Candide Chap 3

Candide Chap 3

Candide ou l’optimisme chap 3 Introduction: Le personnage éponyme, un naif complètement séduit par l’optimisme de son maitre Pangloss, va faire l’expérience du mal sous toutes ses formes avant de rejeter l’idée que tout est mieux dans le meilleur des mondes. Chassé dès le 1er chap du château de hunder-ten•tronckh (image du paradis) ,Candide, enrôlé de force dans l’armée bulgare fait sa 1er expèrience de la réalité en intégrant l’univers militaire (règlements stupides cruauté des châtiments corporels) Il va donc très logiquement se r qu’évoque le début d

Ce passage met en idz. ••- Sni* to View transparait d’abord ? la peinture de l’horre guerre de bataille. Cest se ue de Voltaire qui ombats, puis par nonciation de la PB: Comment l’ironie en transformant la guerre en spectacle dénonce la folie des hommes? I Les combats comme spectacle La guerre est présentée de façon inattendue : l’accent est mis sur son aspect esthétique au début du passage. 1 . l’aspect esthétique On remarque quatre adjectifs élogieux intensifiés par «si»: «beau», «lest», «brillant», «ordonné». C’est un véritable spectacle, ? rapprocher d’un tableau.

De même, il y’a un accompagnement musical: insistance sur «l’harmonie», les «Te Deum» finals. Le massacre est ici moralement et socialement justifié:

Désolé, mais les essais complets ne sont disponibles que pour les utilisateurs enregistrés

Choisissez un plan d'adhésion
« infectaient», «coquins» présentent les victimes comme des coupables. La guerre serait donc une mesure d’assainissement. 3. la comptabilité Le narrateur tient une véritable comptabilité des tués, et énumère les chiffres et le total final sans manifester aucune émotion: comme si l’importance des chiffres traduit à elle seule l’opinion de l’auteur et valoriser la guerre (cf. es communiqués militaires). De même, il fait des approximations avec désinvolture: «à peu près». ?le tout pouvait bien se monter à une trentaine de mille âmes»: déshumanise les morts en les considérant dans un ensemble uniforme. Il La peinture de l’horreur Voltaire fait ici voir les évènements à travers les yeux de Candide, qui découvre les effets de la aboucherie héroïque» en passant dans un village qui a été détruit et dont les habitants ont été massacrés; l’horreur de la guerre est vue de façon très réaliste, t l’écriture change: changement de temps du passé simple à l’imparfait, temps de la description; le regard de Candide se développe. . la diversité des victimes Toutes les victimes sont répertoriées: femmes, enfants, vieillards. Une description d’un réalisme très cru montre l’ampleur des massacres: le champ lexical de la violence est très étendu et diversifié, désigne les actes meurtriers des soldats et leurs résultat: «criblés de coups», «égorgées», «éventrées», «brûlées», etc. (assonan PAG » OF d