Commerce International

Commerce International

Commerce international La théorie du commerce International Loi des avantages comparatifs Le mercantilisme (XVIème XVIIIème) Plusieurs auteurs, comme Jean Bodin, John Locke ou Monchrétien s’intéressent aux raisons. Moyen de s’enrichir, confusion entre le roi et la nation, entre la richesse et l’or (puissance d’un souverain= stock d’or dans les caisses, c’est à dire l’excédent commercial sur les autres pays). XVIème, en Europe, l’Espagne a plein d’or. Cest une course pour s’accaparer les métaux jaunes. Ils ont confondu le problème de développement économique avec le commerce international.

Pendant les trois sièc guerre, gagner les pa de l’or dans son pays e avec la théorie du co marché= moyen pou international. Allan Smith (1776) international= xcédent, faire affluer • -ca iste ne marche pas uerre de part de s de commerce Il a l’intuition que l’échange entre pays est un jeu positif (chacun gagne dans son petit jeu). Il se « plante » car il ne s’intéresse pas à l’échange international. II s’intéresse à l’échange au sein des nations. Il s’intéresse à l’économie marchand Swige to next page marchande en Ecosse et en Irlande.

Son idée c’est qu’on se pécialise là où on a un avantage sur les autres (il parle des commerçants). Théorie de

Désolé, mais les essais complets ne sont disponibles que pour les utilisateurs enregistrés

Choisissez un plan d'adhésion
la spécialisation et de l’échange au sein de l’économie. Spécialisation au sein d’une nation. Il ne dit rien de plus. Allan Smith, c’est celui qui fonde l’échange sur les avantages absolus, c’est à dire, que ce serait l’idée qu’on se spécialiserait l? où on est le meilleur. Ily a une idée chez Smith qu’il y a un gain ? l’échange et pas seulement une guerre. L’idée qui traîne dans le langage des gens, ce sont les avantages absolus alors que ce sont les avantages comparatifs.

Allan Smith imagine deux pays A et B. ays A pays B Chaussures Tij 1) Y a-t-il intérêt à l’échange ? 2) Quel pays va se spécialiser dans quelle production ? 3) Y a-t-il gain à l’échange ? 4) Qui gagne le plus à l’échange et en fonction de quoi ? (Quantité de chaussures par homme : productivité du travail en chaussure. ) Productivité pour le blé dans le pays B est supérieure. Productivité pour les chaussures dans le pays A est supérieure. Donc, le pays A se spécialise dans les chaussures ; le pays B, dans le blé. En autarcie (avant l’échange), imaginons 100 ouvriers dans A et pareil dans B ; dans A, 50 font du blé et 2