Conflit Israe lo Palestinien

Conflit Israe lo Palestinien

Israël/Palestine : la nation, le territoire, le sacré Introduction – Le conflit dans sa forme actuel est ancien de plus d’un siècle – Une géographie très réduite (2/3 de l’Aquitaine) et population relativement réduite : Israël compte 8 millions d’habitants dont 75 % de juifs mais aussi des palestiniens arabes, musulmans ou chrétiens Les territoires palest- d’habitant dont près de Gaza (4280 hab/k palestiniens hors de or 7 to View us de 4 millions te petite bande ions de réfugiés – Mais, en dépit de cette geograp ie re ulte et de cette population relativement imitée, les incidences diplomatiques de e conflit sont considérables, au niveau régional et international (guerre du Liban très liée à la création d’Israël, Ben Laden revendiquant le 1 Isept2001 au nom du « sang versé par Israël » Risques de polarisation communautaire en raison de ce conflit. Actuellement, la diplomatie française n’est absolument pas libre sur ce sujet – « Le conflit israélo-palestinien est la mère de tous les conflits » (Romano PRODI). Certains parlent de « choc des civilisations » (Samuel HUNGTINGTON – Théorie : choc onentjoctident inévitable, approche culturaliste et populiste. Substrat intellectuel de u 19ème : période d’affirmation nationale (les allemands commencent à

Désolé, mais les essais complets ne sont disponibles que pour les utilisateurs enregistrés

Choisissez un plan d'adhésion
se considérer comme allemands, les italiens, idem) – idée que les hommes partagent une même communauté de langue, d’histoire, qui appelle à la création d’un Etat-Nation.

Même processus établi par les penseurs juifs disséminés en Europe (langue : hébreu, religion et histoire commune) : apparaît l’idée d’un « Etat-Nation » juif. Cest Théodore HERZL qui exprime l’idée du sionisme (e les juifs sont appelés à retourner ? Jérusalem). Autrichien, il n’a pas fait cette démarche pour des motifs religieux ce n’est pas quelqu’un de religieux), mais politiques. IL y a toujours une équivoque au sujet du judalSme qui est à la fois une religion et une culture/ethnie. Le Judaïsme devient un projet polltique de par l’histoire des juifs, au nom du droit historique supposé basé sur l’histoire sainte (la Torah). Les juifs ont été chassés de Palestine par les Romains au 2ème siècle.

Les idées de Théodore HERZL sont très mal reçues et même récriées par les responsables juifs de Jérusalem et d’Europe ; elles sont considérées comme areligieuses par les religieux. Mais alors qu’est-ce qui va favoriser et faciliter la montée du sionisme ? C’est d’abord en raison de l’augmentation du sentiment anti-juif en Europe jusque dans les années 30. L’antisémitisme massif va entrainer une massification de l’immigration juive en Palestine. A partir des années 1920, ces immigrations sont non seulement pensées, mais aussi financées. Ces vagues d’immgration s’appellent des « Allyah h. Et c’est ensuite en raison des calculs stratégiques britanniques.

Israël / Palestine se situent sur le passage de la route des Indes. La France et stratégiques britanniques. Israël Palestine se situent sur le passage de la route des Indes. La France et la Grande-Bretagne ont créé des États qu’ils étaient censés accompagner : création d’un État/espace palestinien et d’un foyer national juif (pour assurer les intérêts britanniques) en 1917. Enjeux géopolitiques du Canal de Suez. Après la chute de l’empire ottoman, création des territoires : Jordanie, Irak, Palestine, Syrie, Liban. – Comment ça s’est passé sur le terrain ? Une véritable stratégie s’est mise en place, portée par le Fonds National Juif.

