CO FLAM La Controverse De Valladolid

CO FLAM La Controverse De Valladolid

xxe SIF CLE La litte rature engage e JEAN-CLAUDE CARRIE RE La Controverse de Valladolid 9782080722607 – 4,30 € l. Pourquoi e ‘tudier or 15 Valladolid en classe d Sni* to View die ‘s en En prolongement de clnqule me, et de la critique sociale, envisage e en classe de quatrie me, on conseillera, pour les bonnes classes de troisie me, la lecture de La Controverse de Valladolid. Cette pie ‘ce de the ‘ antre du XXe sie cle, qui a fait l’objet d’une excellente adaptation te ‘ le ‘visuelle en 1992, est particulie rement inte ressante pour l’e ‘tude du discours argumentatif.

Cette se quence conduira a • une re flexion sur la mise en ce ‘ne d’une disputatio et sur la question de l’alte rite’. La pie ce de JeanCIaude Carrie re offre la possibilite’ d’aborder diffe ‘ rents points : — notions fondamentales de l’analyse dramaturgique : exposition, de nouement, didascalies ; NORD COMPO — 03. 20. 41. 40. 01 — 125 x 178 — 30-09-08 14:41 134644 – Flammarion – Fiche pédagogique – La controverse de Valladolid – page 2 — Z34644$$S1 — Rev 18. 2 La se quence propose ‘e sugge • re la re• alisation par

Désolé, mais les essais complets ne sont disponibles que pour les utilisateurs enregistrés

Choisissez un plan d'adhésion
les e ‘ le ‘ves de diffe rents exercices (recherches documentaires, e crit d’invention, de ‘ bat argumentatif, lectures expressives). Cette e ‘tude trouvera un prolongement dans la lecture de textes portant sur la question de l’alte• rite’ (dossier, p. 111-119). Il. Pre ‘sentation de l’œuvre une pre ‘ sentation de taille • e du contexte historique et de la gene ‘se de l’œuvre se trouve p. 5-14 de l’e ‘ dition.

Nous sugge rons ici des mises en activite pour e Viter que le cours d’introduction ne soit trop magistral. • Le contexte historique Il est indispensable d’e• clairer le contexte historique de la controverse de Valladolid. Dans cette perspective, on s’aidera de la pre sentation (p. 6-11) et de la chronologie (p. 16-17), et n proposera aux e ‘ le ves de re aliser des expose s sur les the mes suivants : — les biographies de Colomb et de Corte ‘s, les Azte ques et la conque Ate du Mexique, — les grands voyages a’ la Renaissance.

Outre les documents que les e • le ‘ves trouveront au CDI, ils pourront se re•fe rer aux livres Le Destin brise • de l’empire azte que de Serge Gruzinski (Gallimard, « De couvertes 1988), au re• cit de voyage de Jean de Le’ ry (Le Nouveau Monde, GF-Flammarion, « tonnants Classiques 1 aux films, notamment Mission de R. Joffre’ (1986) et 149 1992). PAGF 15 aux films, notamment Mission e R. Joffre’ (1986) et 1492 de R. scott (1992). • Christophe Colomb et Herna • n Corte ‘s : de la de couverte de [‘Ame rique a’ la conque « te du Mexique En 1492, Christophe Colomb traverse l’Atlantique et pense de ‘ couvrir les Indes.

Il de ‘ barque en re’ alite’ aux Bahamas ! L’expe dition est finance e par la couronne d’Espagne, qui souhaite ainsi trouver suffisamment d’or pour organiser une nouvelle croisade vers Je ‘ rusalem. Tre ‘s vite, les souverains tre ‘s catholiques, Ferdinand et Isabelle, envoient des missionnaires pour convertir 2 valladolid – page 3 — Z34644$$$1 — Rev 18. 2 les habitants des « Nouvelles Indes C’est en 1519 que Corte • s et quelques centaines d’hommes entreprennent la conque Ate du Mexique.

Celle-ci s’ache • ve deux ans plus tard. L’attitude de l’empereur azte que, les dissensions internes et l’infe riorite• des Indiens en matie re d’armes expliquent la victoire rapide des Espagnols. • La controverse de Valladolid, 1550 – Les enjeux De ‘s les de ‘ buts de la conque -te, on s’interroge en Espagne et dans les territoires conquis sur le sort a’ re• sewer aux Indiens. Sont-ils e’ gaux aux Espagnols ou sont-ils infe ‘ rieurs ? Peuvent-ils e -tre traite • s en esclaves en raison de cette infe riorite• ?

