Commentaire de l’Albatros de Baudelaire

Commentaire de l’Albatros de Baudelaire

« L’albatros » — Introduction: « L’albatros » , poème issu des Fleurs du Mal et écrit par Charles Baudelaire en 1859 narre une scène de vie en mer dans laquelle les hommes tournent en dérision des albatros. Mais quelle est la portée symbolique de cette narration ? (Bien sûr, insérez la problématique qui vous sera donnée à l’oral de français. Cliquez ici pour découvrir 5 problématiques possibles sur « L’albatros » le jo Après avoir étudié Fa cde pencherons sur la sig pa udelaire, nous nous poème (plan). Plan de lecture analytique – « L’albatros », Baudelaire .

I – Les albatros tournés en dérision par les hommes A – Des oiseaux en symbiose avec le milieu marin « L’albatros » se présente de prime abord comme l’évocation d’une scène de vie en mer. On observe ainsi la présence du champ lexical maritime : « hommes d’équipage » (v. 1), « albatros » (v. 2), « oiseaux des mers » (v. 22), « le navire » (v. 4), « les planches » (v. 5), « avirons » (v. 8), « tempête » (v. 14). L’évocation de cette scène en mer s’impose également par les rimes en « mers » aux vers

Désolé, mais les essais complets ne sont disponibles que pour les utilisateurs enregistrés

Choisissez un plan d'adhésion
2 et 4 (mers/amers) qui soulignent phonétiquement le contexte maritime. iseaux des mers » (v. 2), « compagnons de voyage » (v. ), « rois de l’azur » (v. 6), « prince des nuées » (v. 13). On observe que ces pérphrases soulignent la symbiose entre l’albatros et son milieu : « azur « vaste » – ces adjectifs qui qualifient les albatros pourraient tout aussi bien s’appliquer aux paysages marins dans lesquels ils évoluent. Ces caractéristiques communes entre les oiseaux et leur milieu traduisent leur symbiose parfaite. Par ailleurs, les sonorités fluides et sifflantes dans le poème suggèrent l’harmonie du vol.

On relève ainsi des allitérations en « I » (A peine les ont-ils déposés sur les planches/ que ces rois de ‘azur, maladroits et honteux, laissent piteusement leurs grandes ailes blanches ») et en « s » (prennent des albatros, vastes oiseaux des mers,/ qui suivent indolents compagnons de voyage, / le navire glissant sur les gouffres amers L’indolence des albatros est quant à elle suggérée par les assonances en « en » dont la douceur évoque la tranquillité du vol et la nonchalance (Souvent, pour s’amuser, etc) (Pour la poésie, apprenez comment analyser une allitération (c’est plus facile que vous ne le croyez) et entraînez-vous avec ces 3 exemples d’allitérations) B- La cruauté des marins Dans ce contexte maritime, Baudelaire décrit des marins cruels, brutaux et grossiers qui s’en prennent aux albatros.

Ces marins apparaissent surtout comme un groupe d’hommes : « les hommes », « l’équipage » et aucun n’est décrit avec précision. Les membres d « Péquipage » et aucun n’est décrit d’hommes : « les hommes » avec précision. Les membres de l’équipage apparaissent même assez indifférenciés (« l’un agace »/ « l’autre mime D). Cet amusement cruel est décrit dès les premiers vers du poème : « Souvent, pour s’amuser, les hommes d’équipage/ prennent des albatros, vastes oiseaux des mers, qui suivent, indolents ompagnons de voyage/ La brutalité de la capture est soul’gnée par l’enjambement entre le vers 1 et 2 qui met l’accent sur le verbe prendre.

Cette capture est d’autant plus cruelle que Baudelaire souligne dès le premier vers qu’elle a pour seul motif l’amusement des marins (« pour s’amuser » v. 2). Les marins sont peu décrits : le lecteur les découvre à travers leurs gestes cruels : « prennent « agace », « mime Les albatros au sol, les marins dominent la situation. Cette domination transparait à l’étude des verbes employés. Les marins sont en effet sujets de verbes d’actions qui ont un sens actif – rennent « ont déposés « agace « mime » – tandls qu’une fois au sol, les albatros sont sujets de verbes qui ont un sens passif- « laissent « est gauche et veule « est comique et laid C – La transformation des albatros Une fois au sol, les albatros apparaissent maladroits et suscitent la moquerie des marins.

