commentaire le bateau ivre

commentaire le bateau ivre

Intro : Présentation du texte Eté 1871 Long poème de 100 vers et de cent vingt cinq quatrains présenté devant des parnassiens : Perfection technique projet poétique ambitieux Récit d’un voyage poétique // Récit d’une expérience poétique nouvelle. Structure : Strophes 1 à5 (toutes étudiées) : départ du bateau et des premières péripéties et se voit condamner Strophes 6 à 17 : pe du découverte du ciel et Strophes 18 à 25 : Bil constat final d’échec ors cre et son gouvernail n du bateau des beautés.

Mais Poète = bateau poète voyant prémisse du mouvement ymboliste. Problématique : Quelle vision du poète et de la poésie nous propose Rimbaud à travers le symbole du bateau ivre et de sa folle odyssée maritime IO) Récit et signification d’un naufrage | 0) La métaphore du poète bateau. Un récit à la première personne Pronoms personnels sujets et compléments (v. 2,8,… ). Forme emphatique : « moi » (v. 10, Adjectif possessif, singulier ou pluriel (v. 7,13,… ). du naufrage.

Strophe 1 et 2 : circonstances du naufrage (« peaux-rouges criards » qui ont tué les « haleurs » (personne qui tire le bateau sur la erge) + description du bateau (bateau à fond plat,

Désolé, mais les essais complets ne sont disponibles que pour les utilisateurs enregistrés

Choisissez un plan d'adhésion
utilisé pour transporter les marchandises « blé flamands et coton anglais » + périples du bateau vers la mer Strophe 3 : Choc avec l’océan. La violence du naufrage Violence des Peaux-rouges : comportement sauvage les ayant cloués nus + couleurs ( « criards « poteaux de couleurs Violence des « équipages » des bateaux : le commerce (« blé flamands » coton anglais) est assimilé au tapage.

Violence des éléments : nature déchaînée et emportée (« le clapotement furieux des marées). Un naufrage libérateur Les haleurs qui guident le bateau et le contraignent sont une métaphore des règles poétiques qui entravent la liberté du poète et dont Rimbaud veut se libérer. Le naufrage permet au bateau d’atteindre la mer qui lui était inaccessible. Antithèse entre la mer et « les fleuves impassibles » qui représentent la societé immobile. 30) Une aventure périlleuse L’ivresse de la liberté La rencontre avec la mer est saluée comme une fête sauvage, laissant au lecteur l’impression paradoxale d’un naufrage joyeux :

Série d’oppositions, exprimant le bonheur qui semble naître de la violence et du danger. Tempête associé au partici le rythme était régulier dans les deux premiers quatrain, lorsque le bateau naviguait sur les « fleuves impassibles il s’emballe dans les strophes suivantes. Le poème rythme « la danse » du bateau sur la mer. Le bateau assume pleinement les risques encourus, il est indifférent à la sécurité matérielle, lumière du port « œil niais Absence de regrets : « sans regretter l’œil niais des falots

Un voyage initiatique. L’eau est synonyme de purification (18-20) et de baptême (v. 13) Accomplissement d’un parcours initiatique, le poète passe de l’enfance à l’exaltation de l’adolescence (strophe 5). 110) Une odyssée poétique Le poète symboliste voit au dessus des apparences. | 0) La voyance Son but : La découverte d’un monde nouveau. Rimbaud s’approprie la poésie, il lui donne une nouvelle fonction à la poésie qui n’est plus le véhicule des sentiments comme chez les romantiques ni un art pur de la forme (parnassiens).

Il pense ue notre vision habituelle nous donne une image du monde toujours identique qui devient fade et ennuyeuse. Les moyens d’aboutir à un monde nouveau sont l’hallucination et le dérèglement des sens. Pour cela, il faut utiliser des drogues douces, des insomnies, du jeûne. Ce que nous considérons comme des hallucinations, le poète sait qu’il s’agit d’un monde réelle. La transcription des visions du poète • Le poète doit trouver des moyens poétiques également novateurs. Vocabulaire riche et varié, ers qu’il évoque. *AGF 3 cv 3