Candide chapitre 2

Candide chapitre 2

Candide lecture analytique 2 : chapitre Ill Introduction : Le siècle des lumières Le siècle des Lumières s’étend entre la mort de Louis 14 (1715) et la Révolution française (1789) Le règne de Louis 16 (de 1774-1789) est l’élement déclencheur des idées et des actions des philosophes car les pays sont étranglés, il y a des différences économiques et des contestations politiques, religieuses et institutionnelles.

Les philosophes font appel à la raison, favorise l’esprit critique et lutte contre les préjugés, les inégalités de naissances et rejettent es croyances absolues, le fanatisme et l’obscurantisme. Voltaire : Philosophe des Lumières, un écrivain engagé dans ses Swpe to page écrits comme dans s jamais hésité à lutter Candide est un conte des Lumières, en 175 condamné, mais con to View r exemple) et n’a ieux et l’intolérance. rait au plein siècle t rapidement public.

Nnous sommes ici au c apitre 2. Candide vient d’être découvert en train d’embrasser Mlle Cunégonde, la fille du baron et il est ainsi chassé du château. Il entame alors un voyage initiatique. Ici, l est enrôlé dans l’armée bulgare et participe à cette guerre en tant que spectateur. spectateur. Le description so’organise en 2 temps : d’abord sur le front puis

Désolé, mais les essais complets ne sont disponibles que pour les utilisateurs enregistrés

Choisissez un plan d'adhésion
les ravages à l’arrière. Cest l’occasion aussi de remettre en cause la théorie optimiste de Pangloss.

Lecture du texte/ Problématique : Comment Voltaire réussit- il à dénoncer les horeurs de la guerre à travers une description élogieuse de la guerre ? l) une vision apparemment élogieuse de la guerre a) présentée comme un spectacle -Beauté esthétique, visuelle (« Rien n’était si beau, si leste, si rlllant, si bien ordonné ») = accumulation d’adjectifs positlfs -Beauté sonore, accumulation de 4 instruments de musique (« les trompettes, les fifres, les hautbois, les tambours »), idée d’une guerre joyeuse, d’une fête = confirmée à la fin du texte (« Théâtre de la guerre »). ) Importance de l’ordre -Différentes armes qui interviennent tour à tour (« les canons, la mousqueterie, la baïonnette »), idée d’un chronologie -Organisation dans le combat marquée par des connecteurs (« d’abord, ensuite, aussi ») -Equilibre et parallélisme (« les deux armées’ , « de chaque côté », chacun dans son camp ») c) La guerre est justifiée par le systeme de Panlgoss et présentée comme sans importance -Les justifications présentes dans le texte sont les caractéristiques de la logique de Pangloss : -effet positif de la guerre (« coquins qui en afectaient la surface » – terme dépressiatif qui s 2 cv 4 la guerre (« coquins qui en afectaient la surface  » = terme dépressiatif qui signifie l’homme mauvais) -plusieurs termes empruntés à la philosophie de Pangloss (« effets et cause ») qui montre que la guerre est donc un système logique. Candide a une vislon de la guerre très nave à cause des enseignements de Pangloss. La violence est donc atténuée par différents procédés : -Euphémismes pour parler du massacre du massacre des soldats (« les canons renversèrent d’abord ») -Atténuation du nombre de morts (« à peu après six mille hommes ») = suggère que le nombre de morts est sans importance. TR : La guerre est donc présentée comme un spectacle harmonieux et ordonné.

Cependant, des signes montrent l’horreur de la guerre, comme nous allons le voir. Il) a réalité : l’horreur de la guerre ) Une harmonie imparfaite -L’accumulation des instruments de musique (« les trompettes, les fifres, les hautbois, les tambours, les s’achève par canon brlse l’harmonie + expression dépressiative et Inattendue (« harmonie… enfer ») qui rappelle au lecteur que c’est une guerre et non pas une fête. b) Destructions et violences à l’arrière -destruction matérielle (« en cendres », « ruines ») destruction totale -pertes humaines, gradation crescendo des victimes, on part des plus faibles -Champs lexical de la mort (« mourir », « égor