Le poème se construit ainsi autour de nombreuses antithèses qui soulignent le contraste entre la majesté des albatros dans les airs et leur piteux aspect au sol : « ces rois de l’azur »/ « maladroi albatros dans les airs et leur piteux aspect au sol : « ces rois de l’azur »/ « maladroits et honteux ». v. 9) ; « voyageur ailé »/ « gauche et veule »(v. 9), « naguère si beau »/ « comique et laid » (v. La maladresse de l’albatros est accentuée par des effets d’insistance : Les adjectifs dépréciatifs pour qualifier les albatros au sol fonctionnent par paires coordonnées : « maladroits et honteux P, « gauche et veule « comique et laid » ce qui souligne la lourdeur de la nouvelle condition de l’oiseau.

Cette pesanteur est également mise en relief par la longueur de l’adverbe « piteusement » et l’assonance en « eu » dans le deuxième et troisième quatrain qui font entendre la plainte des lbatros maladroits et honteux/ laissent piteusement leurs grandes ailes blanches / comme des avitons traîner à côté d’euW ce voyageur ailé, comme il est gauche et veule ) Il – La valeur symbolique de l’Albatros A – Identification de l’albatros et du poète Dans le dernier quatrain, Baudelaire crée un rapprochement entre l’Albatros et le poète. Le poète est semblable au prince des nuées » V. 1 3). Baudelaire opère ainsi un passage de l’anecdote au symbole. On comprend alors mieux l’article défini singulier du titre du poème « L’Albatros » qui met l’accent sur la valeur générale et ymbolique de l’oiseau. De même, Baudelaire désigne le poète par un article défini singulier et une majuscule, ce qui renforce sa valeur générale et symbolique. PAGF renforce sa valeur générale et symbolique.

L’assimilation de l’albatros et du poète est totale au dernier vers du poème lorsque Baudelaire evoque « les ailes de géant » qui empêchent le poète de marcher, le poète ayant alors toutes les caractéristiques de l’oiseau. Ce symbole invite le lecteur à relire et interpréter le poème à la lumière de ce rapprochement. B- La supériorité morale et spirituelle de l’Albatros Dans l’Albatros, Baudelaire reprend un thème littéraire traditionnel : la solitude du poète. Cette solitude du génie se retrouve beaucoup chez les auteurs romantiques (comme De Vigny)- Comme l’Albatros, le poète est associé à l’idée de grandeur et de détachement du monde matériel. Il évolue dans les airs, loin des planches et du sal.

Cette faculté de voler traduit chez Baudelaire la supériorité morale et spirituelle de l’oiseau et donc du poète. C – L’Albatros inadapté et exclu Néanmoins, la contrepartie du génie est rude et douloureuse pour le poète. Le symbole de falbatros nous fait voir les deux aux dont souffre le poète : l’exclusion et l’inadaptation. L’exclusion du poète est clairement évoquée au vers 15 exilé au sol ») ; tandis que son inadaptation aux réalités transparaît ? travers la métaphore filée entre l’albatros et le poète qui clôt le poème (« Ses ailes de géant l’empêchent de marcher ») (notez le sens négatif du verbe empêcher).

Le poète, qui évolue en hauteur qui hante la tempête ») est ainsi incapable de s’adapter à la bassesse, la vulgarité, la médio hauteur (« qui hante la tempête ») est ainsi incapable de s’adapter à la bassesse, la vulgarité, la médiocrité (« marcher Or cette inadaptation aux réalités suscite la moquerie et l’incompréhenslon (« au milieu des huées » V. 1 5). L’Albatros – Conclusion . La narration d’une scène de vie en mer dans laquelle des marins capturent des albatros pour se moquer d’eux permet à Baudelaire de reprendre un thème littéraire traditionnel : la solitude du poète, homme de génie, incapable de s’adapter aux réalités ordinaires et souffrant de solitude et dexclusion. Charles Baudelaire s’est toujours reconnu dans des figures d’exclus, d’exilés, de parias.

Le poème « L’albatros » n’est d’ailleurs pas sans faire penser au poème « le cygne issu également des Fleurs du Mal, dans lequel un cygne est embourbé dans une rue de Paris. Là encore, la symbolique est la même : le poète et le cygne, majestueux et sublimes, apparaissent grotesques et ridicules une fois au sol parmi les hommes. Tu étudies Baudelaire ? Regarde aussi : L’albatros, Baudelaire : analyse en vidéo ‘albatros, Baudelaire : 5 problématiques pour Foral de français Baudelaire : biographie (l’essentiel à retenir sur Baudelaire) La modernité chez Baudelaire « L’albatros Baudelaire (le texte) Spleen, Baudelaire : commentaire Parfum exotique : commentaire Les Fleurs du Mal (tous les articles et vidéos)