Bilan Et Compte De Resultats

Bilan Et Compte De Resultats

Bilan et compte de résultats : outils d’analyse par Philippe TARDY-JOUBERT Docteur ès Sciences physiques Diplômé du Centre de Perfectionnement dans VAdministration des Affaires (CPA) de la Chambre de Commerce et d’Industrie de Paris Président d’Honneur de la Société Française des Analystes Financiers (SFAF) et Jean TARDY-JOUBERT Maître ès Sciences Éc Diplômé du Magistè Assas (Paris-ll) 1. 1 1. 2 1. 3 . 4 or47 Sni* to View niversité Panthéon- Actif du bilan ou emploi des fonds Un ensemble de beso ins… Besoins liés à l’actif immobilisé circulant… t organisation de l’entreprise 3. 1. 3 Variations saisonnières 3. 1. 4 Variations conjoncturelles…. Conclusions sur le financement des besoins en fonds de roulement — Fonds de roulement et trésorerie…. … — — Analyse et ratios de structure… 3. 3. 1 Modèle d’analyse schématique des bilans…. 3. 3. 2 Capitaux propres et valeur de l’entreprise 3. 3. 3 Ratios de structure. 6 7 8 OF levier 4. 3. 3 Ratios relatifs au compte de résultats…… 12 14 15 3. 3. 3 A 4 500 1 1993 façon, une société mère doit prendre en charge sans discussion les déficits de ses filiales qui ont a forme de sociétés civiles, de groupements d’intérêts

Désolé, mais les essais complets ne sont disponibles que pour les utilisateurs enregistrés

Choisissez un plan d'adhésion
économiques (GIE) ou de sociétés en nom collectif (SNC). Les crédits à la clientèle sont aussi source de risque de perte jusqu’à leur recouvrement final, et il n’est pas inutile de rappeler qu’un dépôt de bilan sur quatre est, en France où le crédit interentreprises est particulièrement développé, dû à des impayés.

Nous avons donc pris le parti d’une présentation de bilan (voir page suivante) comme un ensemble de besoins (actif), et des fonds regroupés par origine (passif). Après l’analyse des bilans dans une perspective ynamique et des comptes de résultats, nous passons en revue de façon plus technique les sources de capitaux propres ou empruntés, dans rarticle Financement de (A 4 5021.

Un paragraphe particulier sera enfin consacré au recours ? l’assurance comme auxiliaire de la gestion financière et patrimoniale des entreprises, qu’il s’agisse de l’assurance-crédit, de protection des biens, des pertes d’exploitation, de la responsabilité ou de la gestion des engagements soclaux. A 4 500-2 PAGF OF bilan se présente sous la forme d’un inventaire, a une date donnée, récapitulant l’ensemble des ressources dont dispose ‘entreprise et la façon dont elle les a utilisées.

Les emplois qui correspondent aux biens et aux créances détenues par sont inscrits à factif du bilan. 1. 1 Un ensemble de besoins Il est commode de classer les besoins de financement en distinguant ceux qui correspondent aux immobilisations, c’est-à- dire à l’outil de production proprement dit, d’une part, et ceux qui sont liés au cycle de fabrication, d’autre part ; les besoins liés au cycle de fabrication s’entendent de l’entrée des matières premières à la mobilisation ou plutôt au recouvrement final des créances.

Dans une entreprise qui fonctionne et qui est appréciée en situation dynamique, il doit être clair que ces besoins d’exploitation sont aussi essentiels et aussi durables que l’entreprise elle-même ; si, dans le langage courant, on parle de besoins cycliques en désignant les besoins liés au cycle achat-fabricatlon-vente-recouvrement, le caractère stable lié au renouvellement du cycle l’emporte largement sur le fait que chacune des créances peut juridiquement être définie comme une créance à court terme.

On distinguera, suivant la terminologie comptable, les besoins de ‘entreprise suivant qu’ils sont utilisés ou non dans le processus de productlon. La distinction ainsi opérée entre emplols cycliques et emplois acycliques présente l’avantage de ne pas tenir compte de la nature et de la durée de vie des biens, mais seulement de leur destination. De fait, une construction immobilière peut être un emploi cyclique dans une entre rise de promotion immobilière et un emploi acyclique dans prestataire de services, PAGF s OF physiques et financiers qui participent au cycle d’exploitation.

Par opposition, autres biens constituent le capital fixe ou actlf immobilisé (S 1*2). Besoins liés à l’actif immobilisé Les immobilisations correspondent à l’ensemble des biens et créances destinés à rester de façon durable dans l’entreprise. On distingue généralement les immobilisations selon leur caractère : — incorporel ; — corporel ; — financier. Immobilisations incorporelles Cette rubrique comptable regroupe les emplois des fonds qui ne correspondent ni à des actifs physiques, ni à des actifs financiers.