Achat de terres par ce FNJ, pour la rédemption (pas au sens religieux, mais ymbolique du travail de la terre) des juifs, par rapport à ce qu’ils vivent en Europe. une stratégie foncière. Utilisation du secteur de l’agriculture, du socialisme (travail de la terre) pour favoriser le nationalisme. Les relations entre arabes et juifs vont se détériorer au fil des vagues d’immigration. Politique d’implantation dans l’espace fondé sur l’agriculture. La très grande majorité des arabes de Palestine étaient des paysans, mais pauvres, sans terres ; ce sont donc des métayers. De grandes familles possèdent les terres. Dans les années 20, le FNJ achète des terres ux grandes familles arabes. Les paysans sont de plus en plus en déshérence.

En 1936-39, un premier soulèvement arabe se fait contre les juifs, un soulèvement paysan. « Intifada Y. La situation devient inextricable. – Suite à cela, les anglais décident de fermer les frontières aux julfs. En réaction, les julfs se radlcalisent contre les anglais et entrent en guerre contre eux. Ceci en parallèle de la mise en place de la solution finale en Europe. Point d. org Ceci en parallèle de la mise en place de la solution finale en Europe. Point d’orgue : attentat de 1946. A ce moment-là, les nglais prennent la mesure de leur échec. – En 1947, ils font appel à l’ONU pour trouver des solutlons. Deux États, un palestinien et un juif, avec une ville internationale (Jérusalem).

Les juifs l’acceptent, les arabes non, car ils n’y voient ni équilibre, ni respect de leur autodétermination. Les juifs acceptent une réévaluation tout en masquant leur stratégie de conquête de territoires supplémentalres. Leur stratégie : user de la peur pour faire fuir les populations arabes des zones peu peuplées et récupérer leurs territoires. Massacre de Deir Yassine – 1948. Un mois après, Israël s’auto-promulgue Etat (14 mai 1948). Le 15 mai, les pays arabes déclarent la guerre à Israël. Durant cette guerre (qui dure jusqu’en 1949), Israël, non seulement gagne, mais conquiert également de nombreux territoires, à la base arabes.

Conséquence 1 : On est passé de du territoire aux juifs à 78%. Les palestiniens se trouvent éclatés entre Gaza et la Cisjordanie. La Jordanie administre cette dernière, et FEgypte administre Gaza. Conséquence 2 : Importance des réfugiés palestiniens. La majorité des arabes sont à Gaza, en Cisjordanie, en Syrie ou au Liban. On est passé de 700 000 réfugiés à 4 millions, sachant que ce statut se transmet de génération en génération tant que le problème n’est pas résolu. Question à forte charge émotionnelle, mémoire encore très vive. Les arabes qui sont restés sont devenus israéliens, mais n’ont pas les mêmes droits que les juifs, juifs. Pour vivre dans cette région, impossible sans eau, d’où l’importance du Lac de Tibériade 2) 1967-1993 : le sacré se dévoile – Les israéliens ne se satisfont pas de leur territoire de 1948. Nasser provoque les israéliens (blocus de la Mer Rouge), ce qui onne lieu à la « Guerre des 6 Jours Israël gagne et occupe Caza et la Cisjordanie. Nouvelle résolution (242) de [ONU qui exige qu’Israël rétrocède les territoires occupés palestiniens, juin 1967. Le nationalisme arabe est un échec, et à partir de 1967 commence à émerger un nouveau phénomène : l’islamisme. Plan ALLON : colonisation par les israéliens de la vallée du Jourdain pour contrôler la frontière avec la Jordanie.

En 1978, un 2ème plan de colonisation voit le jour : le plan DROBLESS, beaucoup plus agressif qui prévoit des colonies dans es régions arabes très peuplées. Ce plan est mis en place par Ariel SHARON sous influence du parti des ultra-sionistes (le « Likoud »). Celui-ci dappuie sur les sionistes religieux, qui ne vont être que de simples aiguillons. Cette implantation continue toujours. Il existe réellement une ingénierie territoriale de cette colonisation israélienne. Imposition de quotas d’irrigation par les israéliens aux palestiniens : encore plus de pression. – Possession de la charge émotionnelle religieuse. 3) Un processus de paix dans le mur – 1987 : « intifada : guerre e pierre ». Ce