Commentaire Ruy Blas

Commentaire Ruy Blas

Groupement de textes : Maîtres et valets de XVIIème au XIXème siècle. Question sur corpus : La relation maître-valet est souvent présente dans les œuvres entre le XVIIème et XIXème siècle. Grâce aux trois extraits de pièce de théâtre dont nous disposons, nous allons voir si le statut du valet évolue. Le premier texte mis à notre disposition est un extrait de Dom Juan écrit par Molière, le second est L’Île des Esclaves de Marivaux et le troisième est Ruy Blas de Victor Hugo. aître et valet, Dans ces trois extrait or fi cependant, elles ne s t s. En effet, dans Sni* to la pièce de Molière, I e l’extrait est un rôle de confident, Do vis de son valet « Mais encore, quelle est ta pens e I -dessus? » . Cela nous montre que Dom Juan considère l’avis de Sganarelle et qu’il y donne de l’importance. Ce n’est pas le cas dans l’extrait de la pièce de Victor Hugo, car pas une seule fois Don Salluste, maître de Ruy Blas, ne permet à son valet de se mettre à son niveau.

Au contraire, il ne fait que de le rabaissé en lui donnant des ordres « Ramassez-moi mon mouchoir

Désolé, mais les essais complets ne sont disponibles que pour les utilisateurs enregistrés

Choisissez un plan d'adhésion
» et de ne pas l’écouter « Vous disiez Dans le l’autre extrait donc nous disposons, celui de Marivaux, le rôle u maître et du valet évolue de manière à ce que les rôles soient inversés. Nous remarquons dès le début un forme de rébellion d Swipe to vlew next page de la part du valet Arlequin avec de nombreuses didascalies comme «riant», «siffle», «distrait, chante».

Le maître Iphicrate essais tant bien que mal de récupérer sa place mais c’est un échec car Arlequin reste «lndifférent» et lui assure que l’on «va te faire esclave à ton tour ». C’est donc un retournement de situation. Le rôle de Sganarelle évolue aussi car il va finir par donner son véritable avis sur les faits de Dom Juan ce qui le abaisse fortement. Dom Juan remet donc son valet à sa place en lui demandant la «Paix». Enfin, nous pouvons croire que le rôle de Ruy Blas évolue de même mais rien de tel ne se passe, du début à la fin Don Salluste domine Ruy Blas et l’ignore puis le rabaisse.

Ce valet ne va donc pas s’affirmer comme Arlequin et Sganarelle mais se taire continuer à exécuter les ordres de son maitre qui n’a pas voulu écouter ses demandes. Nous constatons qu’il existe une évolution de statut du valet dans deux des textes de ce corpus, en effet le valet s’affirme et va même jusqu’à se rebeller. Cependant nous voyons que le valet Ruy Blas reste sous les ordres de Don Salluste et n’arrive pas à se battre contre son ignorance. Commentaire . Ruy Blas est un pièce de théâtre de Victor Hugo datée de 1838 que lion peut qualifié de drame romantique.

Nous allons précisément analyser la scène cinq de l’acte Ill. La place du valet dans cette pièce est importante car il accède au personnage principal et même au héro ar conséquent, nous il accède au personnage principal et même au héros éponyme. Par conséquent, nous pouvons nous demander comment Ruy Blas vit le fait d’être valet. Tout d’abord nous parlerons de la relatlon maitre-valet qu’entretient Ruy Blas avec Don Salluste puis nous évoquerons l’idée d’un valet qui tente de se faire entendre.

La relation maître-valet est une relation compliquée qui est tout d’abord un rapport de force entre deux personnes qui implique un dominant et un dominé. Le dominant dans cette pièce est Don Salluste, maitre de Ruy Blas. Sa domination est marqué de plusieurs manières. premièrement nous voyons que le dialogue est en vers, cette présentation du texte accentue la supériorité de Don Salluste car ans un discourt en vers, la fin de la phrase est importante, elle créée une un plaisir auditif avec du sens.

En effet elle constitue une sorte de chute mais lorsque Ruy Blas est coupé avant la fin de sa phrase et donc de son vers par Don Salluste «La guerre éclatera… », cela le rabaisse. De plus la plupart des réponses de Don Salluste n’ont aucuns rapport avec la phrase antérieure de Ruy glas, ce n’est que pour lui donner un ordre : «L’air me semble un peu froid». Les ordres de Don Salluste sont rabaissant pour Ruy Blas « Ramassez-moi mon mouchoirs et très direct, l n’y va pas par quatre chemins «Vous m’attendrez demain toute la matinée».

Lorsque la didascalie nous apprend que Don Salluste répond à Ruy Blas «nonchalamment» cela marque le désintéressement de don Salluste. Une désintéressement de don Salluste. Une autre didascalie nous annonce que don Salluste est «assis, dans le fauteuil» et que pendant que Ruy Blas exécute ses ordres il reste là, «le suit des yeux d’un air indifférent». La taille de leur discours est également représentative de leur relation ; Ruy Blas fait de long discours en ttendant une réponse constructive mais encore une fois, Don Salluste montre sa supériorité en ne lui répondant qu’une ou deux phrase «Pardon !

Ramassez-moi mon mouchoir». La citation «Vaus disiez nous montre que Don Salluste fait croire à Ruy Blas qu’il l’écoute mais il n’en n’est rien, il ne lui montre aucune importance, il prétend même qu’il exagère «occupons-nous d’objets sérieux. maintenant» ce qui signifie que tout ce que Ruy Blas à dit n’a pas un tant soit peu attiré son attention. La domination de Don Salluste va de paire avec la soumission de Ruy Blas. Nous constatons que Ruy Blas respecte profondément Don Salluste, il respecte son rang, et ne cherche pas la rébellion.

Il le respecte par sa façon de lui adresser la parole «Daignez voir» il ne s’impose jamais à lui, lui demande toujours la permission de lui parler «Pourtant, monsieur, permettez-moi. ». Nous nous apercevons même que lorsque Ruy Blas est coupé par son maître, il n’est pas vexé du tout, tant s’en faut. Cest la citation de la didascalie «pâle de honte et de désespoir» qui mia permit d’avancer cela, cette citation suit le mo PAGF