confiteor

confiteor

http://www. etudier. com/dissertations/Baudelaire-Le-Confiteor -De-l’Artiste-Lecture/57082. html Le Confiteor de l’artiste » Baudelaire Lecture analytique Introduction : *** Troisième pièce du recueil, « Le Confiteor de l’artiste « exprime la difficulté de la création poétique confrontée au défi que lui impose la nature « rivale ». En analysant ses effets rythmiques et sonores et en dégageant son unité, nous montrerons que cetexte est caractéristique du genre du poème n prose.

Après avoir vu comment le texte sous la forme d’une confession, livre une réflexion douloureuse sur la création p g poétique, exigence d lui-même à cette exi l) 1) Le choix narratif Confiteor de l’artiste s comment il répond ‘art. s le titre « Le mot latind’une prière chrétienne « je confesse », prière par laquelle le croyant avoue à « Dieu tout puissant » qu’il est fondamentalement pécheur.

S’ouvre donc ici une confession qui, si elle Suipe to View next page ous faitentrer dans l’intimité du poète, joint à la simple posture d’énonciation autobiographique une dimension sacrée et l’idée d’une faute. 2) Différents rappels de cette thématique de la confessiontraversent le poème. Nous pouvons relever les noms « isolement » dans le deuxième paragraphe qui « solitude évoquent l’état du pénitent lors de la confession,

Désolé, mais les essais complets ne sont disponibles que pour les utilisateurs enregistrés

Choisissez un plan d'adhésion
seul face à celui qui l’écoute. Le nom« silence » dans le même paragraphe dénote le calme, c. à. d. ne atmosphère propre à la méditation, semblable ? celle attendue avant de donner l’absolution. Enfin le champ lexical de la douleur, quis’exprime à travers les noms « malaise » et « souffrance » et le verbe « souffrir » rappelle le poids de la culpabilité qui étouffe le pénitent avant sa confession et qui est d’ailleurs une des raisons qui lepoussent à se confesser. 3) Plus encore que le lexique, c’est le registre même, lyrique et plus précisément encore élégiaque, qui nous renvoie à la confession. Le « je » est omniprésent…. [à continuer] 2