Elle comporte donc très souvent des éléments qui n’ont aucune valeur vénale directe. L’ensemble d’éléments ainsi constitué n’est pas véritablement homogène. Le poste « immobilisations incorporelles » regroupe les frais d’établissement, les frais de recherche, la valorisation des brevets, de la marque de et les fonds de commerce (goodwill ) acquis par croissance externe. Tous ces éléments représentent bien, par conséquent, un emploi fonds.

Toutefois, leur valeur peut être réduite à néant, par exemple, lorsqu’un brevet déposé par Pentreprise devient obsolète du fait d’un progrès technique majeur. A 4 500-4 • Immobilisations corporelles Le poste « immobilisations cor arelles » regroupe l’ensemble des actifs physiques dont disp nt l’entreprise. L’examen PAGF 6 OF de façon durable. Il s’agit — des dépôts et cautionnements de l’entreprise ; — des prêts ou avances permanentes faites en compte courant à des filiales ; — des titres de participation que l’entreprise détient.

Ces derniers constituent souvent un poste important au regard l’ensemble des immobilisations financières. Les titres de participations sont des actions ou des parts sociales que l’entreprise détient en permanence pour contrôler une autre société ou y exercer une influence prépondérante. En termes de fiscalité, il suffit de détenir lus de 10 % du capital d’une société pour que les actions de cette dernière soient comptabilisées dans la rubrique « titres de participations » de l’entreprise détentrice. . 3 Besoins liés à l’actif circulant Tous les postes qui ne font pas partie de l’actif immobilisé sont rangés dans « l’actif circulant » qui comprend : — les stocks et en-cours ; les créances d’exploitation • — les valeurs mobilières de placement ; les disponibilités. Stocks et en-cours Les stocks sont nécessaires au bon fonctionnement de la vie de toute entreprise, en ce qu’ils permettent d’absorber les chocs de a demande qui s’adressent à elle.

Ils sont en principe, liquides, c’est-à-dire facilement et rapidement transformables en monnaie. Les en-cours correspondent aux biens dont la production n’est pas achevée. Il peut s’agir, par exem le de grands travaux ou d’immeubles en phase de PAGF 7 OF acomptes susceptibles d’être versés aux fournisseurs. L’importance de ce poste varie considérablement d’une entreprise à l’autre : le montant de ces créances dépend en effet du décalage entre la prestation (ou la livraison), la facturation et le règlement. ?? Valeurs mobilières de placement Il s’agit d’actifs financiers qui constituent, au même titre que la détention de monnaie, un placement non durable de l’entreprise. Les valeurs mobilieres de placement ne sont pas – contrairement aux titres de participations – nécessaires à l’exploitation indirecte au travers d’une société filiale. Toute reproduction sans autorisation du Centre français d’exploitation du droit de copie est strictement interdite. Techniques de l’Ingénieur, traité L’entreprise industrielle BILAN ET COMPTE DE RÉSULTATS : OUTILS D’ANALYSE Cette rubrique correspond à ce que la théorie monétaire appelle ? l’encaisse de spéculation » de l’entreprise. Cest une encaisse liquide, facilement transformable en monnaie, et grâce à laquelle l’entreprise espère enregistrer des plus-values lors de la cession ces valeurs mobilières. On y trouve aujourd’hui les titres d’OPCVM, notamment monétaires, dont l’emploi s’est généralisé ces dernières années.

L’absence de risque sur ces instruments est rarement garantie, dans la mesure où l’actif de ces OPCVM est constitué en partie de créances sur des entreprises ou des collectivités ui uoique bénéficiant d’une bonne ACTIF IMMOBILISE — Immobilisations incorporelles (brevets, marques, etc. ) — Immobilisations corporelles (terrains, bâtiments, machines, etc. ) — Immobilisations financières (titres de participation… CIRCULANT Créances d’exploitation Valeurs mobilières de placement Disponibilités développement de l’entreprise sera aussi une exigence pour assurer ou les moyens de sa politique ou la politique de ses moyens, ceux-ci étant assez bien synthétisés, pour une activité donnée et hors croissance externe ou opération financière, par la notion de croissance autofinancée. Autrefois classés par leur degré d’exigibilité, les postes du passif dépendent, depuis 1984, de l’origine des fonds apportés (État, actionnaires, établissements financiers, etc. . L’origine des fonds dont dispose l’entreprise est de deux types : les capitaux propres (S 2. 2) et les dettes (S 2. 3). La distinction fondamentale entre les capitaux propres et les dettes est à la fois juridique et financière puisque, pa définition, les dettes doivent être remboursées à leur échéance. 2. 2 Capitaux propres Les capitaux propres sont des ressources qui sont laissées de açon permanente à la disposition de rentreprise et qui sont constituées des apports des associés et des réserves accumulées.

Ils se composent — du capital et des primes ; des réserves ; — du report à nouveau ; des subventions d’investissement ; — des provisions réglementées. • Capital et primes Le cap tal de l’entreprise représente la valeur nominale des actions ou des parts soclales apportées par les associés. Les primes constatent la différence entre les sommes effectivement apportées et l’accroissement du capital correspondant. Exemple Ainsi, une entreprise effec mentation de capital par