Commentaire Misanthrope

Commentaire Misanthrope

Commentaire Un misanthrope est une personne qui possède une opinion défavorable, qui hait et méprise le genre humain. Molière est un célèbre comédien et dramaturge français du XVIIeme siècle dont il à créer plusieurs comédies très célèbres comme Les fâcheux, L’École des femmes ou encore Les femmes savantes Le Misanthrope ou l’atrabilaire amoureux est une comédie écrite et mise en scène par Molière en 1666. Cette comédie se compose d’un personnage principal, Alceste qui hait l’humanité et les gens alhonnêtes qui est donc ici notre misanthrope.

Il dénonce aussi l’hypocrlsie sociale. C de l’acte Il que nous hypocrisie suite à la lui. Dans cet scène d de rester dans la salo PACE 1 ors t dans la scène IV humanité et son imène de vivre avec se trouve contraint e où celle-ci ce livre avec ses invités au jeu du portrait qui consiste à critiquer des personnes qui ne sont pas présente dans un lieu de réunion mondain ou l’on pratique des activités . Ce lieu ce nomme un salon. Nous pouvons nous demander comment Molière critique-t-il la ociété à travers des caractères précis pour en former une critique général sur celle-ci ?

Pour cela nous étudierons ce passage en deux axes, le

Désolé, mais les essais complets ne sont disponibles que pour les utilisateurs enregistrés

Choisissez un plan d'adhésion
Portrait un art critiquer par Célimène à travers un jeu mondain puis la crit Swipe to nex: page critique sociale des portraits. De prime abord nous nous intéresserons aux portraits critiqué par Célimène en évoquant la vigueur mondaine de Céllmène puis à l’esprit du jeu des portraits. Au début de cette scène Clitandre et Acaste se plaignent des défauts des autres et se posent en victimes devant ceux-ci. Damon, le raisonneur, qui m’a, ne vous déplaise Une heure, au grand soleil, tenu hors de ma chaise. ?(vers 577-578) ces paroles permettent donc de justifier leur médisance et leur mépris. Célimène quant à elle développe de plus en plus ces critiques. Céllmène est une femme mondaine, méprlsante et médisante, elle connais les jeux à la mode du XVIIème siècle. Elle est coquette et prête à sacrifier ses amis pour briller pour se mettre en valeur. Dans cette partie de cet extrait Clitandre et Acastes citent des oms puis Célimène réalise une critique sur ces derniers. ?- On dit que Bélise il est du dernier bien. – Le pauvre esprit de femme [ … l ET l’on demande l’heure, et l’on bâille vingt fois,Qu’elle grouille aussi peu qu’une pièce de bois. » Célimène utilise un langage soutenue et possède une très bonne aisance orale. Ses dlscours sont très efficaces, fluides et elle utilise un vocabulaire plutôt riche. Elle intègre dans ses discours le champs lexical de la parole « entretient » (Vers 604) « tout ses ropos » (vers 635) « Cest un parleur étrange » (vers 579) .

Dans ces critiques satiriques elle emploie des hyperboles comme dans ces extr (vers 579) . Dans ces critiques satiriques elle emploie des hyperboles comme dans ces extraits « de la tête au pied » (vers 586) « il assomme le monde » (vers 590) « je souffre le martyre » (vers 605). plus on progresse dans la scène plus les portraits son longs. Cela crée un effet de gradation qui va du plus court portrait au plus long. Ce portrait ce termine par Damis qui est une version masculine de Célimène.

Cependant en critiquant Damis Célimène ce critique elle même c’est à dire de l’auto-dérision mais elle ne s’en rend pas compte . Nous avons ici implicitement un troisième portrait. Le présent de vérité général règne dans cet extrait avec l’utilisation du sujet « on ces portraits satiriques offres donc une morale comme une petite fable. Nous pouvons constater dès le début de la pièce que cette scène compose un théâtre dans le théâtre car il y a la présence de spectateurs et de « sièges » (vers 561) ce qui suppose que

Célimène est la seul debout dans son salon. Dans ces portraits ce dresse un jeu de langage. Les portraits ne dépassent pas plus de dix vers puis Célimène intègre une chute à la fin de chaque portrait : « Et ce n’est que bruit que tout ce qu’on écoute » (Vers 582) « Et jusques au bonjour il dit tout à l’oreille » (vers 594) Ces chutes clôturent donc chaque portrait réaliser par Célimène. Les jeux de mot reposent sur les antithèses « ne rien dire avec de grands discours » (Vers 580) « sans aucune affaire est toujours affairé »