CORPUS

CORPUS

violents que dans certaines ecritures « Laisse•moi « Je t’en quitte » et où il est plus calme « Je ne sais que c’est trembler Son attitude pour montrer son courage est modérée et non pas exagérée. CORPUS Premium gy Irnasnd MapTa 22, 2015 4 pages Corpus sur les réécritures de la mort de Don Juan Evoquant chacun Don Juan à leurs manières, ces cinq extraits sont des réécritures de la mort de Dom Juan. Tirso de Molina écrit l’Abuseur de Séville en 1 630, Corneille Le Festin de Pierre en 1623, Lorenzo da ponte Don Giovannl en 1787, Alexandre Pouchkine Le Convive de Pierre en 1830 et Baudelaire en 1847, Don Juan aux enfers.

Nous allons voir de quelles manières ces textes sont présentés plus positivement, négativement ou bien sont semblables aux textes de Molière à travers l’analyse de différents caractères et époques d’écriture. Sw p to page En premier lieu, les D évoqués d’une marli • de Molière, chez qui i tat. : Snipe to nextÇEge la pièce de Corneille de Molière, où l’on c critures sont ive que dans la pièce t provocateur. Ainsi, oraliste que celui des propos moins De même, l’attitude de Don Juan dans le texte

Désolé, mais les essais complets ne sont disponibles que pour les utilisateurs enregistrés

Choisissez un plan d'adhésion
de Pouchkine ontre qu’il est considérablement moins hostile envers le commandeur.

En effet, il a l’air d’être tombé sous le charme de Dona Anna, et tout ne tourne qu’autour d’elle, même lorsque sa fin est proche « Donna Anna ! Le Don Juan de l’auteur Russe est relativement plus calme « je t’avais invité, je suis content n’est pas agressif ni trop confiant en lui. Cet amour adoucît l’image donnée de celui-ci et lui donne une vision plus positive. Il est de même dans le poème de Baudelaire où celui-ci l’imagine dans les enfers, après sa mort. Ce Dom Juan n’est pas aussi rude et est ncore une fois relativement plus calme et moins en confiance que dans certaines réécritures « calme héros ».

Dans ces trois derniers extraits, chacun écrits respectivement du 19ème siècle et l’un au 17ème, Don Juan est représenté comme étant un héros calme, acceptant son destin. Cependant, cela n’est pas le cas dans toutes les représentations. Certaines réécritures ont également une vision péjorative de Don Juan, plus négative que dans l’œuvre de Molière. L’image donnée de celle-ci est considérablement différente de celles vues précédemment. Ainsi, dans Don Giovann PAG » OF d