conférence sous le thème violence contre les femmes

conférence sous le thème violence contre les femmes

Conférence sous le thème  » Violence contre les femmes  » Les étudiants de l’école ESCG Tanger Ont organisé le vendredi 23 MAI une conférence sous le thème la violence contre les femmes et ce au conseil régional Tanger Tetouan. Le directeur de l’école Abdessalam CHRAIBI a donné son mot dans lequel il a montré le refus total de taus les genres de violence. Le modérateur et président de la conférence Mr Abdelmounaim MOUDEN prof de l’arabe à l’ENCG a remis la parole aux intervenants pour débattre du sujet Les raisons de la violence contre la femme : Le professeur à la faculté de droit AIDOLJNI Widad après avoir

Swp to page introduit le thème so internationaux et nat conduisant à la fétich sociologiques dues ? résultant de la male au tion atr conventionnels cteurs essentiels it donc de raisons ux culturels won en plus d’un résidu cultuel archaïque. S’ajoute à cela le rôle que jouent les médlas, et l’image qu’ils reflètent de la femme et la montrant inférieure et dans des situations humiliantes et précaires. Les facteurs psychologiques jouent ausssi un rôle majeur dans ce que les femmes subissent les femmes et les enfants aussi.

Conséquences de la violence En plus des résultats

Désolé, mais les essais complets ne sont disponibles que pour les utilisateurs enregistrés

Choisissez un plan d'adhésion
physiques apparents le professeur Mohammed Said EL MASRI a relevé ceux psycholog psychologiques qui se répercutent aussi sur la santé. Une personne qui a subi des actes de violence vit un traumatisme qui l’isole de la société et lui cause des dégâts irréversibles. Le système humanltaire se fragilise et met en danger la personne en question surtout pour les femmes dont la physionomie supporte beaucoup moins que l’homme.

Le professeur a relevé lors de son intervention les actes de violence que subi une femme depuis qu’elle est embryon et qu’on l’attend pour garçon, une fois née n ne lui donne pas assez d’intérêt puis on risque de la marier ? un âge précoce encore mineure jusqu’à l’abus de son argent une fois âgée. A ce sort plusieurs femmes risquent la délinquance l’ivrogne le toxicomane. Sans oublier les cancers qui peuvent résulter aux chocs, ainsi que d’autres malades. Le rôle du droit Le projet de loi 2003 de la lutte de violence contre la femme et l’enfant représente une volanté de protection de ces personnes souffrantes.

Comme l’a résumé docteur Souad HAMIDI spécialiste en droit pénal, il est axé sur quatre aspects le premier oncerne les outils d’aide de le femme et l’enfant le deuxième porte sur les sanctlons , le troisième s’intéresse à facillter l’accès et le contact avec les personnes concernés la quatrième concerne son activation Malgré cette volonté de protection ce projet de loi a ses défauts car d’une part il mêle la protection de l’homme a son tour à ce qui est censé être spécialisé aux femmes et enf protection de l’homme à son tour à ce qui est censé être spécialisé aux femmes et enfants.

D’autre part les définitions introduits dans ce cadre sont considéré une faute qui nuit au bon onctionnement de la loi en question, en plus des sanctions trop durs et oubliant de s’intéresser à la réintégration des personnes qui risquent de devenir plus violentes au lieu de se corriger. Les références au droit pénal sont plusieurs et des fois ne gardent pas une unité de sens et une logique bien claire.

Le mariage des mineurs comme forme de violence Jamila AMARI professeur chercheur à la faculté de droit rejoignant la salle défend donc avec force son point de vue sujet de son intervention, « les recherches scientifiques ont demontré que le mariage des filles mineurs cause la déprime » c’est ce qu’elle a nnoncé en ajoutant que les filles à jeune âge ne sont toujours pas en mesure de supporter une responsabilité comme le mariage, ça ne peut être qu’une violence et injustice envers elles.

Même si elles sont d’accord à jeune âge on est pas conscient de son propre bien c’est la raison pour laquelle les familles sont sensés plutôt protéger leurs filles et les conseiller. Cest souvent la pauvreté qui contribue à ce genre de violence. Les responsables ont leurs part de faute vue qu’ils ne vérifient pas assez dans les papiers des fois falsifiés. FARES OUM EL GHAT