sa taille succincte et net. Ce petit poème qui décrit une sorte de paysage m’a fait penser au court métrage vu en classe, cela m’a plus et m’a fait retrouver quelques images troublante du film. 4