comptabilité générale

comptabilité générale

1ère PARTIE FONCTIONNEMENT DE LA COMPTABILITE GENERALE AU COURS DE L’EXERCICE 1 ère partie : fonctionnement de la comptabilité générale au cours de l’exercice chapitre 1 : le cadre de la comptabilité 2 CHAPITRE 1 : LE CADRE DE LA CO SECTION 1 : LA COM orq5 Sni* to View BASE DE DONNES POUR GERER L’ENTREPRISE La comptabilité n’est pas une fin en soi ; elle constitue une base qui permet : D d’analyser la situation financière d’une entreprise D de faire un contrôle de la gestion de l’entreprise Par 1 :la comptabilité base de l’analyse financière : L’entreprise est un agent économique combinant des facteurs de roduction ( capitaux et travail ) pour produire des biens et des services afin de satisfaire les besoins d’autres agents économiques. Pour remplir ce rôle, l’entreprise échange des biens et des services ( flux réels ) contre par les entreprises ; les agents du fisc peuvent procéder à des vérifications fiscales et ont accès à tous les documents comptables. Enfin, l’INSEE élabore des statistiques à partir des comptes des entreprises. les organismes sociaux (Sécurité sociale, ASSEDIC, caisses de retraite) : ils vérifient à partir de Vinformation comptable la réalité des bases de calculs es

Désolé, mais les essais complets ne sont disponibles que pour les utilisateurs enregistrés

Choisissez un plan d'adhésion
cotisations déclarées par les entreprises ; ils peuvent contrôler les documents comptables, tout comme l’administration fiscale. es associés : ils s’intéressent à la situation actuelle de l’entreprise et à son évolution prévisible pour décider s’ils doivent conserver, augmenter ou réduire leurs mises de fonds ; ils attendent des dividendes de l’entreprise et sont donc très soucieux du résultat réalisé par l’entreprise. C] les créanciers (banques, fournisseurs) : ils exploitent les documents comptables pour décider d’accorder des prêts ou des délais de paiement. L’information comptable leur permet d’apprécier la solvabilité et la liquidité des entreprises, ? savoir la capacité ? faire face à leurs échéances de remboursement ou au paiement des dettes d’exploitation. es clients : ils sont également intéressés par la situation financière des entreprises auprès desquelles ils se fo qu’ils doivent s’assurer de 5 Les ruptures d’approvisionnements constituent une cause fréquemment observée de faillites d’entreprises. les dirigeants : la comptabilité leur permet de mesurer les performances ou les faiblesses de l’entreprise ; elle est donc pour eux un instrument e pilotage. Toutes ces informations sur la situation financière de l’entreprise sont données par la comptabilité dite générale, l’analyse financière permettant de répondre aux questlons suivantes : comment évolue l’activité de l’entreprise ? (croissance, déclin ou stagnation) les résultats de l’entreprise sont-ils suffisants par rapport aux mayens mis en œuvre ? (étude de la rentabilité). Cl l’entreprise est-elle beaucoup endettée ?

Peut-elle s’endetter encore plus ? D l’entreprise peut-elle faire face à ses échéances compte tenu de sa trésorerie ? (analyse de la liquidité). ‘entreprise peut-elle faire face à ses dettes compte tenu de sa trésorerie et de son patrimoine ? (étude de la solvabilité). Par 2 : la comptabilité base du contrôle de gestion : Pour être compétitive sur ses marchés, l’entreprise cherche ? maîtriser ses activités et ? contrôler son fonctionnement. Elle doit être performante à savoir efficace (elle atteint ses objectifs) et efficiente (elle utilise le mieux possible ses ressources au moindre coût pour atteindre ses objectifs). rix de vente d’un nouveau produit D se fixer un objectif de coût de revient maximum D abandonner ou développer une ligne de produits particuliers C] décider de faire ou sous-traiter établir des budgets, des plans et des programmes daider à l’efficacité à travers la mise en œuvre de moyens permettant de mesurer les résultats obtenus. mise en place d’une comptabilité analytique permettant le calcul des coûts de revient par produits ou activités C] mise en place de tableaux de bord permettant de réagir rapidement à certains « clignotants » (par exemple baisse du chiffre d’affaires, augmentation importante des frais de personnel… mise en place de logiciels informatiques spécifiques ‘aider à la régularité en rapprochant les résultats obtenus des objectifs. D analyse des écarts et recherche des causes de ces écarts D prise en compte de ces écarts en corrigeant les stratégies inltlales. Le contrôle de gestion ne peut se faire qu’à partir des informations données par la comptabilité générale. 4 SECTION 2 SYNTHESE 5 documents de synthèse. Par 2 : la nature des documents de synthèse . Les documents de synthèse sont ainsi appelés car ils font la synthèse de toutes les opérations réalisées par l’entreprise. Ces documents de synthèse sont au nombre de 3 .

