Commentaire : Constant, Adolphe

Commentaire : Constant, Adolphe

Adolphe, roman écrit pas Benjamin Constant en 1816, L’extrait du roman étudié se situe au moment ou Adolphe, le personnage principal, décide de mettre un terme a sa relation avec Ellenore car il s’en ait lassé. L’auteur dépeind alors une scene tragique, dans laquelle Adolphe se confronte a l’ambiguité de ses sentiments. Nous pouvons alors nous demander comment cette scene d’amour révele la mediocrite du personnage d’adolphe, faisant de lui un anti-héros. Dans un premier temps nous nous focaliserons sur les aspects dramatiques et tragiques de la scene d’amour vécue par Adolphe.

Dans un second temps, nous ontrerons les stereotypes que le personnage d’adolphe incarne. Enfin, „ ambigue. qui fait d’Adolphe un personnage mediocre et Sni* to View Nous assistons rupture amoureuse r confronté au dilemm e en scène de effet, Adolphe est ait choisir entre l’amour et la raison. Ce dilemme est ennonc de facôn tres synthetique a la ligne 17 « l’an s’obstine à ne consulter que son cœur ; on est condamné tot ou tard a ecouter la raison ». Il est préciser dans le texte qu’Ellenore toucherait la moitier de la fortune du compte de p*** si elle quittait Adolphe.

Il est donc clair qu’Adolphe doit choisir entre vivre

Désolé, mais les essais complets ne sont disponibles que pour les utilisateurs enregistrés

Choisissez un plan d'adhésion
son amour avec Ellenore u ecouter la raison, c’est-à-dire la laisser gagner la somme promise par le c Swipe to View next page comte de P***. Le dilemme tragique est donc revisité par l’auteur : ce n’est pas la raison du héros qui prime mais le réalisme social, une certaine bassesse intéressée qui justifie sa déclsion. le dilemme auquel Adolphe est confronté est dramatisé tout au long de la scene. En effet, le personnage se met en scene, impliquant l’utilisation de plusieurs procedes proches de ceux du theatre par l’auteur.

L’utilisation du discours rapporté direct entre les lignes 13 et 26, par exemple, donne un effet de ivant a la scene et met le personnage en position de comedien. Ce discours est accompagné de fausses didascalies telles que « d’une voix plus précipité » (ligne 22) ou encore « elle était immobile » (127) qui nous donnent des informations sur le ton employé par Adolphe ainsi que la position des personnages. Cette dramatisation permet de mettre Adolphe en scene, tel un heros tragique plonge au dans la realite sociale du XVIIIe siecle. S’ajoute a cette redefinition du dilemme et a cette mise en scene un lyrisme.

En effet, l’omniprésence de l’expression des sentiments d’Adolphe trahit son détachement : il parle de a relation comme étant « l’epoque la plus belle de [sa] vie ». L’utilisation du présent de vérité génerale entre les lignes 13 a 19 nous falt constater qu’il universalise son experience amoureuse, lui donnant un dimension autre que celle d’une relation amoureuse anodine. Nous pouvons aussi constater qu’Adolphe nomme Ellenore quatre fois au long du texte, nomme Ellenore quatre fois au long du texte, montrant un attachement à ce personnage.

Le narrateur est donc plongé dans une situation ambigue, dont tous les elements semblent faussement accentués. A l’ambiguité de la scene s’ajoute un personnage incarnant lurieurs stéréotypes de héros. Le personnage d’ Adolphe incarne a la fois la figure du hera tragique, celle du chevalier servant, et celle du personnage arriviste. Ce qui fait d’Adolphe un héro tragique est le fait qu’il soit soumis a des forces plus fortes que lui qui sont ici « les lois de la société » (ligne 15). Le personnage se retrouve déchiré face a un dilemme, obligé de faire un choix entre amour et devolr, ce qui est caractéristique du hero tragique.

Il se décrit lui-même comme subissant son destin « on lutte quelques temps contre sa destinee, mais on finit toujours par céder » (ligne 14). Le fait que le personnage s’avoue lui-même vaincu fait de lui, par deflnition, un personnage Iache. Il ne lutte pas contre sa situation, il la subit et se soumet aux lois qui lui sont imposées. S’ajoute a cette figure tragique celle du jeune chevalier servant. Adolphe se comporte comme un chevalier a récoute aussi bien de son père que d’Ellenore.

