Composition1

Composition1

Composition Comment aménager les villes françaises pour réduire les fractures sociales et spatiales ? Aujourd’hui, en France, les aires urbaines en constante croissance font face à des dynamiques contraires : l’amélioration de certains quartiers et l’appauvrissement d’autres. Les enjeux sont importants et des moyens sont mis en œuvre pour réduire les fractures socio-spatiales. L’expression « fracture sociale et spatiale » sert à désigner le fossé social et spatial des populations, qui nait de l’accroissement des inégalités.

Quelles sont les causes de cette fracture socio-spatiale et comment y remédier ? Nous étudierons dan rbanisation et la métropolisation crois n e ais puis dans une deuxième partie les les politiques mises Sni* to View neKtÇEge en œuvre pour les ré ns sur les limites de l’étalement urbain et problème. Les français se concentrent majoritairement dans les villes. Les 12 premières aires urbaines françaises concentrent un tiers des français et le taux d’urbanisation de la France est compris entre 75 et 96%.

Les espaces urbains sont donc attractifs et facteurs de croissance. Cette croissance se caractérise par un étalement des villes du centre vers la périphérie et crée ainsi de astes régions urbaines qui connectent des petites et moyennes villes et des communes rurales à la métropole centrale,

Désolé, mais les essais complets ne sont disponibles que pour les utilisateurs enregistrés

Choisissez un plan d'adhésion
c’est la périurbanisation. Cet étalement favorise alors les mobilités pendulaires faites en voiture car les dist Swipe to vlew next page distances foyer/travail se rallongent.

Ceci a pour conséquence la congestion des routes et des inégalités en termes de services et d’équipements entre le centre-ville et certaines périphéries. Ces dynamiques spatiales se renforcent avec le processus de métropolisation, c’est-à-dire la concentration croissante des opulations, de la production de richesses et des fonctions de commandement dans les grandes agglomérations. Ce phénomène est le résultat d’une compétition mondiale croissante entre les grandes métropoles.

En France, on parle de métropole pour les villes influant sur leur région et de plus de 200 000 habitants. Ces villes, de plus de 200 000 habitants, cherchent de plus en plus à obtenir ce statut et coopèrent parfois avec d’autres villes pour renforcer leur pulssance (ex : Normandie avec Rouen, Caen et Le havre). La métropolisation a pour conséquences de concentrer les services publics dans les métropoles au détriment es petites villes en bas de classement qui s’affaiblissent.

Les fractures spatiales sont l’expression géographique des fractures sociales. Les centres villes sont valorisés : les quartiers centraux servent de « vitrine » pour la ville qui s’appuie beaucoup sur les noyaux antiques ou médiévaux faisant valoir le patrimoine culturelle riche de la ville. Des quartiers d’affaire profitent du prestige du centre et concentre des commerces et entreprises. Le centre perçoit également beaucoup d’aménagement d’agréments et de loisir (décorations, espaces verts etc. . Ce nouvel attrait our le centre, motivé notamment par la métropolisation, a pour conséquence l’augmentation des prix du foncier dans PAG » OF d notamment par la métropolisation, a pour conséquence l’augmentation des prix du foncier dans les centres. Les populations aisées s’y concentrent alors et les populations moins aisées sont repoussées vers la banlieue. Certains quartiers s’embourgeoisent : c’est la gentrification.

D’ autre part, on parle de ghettoïsation de certains quartiers périphériques qui concentrent les populations défavorisées. Ces zones urbaines sensibles (ZIJS) ont un taux de chômage et de pauvreté plus élevé ue la moyenne nationale et manque de services publics. Des personnes très aisées choisissent même de s’enclaver dans des quartiers privés : les « Gated communities » On observe alors des différences de niveau de vie importantes dans un espace restreint. ar exemple Neuilly/Seine la ville la plus riche de France avec des revenus moyens de 8 000€/mois côtoie Aubervilliers avec un revenu moyen de 3 000€/mois. Des politiques de la ville sont menées afin de résorber cette ségrégation socio-spatiale. Cela consiste en des mesures prises par l’Etat ou les collectivités territoriales. Elles cherchent principalement à s’attaquer aux ZIJS en les rééquipant en services publiques, en aidant les entreprises avec la création de zones franches.

La loi SRIJ prône la mixité sociale en imposant aux communes de créer de logement sociaux. Les grands ensembles de tours sont rénover et reconstruit sous forme de petits immeubles. Les banlieues ont des difficultés à se munir de moyens de transport efficaces. Néanmoins, de plus en plus de projet de transports vert apparaissent comme les lignes de tramway. Il reste nécessaire de préserver les avantages de l’urb