Canon En Action

Canon En Action

Canon en action l. Introduction (1 min) Titre : Canon en action Date : 1914-1915 Lieu : Paris Nature : peinture à l’huile Style/mouvement : Artiste : Gino Severini (1883-1966), italien Dimensions : 50cmx60cm « Canon en action » e 1915 à Paris par Gino conservée au Museu reproduction projeté Gino Severini est un or4 Lu inte entre 1914 et cm sur 60 cm et est ette œuvre est une é en 1 883 à Cortone et mort en 1966 à Paris. I peint « Canon en action à l’âge de 32 ans, c’est donc une œuvre de maturité.

Le futurisme est né en Italie en 1909, à la suite de la publication u « Manifeste futuriste » de Filippo Tommaso Marinetti. Cest un prolongement du cubisme, il se caractérise par la fascination des machines, de la vitesse, de la représentation du mouvement et sa décomposition. Les artistes futuristes les plus célèbres sont Filippo Tommaso Marinetti, Luigi Russolo, Gino Severini, Umberto Boccioni et Giacomo Balla. vers le canon etc. ), mots (puissance, feu anéantissement etc. ) et onomatopées (bboumm, szszszszszsz, iiiiiiiiiiiii etc).

Ces expressions font référence au jargon militaire et se rapportent ux effets des bombardements, à ce que font les soldats sur

Désolé, mais les essais complets ne sont disponibles que pour les utilisateurs enregistrés

Choisissez un plan d'adhésion
le front et à leur ressenti. Les plans de l’image semblent plus ou moins confondus, imbriqués les uns dans les autres. Sur la gauche du tableau, on devine une ligne d’horizon. 20Couleurs : Elles sont plutôt restreintes (camaïeux de beige, marron, bleu, gris), nuancés dans une gamme assez sourde. Présentes sous forme de plans colorés nuancés par des touches et des hachures. Ces plans colorés sont juxtaposés dans l’espace de la toile. Les couleurs ne sont pas cernées par des contours. 0Composition Une représentation figurative aux formes décomposées, au centre du tableau (soldat, canon) s’intègre à un ensemble de plans colorés et de lignes, courbes et droites. La composition est dynamique, éclatée et fragmentée. Elle n’obéit pas à a loi de la perspective. La présence du texte contribue à la composition globale du tableau. « Analyse • 1 OPourquoi cette œuvre ? Est-ce une commande ? : Cette œuvre n’est pas une commande. Elle fait partie d’une série de tableaux directement liés à la guerre, peints en 1915 à Paris. « Canon en action » concilie cubisme et futurisme.

Le futurisme, par le dynamisme de la composition, l’exaltation du modernisme et l’apologie de la machine qui, comme machine de guerre, devient apologie de la guerre. Le cubisme, par l’absence de perspective, la décomposition des formes et la réduction des couleurs à un camaïeu de bleu, marron, beige et gris. décomposition des formes et la réduction des couleurs à un camaièu de bleu, marron, beige et gris. 20CouIeurs : Elles sont sourdes, évoquant l’univers visuel de la guerre et de l’artillerie. Les bleus et les gris évoquent l’univers de la machine : e canon, le métal, la fumée produite par les tirs.

On peut remarquer que les soldats se confondent avec le canon du point de vue des couleurs. Les hommes « soldats machines » paraissent indissociables de leurs armes. Les plans beige et marron évoquent le terrain et son relief pas forcément très praticable, la terre, plus ou moins boueuse. Quelques plans verts rappellent la présence de végétation, inscrivant la scène dans un paysage naturel. Un jeu de contrastes fait ressortir certains éléments : les valeurs sombres du canon qui se détachent sur un fond clair, de etites touffes d’herbe parsemées qui paraissent dérisoires.

Le canon domine la composition, il évoque un espace déstructuré et explosif. Gina Severini est futuriste et croit dans les machines comme symbole de progrès. Le canon résume la guerre. Le peintre a choisi d’utiliser des mots car ils lui permettent de dire plus de choses qu’avec la seule peinture, sur l’expérience combattante. La présence de texte et d’onomatopées fait de cette œuvre une « peinture poème » qui apporte au visuel une sensation plus complète (le son, les impressions) ressentie lors du tir du canon.

Les mots recouvrent l’image, s’y intègrent par leurs trajectoires linéaires, leur disposition, leur orientation, leur typographie, leur taille, leur couleur. Cette « peinture poème » retranscrit donc des sensations psychiques, ment 3 c,F4 taille, leur couleur. Cette « peinture poème » retranscrit donc des sensations psychiques, mentales, que produisent les effets du tir de canon. Elle est futuriste par le dynamisme de sa composition, par la présence du texte (poésie futuriste) qui l’apparente également aux collages cubistes, de même que sa composition sous formes e plans éclatés.

Cette composition sert l’idée de la guerre et de la puissance violente du tir de canon. 40Contexte historique : Cette œuvre s’inscrit dans la Première Guerre mondiale durant laquelle l’artillerie lourde est une arme particulièrement développée. À cette période, Gino Severini, peintre italien, se trouvait en France. En 1915, se déroule le génocide arménien. 50Message : Gino Severini a réalisé cette œuvre dans la logique du mouvement futuriste qui exalte le modernisme : ici l’apologie de la machine qui, comme machine de guerre, devient aussi ne apologie de la guerre.

Bien que résidant en France à cette période, Gino Severini était interventionniste : partisan de l’entrée en guerre de l’Italie. Ill. Conclusion (3 min) – Avis sur l’œuvre, le parti-pris de l’artiste – Avez-vous aimé cette œuvre ? Pourquoi ? Je n’aime pas cette œuvre car je n’aime pas le message qu’elle transmet : l’idée que l’homme devienne un « soldat machine » et la fascination du peintre envers les armes, la guerre. En quoi a-t-elle marqué son temps ? Rapprochement avec d’autres œuvres : La Danseuse bleue, Gino S