camus

camus

La Peste d’Albert Camus Questionnaire de lecture 1) Décrivez brièvement la vie de l’auteur. (2 points) 2) Dans quel contexte a-t-il écrite cette œuvre ? (2 points) 3) Décrivez brièvement la situation du début. (2 points) 4) Décrivez le personnage de Rieux. (2 points) 5) Comment est présentée la ville d’Oran? (2 points) 6) Comment arrive la prise de conscience de la peste ? (2 points) 7) Quels sont les effets sur la vie quotidienne? (2 points) 8) De quoi semblent le plus souffrir les habitants? 2 points) 9) Qu’est ce que la peste semble apporter à la morale? (2 points) 10) Comment se ter Correction or 5 Sni* to View 1) Albert Camus, est né en novembre 1913 à Mondovi en Algérie et mort en 1960 à Villeblevin dans l’Yonne, c’est un écrivain, dramaturge, essayiste et philosophe Français. Il a développé Allemagne, puis la guerre, le régime de Vichy et les actes de résistance. 3) Nous sommes en Algérie, à Oran, le narrateur, le docteur Rieux a quelques visites urgentes à faire.

Dans le couloir de son immeuble, à sa plus grande surprise, il tombe en arrêt devant un cadavre de rat. Il le signale à son concierge qui a toutes

Désolé, mais les essais complets ne sont disponibles que pour les utilisateurs enregistrés

Choisissez un plan d'adhésion
les peines du mande à le croire. Il doit conduire sa femme qui est malade au train pour qu’elle se rende dans un endroit au climat plus propice pour se faire soigner. Là encore il croise deux autres cadavres de rats sur le trottoir. Le train part. Cette séparation lui coûte, mais il espère bien qu’elle lui permettra de retrouver sa femme en pleine santé.

Lui-même est tellement pris par ses occupations que l’augmentation des cadavres de rats ne va pas le frapper outre mesure. 4) Rieux, le narrateur est un médecin qui aime ce qu’il fait, il tente d’aider et de soigner envers et contre tout, sachant pourtant qu’il e peut pas faire grand-chose. Il a fait des études de médecine notamment car il voulait se sortir du milieu modeste dont il est issu. La peste ne le surprend pas. Il ne voit pas l’espoir mais lutte pour s’en sortir. La conscience de l’absurde fait place à la nécessité de la fraternité.

Il est également préoccupé par l’état de santé de sa femme mais il est tellement engagé dans sa lutte qu’il y pense à peine. C’est un homme qui sait écouter, il est tolérant et agréable. 5) La ville d’Oran est écrite dans l’incipit, le narrateur « nous ntroduit dans la cité » d’Oran, préfecture française de la côte l’incipit, le narrateur « nous introduit dans la cité » d’Oran, préfecture française de la côte Algérienne des années 1940. On remarque qu’il y a une saison, mais pas de temps, pas de dates précises.

C’est une ville moderne de commerce grâce au port. Le narrateur nous apprend les loisirs des habitants, comme le cinéma, les bains de mer, la boule et les cercles. Les habitants semblent absorbés dans leurs habitudes et surtout préoccupés à faire des affaires, de l’argent. Heureusement que la mer est l? our rendre la ville un peu plus agréable 6) Nous sommes étonnés du temps qu’il faudra pour reconnaître que la ville est attaquée par peste, pourtant les indices ne manquent pas, les rats meurent par centaines dans les rues.

Rieux soigne le concierge et ne fait pas de rapport entre les cadavres de rats et la peste. Le juge Othon lui parle des rats morts et il répond distraitement. Et pour cause, cette maladie semblait éliminée de la surface de notre terre. Si la France a encore connu une grande épidémie de typhus au dix-neuvième siècle, ce genre de fléau parait presque impossible aux hommes e l’époque ou le livre a été écrit. En outre, reconnaître l’existence de la peste entraîne des lourdes décisions à prendre, telles que la fermeture totale de la ville à toute vie extérieure.

Les autorités ont tendance à éviter ce genre de chose qui provoquerait une panique générale. « La question, insista Rieux, n’est pas de savoir si les mesures prévues par la loi sont graves mais si elles sont nécessaires pour empêcher la moitié de la ville d’être la loi sont graves mais si elles sont nécessaires pour empêcher la moitié de la ville d’être tuée. Le reste est affaire ‘administration…. » 7) Rieux s’attendait à ce que la population s’enferme chez elle dans le but de tenter d’éviter la contagion.

Au contraire, les habitudes prennent le dessus et les gens poursuivent leur vie on travaille, on fait des affaires aussi longtemps que cela est possible. Les restaurants sont remplis et les soirées se passent aux terrasses des bistrots comme auparavant. On va toujours au théâtre, jusqu’au jour où un des acteurs s’effondre terrassé par la maladie en plein spectacle. Cependant, la mer est interdite d’accès. 8) Ce qui semble être le plus insupportable pour les habitants, ‘est l’isolement et la séparation, qui reviennent de façon récurrente dans le livre.

Ily a ceux qui sont dehors et libres, et ceux qui sont dedans et enfermés. Ily a d’abord les couples séparés qui souffrent, comme Rambert de sa nouvelle amie, Rieux de sa femme et bien d’autres. Mais il y a surtout cette sensation de séparation, d’isolement de tous les autres. Le monde extérieur vit et bouge alors qu’ils sont enfermés. L’auteur insiste à de nombreuses reprises sur ce sentiment d’isolation et de séparation et écrit : « Alnsl, la première chose que la peste pporta à nos concitoyens fut l’exil».

Il analyse longuement les multiples conséquences de cette sensation sur l’être humain et constate que ceux qui souffrent de l’absence d’un être aimé sont des « privilégiés 9) Camus fait remarquer que si l’état de peste dev PAGF l’absence d’un être aimé sont des « privilégiés 9) Camus fait remarquer que si l’état de peste devait durer les mœurs évolueraient. En effet, chacun, peut être touché par la peste n’importe quand et mourir très vite. Il s’aglt donc de profiter de la vie et non pas de respecter des règles qui sont eut être bonnes quand on a la vie devant soi.

Ceci se vérifie même aujourd’hui en Californie, par exemple, où les mœurs sont beaucoup plus lâches qu’ailleurs aux USA car la population y vit aussi avec de très nombreux tremblements de terre et la faille de San Andrea est une menace permanente. 10) La maladie recule aussi vite qu’elle est arrivée. C’est l’euphorie en ville, mais il faut encore attendre un certain délai pour avoir la certitude de pouvoir la rouvrir. Rieux reçolt un courrier des médecins de sa femme qui lui annonce son décès. Au jour onvenu, un bateau amène les gens qui viennent de l’extérieur retrouver leurs familles.

La femme qu’attendait Rambert est bien parmi eux. Certains hélas, ne retrouvent plus personne dans la maison familiale. Rieux, reprend alors ses visites de routine. Puis il y a un dernier drame : des coups de feu retentissent dans une rue. Rieux court et voit la police en position. L’administration avait repris ses fonctions et Cottard n’entendait pas se laisser prendre vivant. Ils y arriveront cependant et il ira en prison. Nous découvrons finalement qui était l’auteur de cette chronique, le docteur Rieux lui-même.