De nombreux textes, e’ mana ouronne d’Espagne, soit PAGF 3 5 soit de la couronne d’Espagne, soit de l’E’ glise, tentent de re’ glementer le statut des indige nes, mais textes sont tre s souvent contradictoires. Ces e crits, qui ne s’entendent pas sur le sort qu’il faut re’ seNer aux Indiens, n’ont aucune efficacite et les guerres de conque -te se poursuivent. Le count humain de la conque Ate est e’ norme : en 1500, la population des Ame ‘ riques est de 80 millions ; elle n’est plus que de 10 millions en 1 550 ! Le fiasco humain de la conque -te apparai*t comme une tache noire sur le Sie ‘cle d’or espagnol.

En avril 1 550, le roi Charles Quint de cide donc d’arre-ter provlsolrement les expe ditions. A • ce moment, ni le statut (e gaux ou ine gaux), ni le sort (esclaves ou hommes libres) des Indiens n’a e’ te’ tranche’. Cela va e *tre l’objet de la controverse de Valladolid. – Les forces en pre ‘ sence Le chanoine de Cordoue, Gines de Se ‘ pulve da, illustre helle niste et spe ‘ cialiste d’Aristote, publie a’ Rome un ouvrage intitule’ Democrates alter, Sive de justis belli causis, dans lequel il xplique pourquoi les guerres mene es dans les terres nouvelles contre les Indiens sont justes.

Lorsqu’il veut publier son livre en Espagne, il se heurte a • l’opposition des dominicains des deux grandes universite ‘s de Alcala’ et de Salamanque. C’est le pre ‘ texte a’ un de ‘bat, au cours duquel Se’ pulve ‘ da va de’ fendre son ouvrage face au fre re dominicain Bartolome’ de Las Casas, favorable a • 134644 – Fla 5 Controverse de Valladolid Valladolid – Page 4 — Z34644$$$1 — Rev 18. 02 un traitement humain pour les Indiens, sous l’arbitrage du le • gat du pape, Salvatore Roncieri. La controverse et ses suites Les deux hommes se livrent a • une joute verbale, une dispute, pendant plusieurs jours, mais finalement aucune de cision n’est prise. On peut cependant penser que Las Casas a convaincu son auditoire puisque Se’ pulve ‘ da n’obtient pas le droit de publier son livre en Espagne. Le rom le historique de la controverse est donc insignifiant, contrairement a’ ce qu’indique la relation de Jean-Claude Carrie re. La mise en sce ‘ne d’une dispute (VOIr p. 11-14, pour une pre sentation plus de ‘taille e. La dispute est un exercice oratoire, ne cessairement tre ‘s statique puisqu’il est paroles plus qu’actions. D’ou• le danger encouru par le dramaturge • celui de lasser le spectateur. Comment faire agir autour de l’argumentation ? – Le the ‘a-tre, ou l’esthe ‘tique de la concentration Le le • gat prononce une phrase qui res sume a • elle seule la proble ‘ matique de l’e ‘ criture the’ a -trale : « Le temps nous est compte • » (p. 86). Comment en effet passer d’un re• cit. elul e crit par Jean-Claude Carrie re en 1992, fouille • , documente ‘ de pre s de deux cents pages, a’ une pie ‘ce de the’ a A tre dont la repre sentation ne peut gue ‘re exce der trois heures et qui doit sans cesse PAGF s 5 ue • re exce ‘der trois heures et qui doit sans cesse soutenir l’inte ‘re • t du spectateur ? De la version re’ cit a’ la version the a-tre, Jean-Claude Carrie • re a donc du- e laguer : le temps, lieux, les personnages, l’intrigue me • me, sont resserre s. Le crescendo dramaturgique De plus, Jean-Claude Carrie re parvient a • dramatiser la dispute en lui donnant la forme d’un proce ‘s (plaidoiries, verdict… ). Le le ‘ gat joue, dans ce proce ‘s, le ra « le du pre sident du tribunal : il oriente les de ‘ bats, distribue la parole, de ‘ cide des suspensions de se ance et rend le verdict. Gra*ce a • cette structure, le spectateur est invite’ a’ peser les arguments des deux camps, a • prendre parti ; il attend impatiemment le verdict. 4 La litte ‘ rature engage ‘e valladolid – page 5 — Z34644$$$1 — Rev 18. 2 – De rebondissements en surprises Pour animer les de bats et vaincre le statisme de la dispute, la pie ce multiplie aussi les rebondissements, « surprise [s] » et « coup [s] de the ‘ tre » (p. 66 et 86-87). Au discours the orique, qui domine la premie re partie de la pie ce, succe dent des manipulations d’objets, des expe riences, sources du spectaculaire. Ill. Proposition de se quence Composition de la se ‘ que 6 5 Las Casas, p. 30-33 (l’efficacite du discours argumentatif). — Le premier expose’ de Se’ pulve da, p. 47-50 (l’art de convaincre et l’art de persuader). ?? La statue indienne, p. 59-61 (l’efficacite• dramaturgique de la sce ne). — Le sacrifice du fils, p. 76-80 (le pathe ‘tique au sen,’ice de l’argumentation). — Le de ‘ nouement, p. 99-104 (un de nouement ambigu). B. Travail d’e ‘ criture et exercice oral — Plusieurs travaux d’e’ criture sont propose ‘s dans le dossier « L’alte• rite’ : pistes de lecture p. 111-119. De bat oral sur la beaute d’une œuvre d’art apporte • e par un e’ le ‘ve : mise en e’ vidence du relativisme de la notion de « beau » (voir explication sur la statue Indienne). ?? De bat oral sur l’efficacite ‘ respective des argumentations de Las Casas et de Se • pulve da. Valladolid – Page 6 — Z34644$$$1 — Rev 18. 02 Se ance no 1 : pre sentation du contexte historique Voir supra et p. 6-11. Se ance no 2 : le premier expose ‘ de Las Casas Objectif S’interroger sur l’efficacite’ du discours argumentatif de Las Casas. Support p. 30-33, de « Oui, tout ce que j’ai vu… » a’ « Vous e comprenez ? 7 5 entre le comportement et les principes chre tiens. Indiens 1. Vulne ‘ rabilite 2. Nal- vete’, cre’ dulite’. 3. Pacifisme. ?? L’art de persuader Relevez les proce  » de s qui rendent le discours efficace. Questions oratoires. — Discours narratif qui oscille entre pathe ‘tique et re alisme. Caracte re indicible de l’horreur. Commentez la phrase : « J’ai vu des cruaute ‘ s si grandes qu’on n’oserait pas les imaginer. » • Un plaidoyer efficace ? – un e-tre passionne Relevez les marques de l’emportement dans le discours de Las Casas. 6 Valladolid – Page 7 — Z34644$$$1 — Rev 18. 2 Longueur du discours. • Ponctuation expressive. on de la voix. • Animation sce ‘ nique.