Il avait promis a son père « de redevenir libre aussitôt qu'[il] ne [serait] plus nécessaire à Ellenore Tout d’abord, cela montre son dévouement a ellenore, il promet de « redevenir libre » ce qui d’abord, cela montre son dévouement a ellenore, il promet de ? redevenir libre » ce qui signifie qu’il était jusqu’ici totalement soumit a elle confirmant ainsi sa serviabiliaté. Ensuite, le terme « aussitôt » montre sa determination. une foi son devoir accompli aupres d’ellenore, il accomplira directement le VŒUX de son père qui est celui de voir son fils entrer dans la vie active.

La promesse effectuée a son père implique une entrée prochaine dans la vie active et présente un jeune personnage arriviste. L’auteur résume en une longue phrase les ambitions futures d’Adolphe a la ligne 9. Sa rupture avec Ellenore marquerait alors une grande étape dans sa vie. Cependant, cela nous ontre aussi qu’Adolphe est encore un personnage en manque d’experience qui apprend de la vie. Il commet donc des erreurs. Ce mélange que l’auteur effectue entre trois stéréotypes de héro font d’Adolphe un personnage ambigue ayant des caractéristiques plutôt péjoratives puisqu’elles soulevent sa médiocrité et sa Iacheté.

Cela mene donc a observer les differents decalages du comportement d’Adolphe qui confirment la platitude et la faiblesse du personnage. Tout d’abord, le chapeau du texte nous informe que le personnage quitte Ellenore car il s’est lassé d’elle, or tout au long du texte, Adolphe semble subir cette rupture et en ouffrir, utilisant le champs lexical de la souffrance. Ce décalage revele qu’Adolphe se met dans la peau dun personnage en souffrance alors qu’il n’en e PAGF revele qu’Adolphe se met dans la peau d’un personnage en souffrance alors qu’il n’en est pas un.

Ensuite, dans les premieres lignes du texte nous pouvons obsever un monologue interieur, qui nous laisse deviner que le personnage est en plein examen de conscience. Nous assistons alors a une suite de phrases qui expliquent les raisons qui le poussent à quitter ellenore, nous laissant supposer qu’il essai de se convaincre de la nécessite de cette rupture. Ce décalage entre volonté et devoir nous montre alors clairement que le personnage se ment et fait paraitre de faux sentiments. Le personnage n’assume pas son choix et évite ses responsabilités.

S’ajoute à cette ambiguité sentimentale le décalage entre l’assurance du personnage et son impuissance . Le texte commence par l’utilisation d’une tournure impersonnelle « il m’était clair » (ligne 1), ce qui témoigne des le debut de la desinvolture du personnage et de sa Iacheter. Cependant, cette meme ligne est sencée montrer la motivation du personnge car elle traduit sa détermination. Le texte commence par une série e longues affirmations (entre les lignes 1 et 1 1), présentant les motivations du personnage et nous brossant le portrait d’un personnage confiant.

Une fois « chez Ellenore » (ligne 1 1), le personnage perd peu a peu sa confiance en lui. Nous observons qu’il parlait « sans regarder Ellenore » (ligne 20) et qu’il sent sa « résolution faiblir » (lignes 21), témoignant de sa perte de sang froid. Ces observations sont e sa « résolution faiblir » (lignes 21), témoignant de sa perte de sang froid. Ces observations sont en décalage avec la sureté que dégage son discours, utlisant des tournures généralisatrices telles ue « on est condamné tot ou tard » (Ilgne 17).

Ce jeu propose une vision quelque peu burlesque d’Adolphe qui perd peu a peu son masque de personnage déterminé. Enfin, ce qui fait d’Adolphe un personnage médiocre est le fait que sa décision de rupture avec Ellenore ne soit pas concluante. En en effet, leur rupture n’est que partielle. Elle ne s’exprime que par le changement de pronoms : le « nous » du début du texte devient « elle » et « je » aux deux dernières lignes. L’ambiguitée de cette rupture est le fait que la scene se termine par « je pris sa main » (ligne 28), signe d’union et non pas de upture.

Ceci montre bien que toutes les resolutions s’estompent peu a peu pendant le texte. Adolphe est donc un personnage médiocre : il est incapable d’atteindre ses objectifs, ce qui fait de lui un anti-héros. La dramatisation trompeuse de la scène faussement tragique vécu par Adolphe, l’accumulation des stéréotypes qu’incarne ce personnage ainsi que sa médiocrité constante nous permettent de le qualifier d’anti-héro. Nous pouvons nous demander si suite a cette scène, Adolphe réussira a accomplir le vœux de son père, commençant ainsi une nouvelle vie séparé d’Éllenore.