Commentaire Crépuscule de Victor Hugo

Commentaire Crépuscule de Victor Hugo

Crépuscule 2 4 6 7 8 10 12 13 14 IS 16 17 18 19 20 21 22 23 ‘étang mystérieux, suaire aux blanches moires, Frissonne; au fond du bois la clairière apparaît ; Les arbres sont profonds et les branches sont noires ; Avez-vous vu Vénus à travers la forêt ? Avez-vous vu Vénus au sommet des collines ? Vous qui passez dans l’ombre, êtes-vous des amants ? Les sentiers bruns sont pleins de blanches mousselines; L’herbe s’éveille et parle aux sépulcres dormants. Que dit-il, le brin Aimez, vous qui Lèvre, cherche Soyez heureux ors e Sni* to ez ! o la tombe ? la nuit tombe; es pensifs.

Dieu veut qu’on ait aimé. Vivez ! faites envie, O couples qui passez sous le vert coudrier. Tout ce que dans la tombe, en sortant de la vie, On emporta d’amour, on l’emploie à prier. Les mortes d’aujourd’hui furent jadis les belles. Le ver luisant dans l’ombre erre avec son flambeau. Le vent fait tressaillir, au milieu des javelles, Le brin d’herbe, et Dieu fait tressaillir le tombeau. La forme d’un toit noir dessine une chaumière; On entend dans les prés le pas lourd du faucheur; L’étoile aux cieux, ainsi qu’une fleur

Désolé, mais les essais complets ne sont disponibles que pour les utilisateurs enregistrés

Choisissez un plan d'adhésion
de lumière, Les prières des morts aux baisers des vivants.

Victor Hugo, Les contemplations Le recueil Les contemplations de Victor Hugo s’organise en eux parties : « autrefois » et « aujourd’hui correspondant respectivement à la période précédant et à celle suivant la mort de sa fille Léopoldine. Alors que la seconde est plus sombre, le premier pan de cette œuvre est plus lyrique, évoquant principalement la nostalgie du poète pour son passé, notamment à travers « Crépuscule extrait du livre deuxième « l’âme en fleurs inspiré principalement de ses amours.

En quoi le paysage dans ce texte a-t-il une double signification ? Dans une première partie nous étudierons l’évocation de l’amour passionné du poète et dans un second temps, son rapport à une ort imminente. Le paysage dépeint évoque un amour passionné des deux jeunes gens car il est idéalisé tout au long de ce poème. En effet, les contrastes de couleurs tout d’abord, qui passent de « blanc » (v. l) à « noires » (v2), les « sentiers bruns » (v. 7) et enfin les « fraises mûres » (v. 5) évoluent lentement depuis une dualité noir-blanc prononcée jusqu’aux « fraises », matérialisation de la couleur rouge associée à la passion. La présence de « Vénus » (v. 4 et 5), allégorie de l’amour, illustre également la frénésie qui habite le couple, par la majesté de cette apparition ui semblent occuper tout l’espace, de la « forêt » (v. 4) aux « collines » (v. 5) dans une perspective qul semble l’amener vers les cieux afin de porter les sentiments des deux amants toujours plus haut.

La perte de repères tem afin de porter les sentiments des deux amants toujours plus haut. La perte de repères temporels par la pluralité des tableaux contribue également à retranscrire la ferveur de cet amour. Cest en l’espace de 30 vers que le poème passe de « l’étang mystérieux» (V. I ) à la « forêt » (v2) en passant par un « sentier » (v. 7), et ce jusqu’au « pré » (v. 22) qui renferme la ? chaumière » (v. 21), réceptacle des sentiments.

L’alternance de ces panoramas semble exprimer une temporalité accélérée qui exprime l’aveuglement des personnages ; chacun est imprégné de son amour pour l’autre au point de ne pas voir le temps s’écouler. La perte de ces repères exprime donc la puissance du sentiment amoureux également. Mais le paysage ne défile pas seulement sous le regard aveugle des deux amants, il leur apporte également un sentiment de bien être. Les allitérations en « v » par exemple, comme « Avez- vous vu Vénus à travers la forêt ? » (v. 4) ou « Aimez, vous qui vivez ! ? (V.

I û) procurent un tan lascif au poème et permettent d’exprimer l’enivrement qui habite les personnages. Des tournures hyperboliques, comme « splendide fraîcheur » (v. 24) ou encore « Le ver luisant avec son flambeau » (v. 18) permettent d’amplifier les vertus de détails en apparence insignifiants, mais qui prennent une part active au bonheur du couple Mais le paysage dans ce texte ne porte pas uniquement l’amour passionné, il annonce également une mort imminente aux deux bien-aimés. En effet, la présence des esprits des morts est décelable tout au long du poème à travers les élements du décor.