Cl le bilan e compte de résultat Cl l’annexe A) le bilan : C’est une photographie à un instant donné du patrimoine de l’entreprise, avec d’un côté ce qui lui appartient (qu’on appelle l’actif) et de l’autre ce qu’elle doit à différentes personnes (qu’on appelle le passif). Faire le bilan d’une entreprise, c’est procéder à l’inventaire systématique de ce qu’elle possède et de ce qu’elle doit à un instant donné et ainsi déterminer ce qu’elle vaut (comptablement). C’est un arrêt sur image, un instantané réalisé ? la date de fin dexercice ; parmi les 365 photos possibles, on montre seulement ar convention la dernière de la période. Le bilan « a de la mémoire », car il tient compte de tous les éléments qui se sont passés depuis la création de rentreprise. 0 ) l’actlf : Il se décompose en 2 grandes masses : n ractif immobilisé l’actif circulant a) l’actif immobilisé : Il comprend les immobilis PAGF s 5 r tous les biens que pas d’existence physique (par exemple droit au bail, brevets, logiciels). immobilisations corporelles : elles ont une existence physique et donc un « corps » ( par exemple terrains, constructions, matériel C] immobilisations financières . lles correspondent aux titres que possède fentreprise dans d’autres entreprises (actions, parts sociales, obligations). b) l’actif circulant : Cl les stocks : biens acquis par l’entreprise, destinés à la vente, et que l’entreprise n’a pas encore vendus. D créances : sommes d’argent dues à l’entreprise, en particulier par les clients. Cl disponlbilltés : sommes d’argent que l’entreprise possède (compte bancaire, espèces).

Tous ces postes d’actif circulant correspondent à des éléments qui ne vont pas rester dans le même état très longtemps : avec ses disponibilités, ‘entreprise achète des marchandises qui sont comptabilisées en stocks si elles ne sont pas revendues donc le poste disponibilités se transforme en stocks. Une fois que les stocks sont vendus à crédit, l’entreprise détient des créances sur ses clients, donc le poste stocks s’est transformé en créances. une fois que les clients ont a é les créances se transforment en disponibilités… PAGF 6 5 ordre de liquidité ( capacité d’un poste à pouvoir se transformer rapidement en argent ) croissante : du moins liquide (les immobillsations) au plus liquide (les disponlbilltés). ) le passif : Cl les capitaux propres les dettes a) les capitaux propres : D capital Il correspond aux apports des associés ou du chef d’entreprise lors de la constitution de l’entreprise ou ultérieurement. Il s’agit donc d’une dette de l’entreprise envers les apporteurs puisque en cas de liquidation de l’entreprise, il faudra rembourser (si la trésorerie le permet) ces apporteurs. D réserves bénéfices réalisés au cours des exercices comptables précédents et qui n’ont pas été distribués aux associés ; donc ces bénéfices sont restés dans l’entreprise. Il s’agit d’une dette de l’entreprise envers les associés car les bénéfices correspondants reviennent aux associés, grâce à qui ces bénéfices ont pu être réalisés. ère partie : fonctionnement de la comptabilité générale au cours 6 résultat : Il est la conséquence des 7 5 lisées par l’entreprise au pour une durée assez longue (la liquidation de l’entreprise et donc le remboursement des cap•taux propres aux associés n’est en principe pas appelé à se produire rapidement). Comme l’entreprise peut utiliser ces capitaux sur une durée assez longue, c’est un peu omme si ces capitaux lui appartenaient en propre, d’où le terme de capitaux propres ; mais il ne faut pas oublier qu’il s’agit quand même de dettes, même si l’échéance de ces dettes (échéance = date à laquelle il faudra rembourser les associés) est à très long terme. ) les dettes : Elles correspondent à l’argent que l’entreprise doit payer à très court terme : Cl à ses banques du fait des emprunts à rembourser (poste appelé « emprunts Cl à ses fournisseurs du fait de ses achats à crédit (poste appelé « fournisseurs C] à l’Etat du fait des impôts et taxes exigibles (poste appelé « Etat ux organismes sociaux du fait des cotisations sociales (poste appelé « organismes sociaux Le passif classe les dettes par ordre d’exigibilité croissante : du moins exigible (capitaux propres dettes exigibles à très long terme) au plus exigible (dettes exigibles à très court terme 30 ) exemple de présentation d’un bilan : par convention, ractif figure à gauche et le passif figure à droite • ACTIF Actif immobilisé . Fournisseurs Etat TOTAL 500 000 122 000 IOO 000 405 000 80 000 1 207 000 On dit que le bilan est équilibré car le total de l’actif et le total du asslf sont identiques. Cette égalité est normale et elle résulte du principe de la partie double (voir chapitre 2).

En effet, le passif correspond aux ressources de l’entreprise et l’actif correspond aux emplois qui ont été faits de ces ressources ; or il n’y a pas d’emplois sans ressources et toutes les ressources ont des emplois d’un montant équivalent, d’où Total des ressources (passif) = total des emplois (actif) chapitre 1 : le cadre de la comptabilité 7 B) le compte de résultat . Il mesure la performance économique de l’entreprise tout au long de l’exercice écoulé, n comparant les charges et les produits et en permettant d’obtenir le résultat de l’exercice. Alors que le bilan est une PAGF q 5 de l’entreprise à un comptant, il y a une charge car le poste disponibilités de l’actif diminue. – soit une hausse du pass’f. Par exemple si l’entreprise achète des marchandises ? crédit, il y a une charge car le poste de dettes fournisseurs du passif augmente.

On distingue plusieurs niveaux de charges : Cl les charges d’exploitation : Elles sont liées directement à l’activité de l’entreprise . Cl achats de marchandises impôts et taxes C] électricité Cl téléphone salaires et charges sociales les charges financières : Elles correspondent aux intérêts des emprunts et donc concernent le financement de l’entreprise et non son activité « normale D les charges exceptionnelles : elles correspondent à des dépenses qui ne sont pas jugées habituelles pénalités fiscales amendes pénalités de retard sur livraisons charges ayant un caractère à la fois d’exploitation, financier et exceptionnel : impôt sur les bénéfices ( Impôt sur les Sociétés appelé IS ) D participation des salariés 8