Corpus

Corpus

Le corpus que nous allons étudier est composé de quatre scènes d’exposition de pièces de théâtre issues de siècles différents, soit Monsieur de Pourceaugnac, 1669, de Molière, Le jeu de l’amour et du hasard, 1730, de Marivaux, On ne badine pas avec l’amour, 1 834 de Musset ainsi qu’ Antigone, 1944, de Anouilh. Nous analyserons en quoi ces textes remplissent leur fonction d’exposition en dégageant les éléments caractéristiques d’une scène d’exposition. D’emblée nous pouvons remarquer que dans les expositions de

Molière et Marivaux l’élément perturbateur est arrivé avant le commencement de la pièce. Il s’agit là d’un début in medias res engendré par la conj jeu de l’amour et du réplique non pronon Monsieur de Pourcea Eraste gardons nous to View « mais » 1,1 dans Le ant la réponse à une ‘exposition de n « Mon dieu ! us plonge dans l’action dès le début. L’action dramatique commence dès le début afin de captiver le lecteur. En outre, les deux autres expositions sont amorcées par des descriptions uniquement, il n’y a pas d’action.

Nous pouvons également constater que les données essentielles de la situation initiale sont communiquées à travers les répliques des personnages dans la scène d’exposition de Monsieur de Pourceaugnac, ainsi

Désolé, mais les essais complets ne sont disponibles que pour les utilisateurs enregistrés

Choisissez un plan d'adhésion
que dans celle de Le jeu de l’amour et du hasard. Effectivement, les dialogues nous donnent des indications sur l’identité des personnages, leur caractère ainsi que leurs re Swlpe to vlew next page relations respectives. C’est ainsi que Molière fait apparaître dans la conversation entre les personnages, leurs prénoms, « Eraste » l. , « Nérine » 1,« belle Julie » l. 8. Marivaux fait, lui, ressortir les liens entre les personnages à travers le tutoiement employé par Silvia comme le montre le pronom personnel « tu » 1,36, 1,43, 1,56 ainsi que l’expression « si j’étais votre égale » 1,17, il utilise donc la technique de la servante pour présenter la situation initiale. A contrario, dans leur exposition Musset et Anouilh ont recours ? un procédé plus conventionnel, celui d’un personnage externe ? la pièce, le chœur et le prologue s’adresse donc directement au ublic, sans participer réellement à l’action.

Musset nous décrit ce qui est entrain de se passer à l’aide du chœur, il présente de façon burlesque les deux précepteurs qui eux même décrivent leurs élèves. On découvre le caractère des personnages avec l’emploi d’un champ lexical mélioratif « gracieuse personne » l, 15, « diamant fin des pieds à la tête » 1,21, « glorieuse fleur de sagesse et de dévotion » 1,50 « si pur, si ange, si agneau et de si colombe » 1,51 .

Le prologue d’Antigone raconte l’histoire telle qu’elle se déroule, l’exposition est originale puisque l’adresse direct au spectateur avec le « vous » 1. 1 détruit l’illusion théâtrale. Anouilh nous offre une description des activités des personnages qui sont déjà sur scène comme le montre les verbes d’action « regarde »l,2, « bavarde « 1,10, « rit « 110, « joue »128. En outre, les didascalies sont également importantes pour informer le spectateur et lui donner toutes des informations afin de compren PAG » OF d