Faire relire un passage et f le rythme. la distinction entre convaincre et persuader. Support p. 47-50, de « Tous les peuples… » a « la vraie religion ! » • L’art de convaincre – The se Identifiez la the ‘se de Se ‘ pulve da. « Non seulement il est juste mais il est ne • cessaire de soumettre leur corps a’ l’esclavage et leurs esprits a’ la vraie religion. » Arguments Identifiez les arguments de Se ‘ pulve ‘ da. Les Indiens sont ignore s de Dieu (absence de traces d’e vange Ilsatlon ; facilite • de la victoire des Espagnols ; maladie , soumission rapide). ?? Ils sont monstrueux (idola•tres, sodomites, cannibales). 7 vallad01id – page 8 — Z34644$$$1 — Rev 18. 02 – Un raisonnement logique Abondance de connecteurs logiques. Mar trise de l’art de convaincre. Opposition entre Las Casas, qui appuyait son discours sur l’expe ‘ rience et les sentiments, et Se ‘ pulve ‘ da, le lettre’ qui sait argumenter. L’ago•n verbal – L’art de persuader Identifiez les proce de ‘s rhe « toriques de la persuasion qu’emploie Se pulve da. • Questions rhe toriques. ?? Premie• re personne du e et impe ratif. au cours de l’affrontement.

E ‘tudiez les didascalies (« Un doigt tendu vers Las Casas » ; « s’adresse toujours directement a’ Las Casas ») ; relevez les termes qu’emploie Se pulve ‘ da pour qualifier les opinions de son adversaire (accusation de mensonge, de folie, de cre dulite Y). Relire « Comment osez-vous les exclure de la promesse grand temple de Mexico Commentez le rythme. Tension extre•me, joute verbale entre les deux hommes. • Conclusion Las Casas est dans la passion, l’exce s, l’expe ‘ rience personnelle. Se pulve da est davantage du co – te ‘ de la raison, de la logique.

De bat oral : lequel de ces deux modes d’argumentation vous paral -t le plus efficace ? 8 Valladolid – page 9 — Z34644$$$1 — Rev 18. 02 Se ance no 4 : la statue indienne Objectif Fonctions dramaturgique et argumentative de l’objet the ‘ a-tral. Support p. 59-61, de « Pour que cependant… » a’ « avant de nous se parer » • Introduction Quelle rupture cet e ‘ pisode introduit-il dans la pie ce ? Il est de nature plus spectaculaire. Est-ce une pause dans l’argumentation, une animation gratuite ou la poursuite de l’argumen